Jean-Claude Fayat (Fayat) : « Ne pas se donner de frontières »

Créé en 1957 à Libourne par Clément Fayat, Fayat réalise aujourd’hui un CA de 3,5 milliards d’euros. Aux commandes, ses deux fils comptent bien poursuivre cette success story.

Créé en 1957 à Libourne par Clément Fayat, Fayat réalise aujourd’hui un CA de 3,5 milliards d’euros. Aux commandes, ses deux fils comptent bien poursuivre cette success story.

Décideurs. Quels sont les secrets de votre réussite ?
Jean-Claude Fayat
. Tout d’abord une stratégie très cohérente de diversification sur des niches où nous pouvions être leaders, tout en restant proche de notre métier originel des travaux publics. C’est ainsi que nous sommes désormai présents dans le bâtiment, les réseaux d’énergie, la construction métallique ou l’industrie avec la construction de matériel routier. Nous diversifions aussi nos marchés avec plus d’un tiers de notre chiffre d’affaires à l’international, ce qui nous permet de maintenir notre équilibre. Autre grand principe : la prise de risques mesurée. Cette audace correspond à l’esprit entrepreneurial qui nous porte. Le groupe a toujours pris des risques sous réserve qu’ils ne mettent pas en danger sa propre survie. Ce pragmatisme est une de nos caractéristiques.

Décideurs. Quels échecs avez-vous rencontrés ? Comment avez-vous fait pour y faire face ?
J.-C. F.
Il nous est arrivé de mal évaluer la situation d’une entreprise lors de son acquisition, ou au contraire de laisser passer des opportunités. Je considère qu’il faut toujours tirer parti de ses échecs. Même lorsque je m’en veux, j’essaie d’en tirer un apprentissage. Quant aux difficultés économiques que connaissent certaines de nos activités, elles sont équilibrées par notre diversification, avec des métiers qui ont des cycles différents. C’est pour nous une preuve de la pertinence de notre stratégie. Mais cela ne nous empêche pas de toujours être dans l’adaptation pour surmonter ces difficultés, notamment en innovant, et en recrutant de hauts potentiels.

Décideurs. Quel regard portez-vous sur la nouvelle génération d'entrepreneurs ? Quels conseils leur donneriez-vous ?
J.-C. F.
Je constate à travers les nouveaux profils qui nous rejoignent que l’esprit entrepreneurial est toujours aussi fort. Mais les jeunes générations ont l’ouverture à l’international dans leur ADN, ce qui n’était pas notre cas, nous devions nous la forger nous-mêmes. Mon conseil irait d’ailleurs dans ce sens, de ne pas se donner de frontières.

« Chaque euro gagné a été réinvesti »

Décideurs. Vous n'avez jamais ouvert le capital de votre entreprise à des partenaires extérieurs. Qu'est-ce qui a motivé ce choix ?
J.-C. F.
L’indépendance fait partie de nos valeurs, en premier lieu l’indépendance économique. Ouvrir le capital ou entrer en Bourse signifierait reverser des dividendes qui seraient autant d’argent que nous ne pourrions pas réinvestir. Chaque euro qui a été gagné par notre groupe a été réinvesti pour son développement.

Décideurs. Comment avez-vous financé votre croissance ?
J.-C. F.
De ce fait, notre croissance a été essentiellement financée par des fonds propres. Ces dernières années, nous avons fait des acquisitions très significatives (Bomag en 2006, Razel en 2008..) en les finançant avec l’aide de partenaires financiers mais basés sur nos fonds propres.

Décideurs. Votre internationalisation a été l'une de clés de votre croissance. Quelle est votre stratégie en Afrique, un continent qui a de grands besoins en infrastructure ?
J.-C. F.
Nous sommes présents historiquement en Afrique à travers notre filiale Razel-Bec très bien implantée depuis 1948 en Afrique subsaharienne. Nous avons des implantations au Cameroun, au Congo, en Guinée équatoriale, en Mauritanie… et sommes revenus récemment en Côte d’Ivoire et au Sénégal, notamment grâce aux financements internationaux qui soutiennent les projets d’infrastructures des pays. Ce sont des implantations pérennes, notre stratégie est de nous inscrire dans la durée, et nous sommes reconnus pour cela. Ces solides implantations offrent ensuite à d’autres métiers du groupe la possibilité de venir travailler dans ces pays, comme c’est le cas pour notre division Fayat Energie Services qui intervient sur le chantier de l’aéroport de Maputo (Mozambique).

Propos recueillis par V.P.

Crédit photo : Sébastien Ortola - REA

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

Adyen, la mondialisation réussie

Adyen, la mondialisation réussie

La fintech dirigée par Pieter van der Does s’adresse aussi bien aux petits commerces qu’aux multinationales. Une stratégie couronnée de succès puisque...

Mirakl, la révolution du e-commerce

Mirakl, la révolution du e-commerce

Le spécialiste des logiciels de création de marketplaces est leader dans son secteur. Une réussite française que son cofondateur et CEO explique par u...

L'Europe accélère... trop tard ?

L'Europe accélère... trop tard ?

Malgré des tours de table de plus en plus ambitieux, l’écosystème technologique européen accuse un sérieux retard sur les géants américains et chinois...

Le site Leaders League fait peau neuve et s’étoffe

Le site Leaders League fait peau neuve et s’étoffe

Quelques mois après une mise à jour de son interface, le site leader dans la recherche de classements et de sociétés poursuit son développement.

Mallorie Sia, l’énergie nouvelle génération

Mallorie Sia, l’énergie nouvelle génération

Cette diplômée de HEC a déjà une belle carrière derrière elle puisque dès ses 25 ans elle cédait son entreprise à Treatwell avant de rejoindre Deliver...

Gafam - BATX. Le marché des empereurs

Gafam - BATX. Le marché des empereurs

Valorisations stratosphériques, chiffres d’affaires dopés par les confinements, politiques publiques en leur faveur, les Gafam et les BATX règnent en...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte