Jacques Chirac, plus Audiard que Trump

La disparition de l'ancien président de la République nous fait prendre conscience que la politique peut se conjuguer avec humanisme et amour des gens. À méditer.

La disparition de l'ancien président de la République nous fait prendre conscience que la politique peut se conjuguer avec humanisme et amour des gens. À méditer.

Je vous aime. À l’heure où la politique se fait chaque jour plus brutale ; où l’insulte se banalise et où les échanges s’électrisent, les mots du président Chirac, notamment ceux qu’il prononce début 2007 lors de sa dernière allocution officielle, se chargent d’une résonance particulière. Presque anachronique dans leur simplicité et, pourtant, étrangement d’actualité. Comme une réponse à l’hystérie collective qui, sous l’impulsion d’une génération de dirigeants habitués à user de la provocation comme d’une arme de dissuasion diplomatique, gagne le débat public. Comme un retour à l’essentiel aussi. Un rappel de la vocation première de l’engagement politique consistant (faut-il le rappeler ?) à avoir le goût des autres. Pas celui qui se met en scène face caméras ou qui s’affiche sur Twitter. Celui qui se fait discret et sincère, hors calcul électoral et posture politicienne. Celui-là, Jacques Chirac l’avait.  

Lui le bon vivant, l’homme de terroir et de contact, aussi à l’aise avec les agriculteurs que devant les journalistes ; sympathique à force de spontanéité, populaire sans s’y employer et, surtout, sans surjouer. Lui le visionnaire qui, seize ans avant Greta Thunberg, alertait sur l’urgence climatique et déclarait « notre maison brûle et nous regardons ailleurs », évoquant une nature « mutilée et surexploitée », dénonçant l’inaction et le déni... L’irrévérencieux qui, sans le vouloir et bien avant que la mode du langage décomplexé n’envahisse la sphère publique, parlait vrai – de sa « gueule de droite » et de ses goûts « de gauche » – « la choucroute, la bière… » – ; franc sans être acerbe, truculent sans être insultant. Plus Michel Audiard que Donald Trump en somme. Plus animal politique que bête de scène médiatique aussi. Moins conforme, autrement dit, aux attendus du moment.

Car enfin, que dirait-on aujourd’hui d’un leader politique qui, posément, sans ciller, déclarerait : « Pas un instant vous n’avez cessé d’habiter mon cœur » ? Qu’il est bon communicant ? naïf ? populiste ? démago ?... Ou tout simplement qu’il est un authentique dirigeant ? Avec tout ce que la fonction implique d’engagement sincère et d’empathie. De don de soi et d’ouverture aux autres.

Caroline Castets

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Dirigeants politiques : leurs amies les bêtes

Dirigeants politiques : leurs amies les bêtes

Présidents ou ministres ne rechignent pas à poser aux côtés d’animaux de toutes sortes. Réel amour ou stratégie de communication bien ficelée ? Il sem...

Rachida Dati : la stratégie du noyau dur

Rachida Dati : la stratégie du noyau dur

C’était officieux, c’est désormais officiel : Rachida Dati sera la candidate LR à la mairie de Paris. Le plus dur commence pour la maire du VIIe arron...

Livres de novembre, la sélection de Décideurs

Livres de novembre, la sélection de Décideurs

Un Françoise Sagan surprenant, le dernier Stiglitz, une enquête sur le système Amazon, un roman historique et un livre politique. Voici les ouvrages q...

Rencontre avec Leïla Slimani

Rencontre avec Leïla Slimani

D’aussi loin qu’elle s’en souvienne, Leïla Slimani a toujours été réfractaire aux injonctions. Celles des adultes, d’abord, celles de la société ensui...

Trump, la menace de la destitution

Trump, la menace de la destitution

Improbable il y a encore quelques mois, le scénario d’une possible condamnation d’impeachment elle-même susceptible de déboucher sur une procédure de...

Procès du Mediator, autopsie d'un système

Procès du Mediator, autopsie d'un système

Considéré comme hors-norme en raison de l’ancienneté des faits et du nombre de victimes supposées, le procès du Mediator l’est également par ce qu’il...

Extrême droite et Russie, les affinités électives

Extrême droite et Russie, les affinités électives

En soutenant ouvertement la droite populiste du Vieux Continent, Vladimir Poutine agit dans l’intérêt de la Russie. De quoi trembler ? Pas vraiment pu...

Brexit : accord conclu ?

Brexit : accord conclu ?

La nouvelle fait l'effet d'une bombe. En fin de matinée Jean-Claude Juncker a annoncé qu'un accord sur le Brexit aurait été trouvé. Reste à l'adopter.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message