Jacques Chirac, plus Audiard que Trump

La disparition de l'ancien président de la République nous fait prendre conscience que la politique peut se conjuguer avec humanisme et amour des gens. À méditer.

La disparition de l'ancien président de la République nous fait prendre conscience que la politique peut se conjuguer avec humanisme et amour des gens. À méditer.

Je vous aime. À l’heure où la politique se fait chaque jour plus brutale ; où l’insulte se banalise et où les échanges s’électrisent, les mots du président Chirac, notamment ceux qu’il prononce début 2007 lors de sa dernière allocution officielle, se chargent d’une résonance particulière. Presque anachronique dans leur simplicité et, pourtant, étrangement d’actualité. Comme une réponse à l’hystérie collective qui, sous l’impulsion d’une génération de dirigeants habitués à user de la provocation comme d’une arme de dissuasion diplomatique, gagne le débat public. Comme un retour à l’essentiel aussi. Un rappel de la vocation première de l’engagement politique consistant (faut-il le rappeler ?) à avoir le goût des autres. Pas celui qui se met en scène face caméras ou qui s’affiche sur Twitter. Celui qui se fait discret et sincère, hors calcul électoral et posture politicienne. Celui-là, Jacques Chirac l’avait.  

Lui le bon vivant, l’homme de terroir et de contact, aussi à l’aise avec les agriculteurs que devant les journalistes ; sympathique à force de spontanéité, populaire sans s’y employer et, surtout, sans surjouer. Lui le visionnaire qui, seize ans avant Greta Thunberg, alertait sur l’urgence climatique et déclarait « notre maison brûle et nous regardons ailleurs », évoquant une nature « mutilée et surexploitée », dénonçant l’inaction et le déni... L’irrévérencieux qui, sans le vouloir et bien avant que la mode du langage décomplexé n’envahisse la sphère publique, parlait vrai – de sa « gueule de droite » et de ses goûts « de gauche » – « la choucroute, la bière… » – ; franc sans être acerbe, truculent sans être insultant. Plus Michel Audiard que Donald Trump en somme. Plus animal politique que bête de scène médiatique aussi. Moins conforme, autrement dit, aux attendus du moment.

Car enfin, que dirait-on aujourd’hui d’un leader politique qui, posément, sans ciller, déclarerait : « Pas un instant vous n’avez cessé d’habiter mon cœur » ? Qu’il est bon communicant ? naïf ? populiste ? démago ?... Ou tout simplement qu’il est un authentique dirigeant ? Avec tout ce que la fonction implique d’engagement sincère et d’empathie. De don de soi et d’ouverture aux autres.

Caroline Castets

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Lutte contre la cybercriminalité : après les paroles, il faut passer aux actes !

Lutte contre la cybercriminalité : après les paroles, il faut passer aux actes !

Un ancien chef de gouvernement de Malaisie qui appelle au meurtre de Français, un vice-ministre turc qui attise la haine contre Charlie Hebdo, des mil...

Retour du confinement : retrouvez les grandes annonces d'Emmanuel Macron

Retour du confinement : retrouvez les grandes annonces d'Emmanuel Macron

Écoles, collèges, Ehpad, commerces, attestations, durée... Voici ce qu'il faut retenir des annonces du président de la République.

Deux livres à ne pas manquer pour se préparer à la présidentielle américaine

Deux livres à ne pas manquer pour se préparer à la présidentielle américaine

Le duel Trump-Biden approche. Il est encore temps de s’y préparer en lisant un peu. Parmi les multiples ouvrages publiés sur le sujet, deux retiennent...

Maires écolos : où en sont-ils ?

Maires écolos : où en sont-ils ?

Avec une vingtaine de villes remportées et plus de 2 millions d’administrés, les Verts peuvent désormais mettre en œuvre leurs idées. Disséquer les pr...

Agnès Pannier-Runacher : "La relance de l’industrie dépend de la situation sanitaire des autres pays"

Agnès Pannier-Runacher : "La relance de l’industrie dépend de la situation sanitaire des autres pays...

En proie à une crise sans précédent, l’industrie doit déjà se préparer à de nouvelles problématiques comme le Brexit. Pour l’aider à faire face à la s...

Trump vs Biden : la bataille financière en infographie

Trump vs Biden : la bataille financière en infographie

Si l’argent est une garantie de victoire, Joe Biden semble très bien parti. Mais d’autres paramètres à prendre en compte rendent la présidentielle amé...

Après Conflans-Sainte-Honorine, le grand tournant de la gauche française ?

Après Conflans-Sainte-Honorine, le grand tournant de la gauche française ?

La terrible décapitation de Samuel Paty est un désaveu pour la politique "d’accommodement" d’une grande partie de la gauche qui risque probablement de...

Le paradoxe Yannick Jadot

Le paradoxe Yannick Jadot

Le député européen est probablement le meilleur candidat de la gauche pour la présidentielle de 2022. Seul hic, son camp n’est pas forcément de cet av...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte