J. Thébault (AssetMetrix) : "Nous ne venons pas du software mais de l’investissement"

Dans un monde du private equity chaque année plus compétitif, Assetmetrix se donne les moyens de rivaliser avec les principaux SaaS dédiés aux fonctions supports des sociétés de gestion, au premier rang desquels, eFront.
Julien Thébault, Head of France, AssetMetrix

Dans un monde du private equity chaque année plus compétitif, Assetmetrix se donne les moyens de rivaliser avec les principaux SaaS dédiés aux fonctions supports des sociétés de gestion, au premier rang desquels, eFront.

Décideurs. Après l’Allemagne et le Royaume-Uni, AssetMetrix s’attaque au marché français. En quoi vous différenciez-vous des autres solutions du marché ?

Julien Thébault. AssetMetrix est née d’un constat fait notamment par Emmeram von Braun, à la tête de Braun & Schreiber, un fonds de fonds allemand pesant près d’un milliard d’euros sous gestion : il n’existait pas de solution vraiment efficace sur le marché pour outsourcer les fonctions de back et middle office à destination des sociétés de gestion de taille moyenne. Avec d’autres investisseurs, il a pris le parti de créer AssetMetrix, en offrant une solution issue de la réflexion de professionnels. Nous ne venons donc pas du software mais de l’investissement. Ce point est important dans notre développement car il nous différencie fortement par rapport aux autres acteurs du marché. Dès sa création, la société a eu une connotation très digitale, avec l’automatisation des processus et l’utilisation de technologies d’évaluation et de gestion des données. Nous ne vendons pas de software mais nous offrons des services. Chacun de nos clients peut faire appel à nous en fonction de ses besoins réels. Si notre siège à Munich, nous disposons de relais locaux et couvrons l’ensemble des marchés.

Concrètement, quelle est votre offre ?

Nous accompagnons les investisseurs en leur permettant de se focaliser là où ils ont de la valeur ajoutée, à savoir la levée de fonds puis l’investissement. AssetMetrix a vocation à faire tout le reste. Ainsi, un portail web, adapté aux besoins de nos clients, centralise ainsi l’ensemble des informations accessibles. Tout est intuitif, simple d’utilisation et surtout efficace. C’est particulièrement important à l’heure de collecter et de traiter les données. Nous avons tous utilisé des solutions compliquées, qui ne répondaient pas à nos vrais enjeux. Notre proposition répond aux écueils vécus et offre des solutions simples de reporting, de benchmarking des éléments du portefeuille, compare les données prévisionnelles avec celles du marché. Tout cela s’avère particulièrement utile et efficace à l’heure d’améliorer les relations entre le GP et ses LPs. Le portail peut également servir de dataroom virtuelle ou encore d’espace sur mesure d’administration de fonds, depuis la gestion des appels de fonds, à leur distribution, en passant par l’aide à l’analyse avec une meilleure visualisation des données.

Quelles sont vos cibles ?

Notre solution a été pensé pour l’ensemble des acteurs du marché en private equity, dette privée, immobilier ou encore en « infra », dès lors que la digitalisation et les problématiques liées au reporting ont de l’importance. AssetMetrix fournit des solutions innovantes en matière d’accès à l’information.

Le marché répond-il positivement à votre offre ?

L’accueil est d’autant plus favorable que notre solution apporte des bénéfices à nos clients LPs et GPs en matière de transparence des données et d’outils analytiques tout à la fois performants et simples d’utilisation.

Vous venez ainsi de signer un partenariat avec BNP Paribas Securities Services. Quelle en est la portée ?

Effectivement. La portée est tout d’abord capitalistique, puisque BNP Paribas Securities Services en s’associant avec AssetMetrix, souscrit à une prise de participation stratégique à notre capital, tout en utilisant nos solutions pour étendre et digitaliser leurs services mis à disposition des sociétés de gestion et investisseurs. Ce partenariat est une belle réussite car l’appel d’offres était particulièrement exigeant. Nous n’en restons pas moins indépendants vis-à-vis de BP2S avec l’objectif clair de continuer d’accroître notre position de leader sur ce marché en Europe.

Propos recueillis par Alexis Valero.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Pour Deliveroo, la crise sanitaire est un jackpot

Pour Deliveroo, la crise sanitaire est un jackpot

Entre les confinements et le télétravail, la livraison de repas à domicile connaît un succès sans précédent depuis maintenant un an. Melvina Sarfati e...

Les ERP, la Covid-19 et le futur vus par Claude-Emmanuel Chapelan

Les ERP, la Covid-19 et le futur vus par Claude-Emmanuel Chapelan

Directeur avant-vente du marché ERP chez Cegid, Claude-Emmanuel Chapelan revient sur les grands enjeux de son secteur d’activité.

Vaccin Covid-19 : le Leem publie une série de vidéos explicatives

Vaccin Covid-19 : le Leem publie une série de vidéos explicatives

Afin de répondre aux incertitudes des Français, le Leem, l’organisation professionnelle des entreprises du médicament en France, publie sur les réseau...

Carrefour explose son chiffre d'affaires et progresse en e-commerce

Carrefour explose son chiffre d'affaires et progresse en e-commerce

Le géant de la distribution Carrefour enregistre sa meilleure performance depuis 20 ans malgré la crise sanitaire actuelle. Stratégie, organisation et...

Un site web peut faire payer le refus de cookies

Un site web peut faire payer le refus de cookies

Plusieurs sites internet utilisant la pratique des cookies wall ont été dénoncés à la Cnil par des internautes. En cause : la proposition qui leur est...

Dossier. Travailler en 2021, la nouvelle donne digitale

Dossier. Travailler en 2021, la nouvelle donne digitale

La crise sanitaire se traduit par une accélération de la transformation numérique bouleversant les modes de travail. Ses effets se font ressentir de f...

Stéphane Bancel, PDG de Moderna, fait une entrée fracassante dans le "club" des milliardaires

Stéphane Bancel, PDG de Moderna, fait une entrée fracassante dans le "club" des milliardaires

À la tête de la biotech Moderna depuis près de dix ans, Stéphane Bancel n’a pas attendu la crise sanitaire pour parier sur une technologie qui, en acc...

M. Mallédant (Hoppen) : "Les établissements de santé pensent se digitaliser en faisant du dossier médical informatique"

M. Mallédant (Hoppen) : "Les établissements de santé pensent se digitaliser en faisant du dossier mé...

Le rennais Hoppen est devenu le premier acteur de la digitalisation de la santé en France avec plus de 150 clients, publics comme privés. Chaque année...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte