J.Seaman (Ifri) : "Hongkong est une exception qui dérange"

Avec son passé et le statut à part qui en découle, Hongkong s’apparente à une enclave occidentale en territoire chinois. De quoi agacer Pékin, sans aucun doute, mais aussi l’inciter à la prudence et au pragmatisme, explique John Seaman, chercheur au centre Asie de l’IFRI, qui pointe le risque d’image majeur qu’impliquerait pour la Chine toute escalade et répression violente.

Avec son passé et le statut à part qui en découle, Hongkong s’apparente à une enclave occidentale en territoire chinois. De quoi agacer Pékin, sans aucun doute, mais aussi l’inciter à la prudence et au pragmatisme, explique John Seaman, chercheur au centre Asie de l’IFRI, qui pointe le risque d’image majeur qu’impliquerait pour la Chine toute escalade et répression violente.

Décideurs. La mobilisation hongkongaise a fait reculer Pékin. Faut-il y voir une authentique victoire de la rue face aux tentatives du pouvoir de rogner sur les libertés publiques ?

John Seaman. Je pense qu’il s’agit davantage d’un repli tactique destiné à limiter le risque d’escalade à une période où Pékin est déjà engagé dans un jeu de pouvoir complexe au niveau international, notamment avec les États-Unis. Il faut bien comprendre que Hongkong occupe une place particulière dans le système politique et social chinois. C’est un territoire très connecté à la société internationale, si bien que la façon dont Pékin gérera cette crise aura un impact immédiat sur l’image de la Chine dans le monde occidental.

Au cœur de cette crise se trouve donc le statut à part de Hongkong. Comment celui-ci est-il perçu par Pékin ?

Depuis sa rétrocession, Hongkong est vu par les Chinois comme une exception à la fois sur le plan politique, culturel et social ; une enclave occidentale. Par exemple, lorsque la politique de l’enfant unique a été adoptée par Pékin, beaucoup de Chinois ont cherché à s’y installer afin de pouvoir avoir un deuxième enfant. À cette dimension d’exception s’ajoute le fait que, de par son passé commun avec le Royaume-Uni, Hongkong incarne une sorte de passerelle entre la communauté chinoise et la société internationale, ce qui se passe en Chine étant désormais accessible à l’international via ce ­territoire. Cela en fait bien évidemment une exception qui dérange et derrière les tentatives de Pékin de restreindre ses libertés publiques se trouve la volonté de contrôler le message délivré à l’Occident sur la société chinoise.

Pékin n’en est donc pas à sa première tentative ?

Non, bien sûr que non. Ce qui contribue d’ailleurs à expliquer l’ampleur des manifestations récentes. Parce qu’il existe, chez les Hongkongais, le sentiment que Pékin contrôle déjà une partie de la vie politique et médiatique et qu’un glissement se poursuit dans ce sens. En 2014, c’est déjà ce qui avait donné lieu à la « Révolution des parapluies ».

Comment la situation devrait-elle évoluer selon vous ?

Difficile de le dire avec certitude à ce stade mais je pense que le gouvernement va jouer la montre de manière à calmer les esprits et, encore une fois, à écarter tout risque de voir les tensions conduire à des débordements qui eux-mêmes seraient susceptibles de mener à une répression dont des images seraient immanquablement diffusées sur les réseaux sociaux et terniraient l’image de la Chine à l’international. D’où le fait que Pékin joue aujourd’hui la prudence et le pragmatisme.

Cette crise « locale » comporte donc des enjeux d’image stratégiques pour Pékin à l’international ?

Effectivement, si le gouvernement chinois surréagit, il court le risque d’être perçu comme un régime autoritaire, ce qui serait extrêmement dommageable à une période telle que celle-ci, devant laquelle la Chine se montre particulièrement soucieuse de son image sur le plan mondial ou elle veut apparaître en acteur responsable. Si le pouvoir en place est vu comme un régime répressif à l’égard des libertés démocratiques, cela ne jouera pas en la faveur de Pékin, son ambition étant d’apporter la démonstration que d’autres régimes de gouvernance politique existent hors de la démocratie et que ceux-ci présentent une alternative efficace au modèle occidental.

Propos recueillis par Caroline Castets

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Thomas Gomart (Ifri) : "L’UE n’est pas encore une grande puissance"

Thomas Gomart (Ifri) : "L’UE n’est pas encore une grande puissance"

Si l’Union européenne est une puissance commerciale de premier ordre, de nombreux chantiers restent à mener en matière de défense et de recherche. L’u...

Christian Jacob nouveau patron de LR

Christian Jacob nouveau patron de LR

Le président du groupe LR à l’Assemblée nationale a remporté, sans surprise, l’élection du chef de parti. Son score de 62% devrait lui donner la légit...

P.Coton (CFTC) : "Pour le moment, la réforme est sociale"

P.Coton (CFTC) : "Pour le moment, la réforme est sociale"

Pascale Coton mène les négociations sur la réforme des retraites au nom de la CFTC dont elle est vice-présidente. Elle estime que, pour l'instant, le...

L.Escure (Unsa) : "Nous n'étions pas demandeurs de la réforme des retraites"

L.Escure (Unsa) : "Nous n'étions pas demandeurs de la réforme des retraites"

Le secrétaire général de l’Unsa, Laurent Escure, essaie de peser sur la réforme des retraites. Il explique pourquoi cette dernière pourrait potentiell...

Jean-Paul Delevoye : le discours et la méthode

Jean-Paul Delevoye : le discours et la méthode

Pour réformer les retraites, Emmanuel Macron fait confiance à Jean-Paul Delevoye. Cet homme de dialogue mène un véritable marathon pour convaincre syn...

J.L Touraine (LREM) : "La PMA pour toutes est une étape supplémentaire dans l’émancipation des femmes"

J.L Touraine (LREM) : "La PMA pour toutes est une étape supplémentaire dans l’émancipation des femme...

Le 27 septembre, l'Assemblée nationale a voté en première lecture l'article premier du projet de loi sur la bioéthique qui prévoit d'étendre à toutes...

Cédric Villani, l'appel de Paris

Cédric Villani, l'appel de Paris

En déclarant sa candidature à la Mairie de Paris et en légitimant les dissidences au sein de la majorité, Cédric Villani a ouvert la boîte de Pandore....

Jacques Chirac, plus Audiard que Trump

Jacques Chirac, plus Audiard que Trump

La disparition de l'ancien président de la République nous fait prendre conscience que la politique peut se conjuguer avec humanisme et amour des gens...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message