J. Revault (Factofrance) : "Si nous n’avions qu’un seul conseil à donner aux décideurs, ce serait celui d’anticiper"

L’affacturage fait office de véritable bulle d’oxygène pour les entreprises, particulièrement en période de crise. Acteur de référence en France, Factofrance propose une large gamme de produits et de services afin d’optimiser la trésorerie et la gestion du poste clients des entreprises. Jean Revault, directeur de la relation clients, revient sur les différents aspects de leurs offres sur mesure.

L’affacturage fait office de véritable bulle d’oxygène pour les entreprises, particulièrement en période de crise. Acteur de référence en France, Factofrance propose une large gamme de produits et de services afin d’optimiser la trésorerie et la gestion du poste clients des entreprises. Jean Revault, directeur de la relation clients, revient sur les différents aspects de leurs offres sur mesure.

Décideurs. Comment Factofrance se différencie-t-il des autres factors ?

Jean Revault. Nous sommes le seul factor qui ne soit pas lié au réseau d’un groupe bancaire. Depuis l’origine, notre cœur de métier est de répondre à l'ensemble des besoins de l'entreprise en matière de financement du cycle d'exploitation, qu'ils soient ponctuels ou structurels. Si le financement est souvent le premier service cité quand on fait appel à un factor, il ne faut pas négliger les autres aspects tels que la garantie contre l’insolvabilité client ou les services de relance et de recouvrement.

Notre vision de spécialiste nous permet d’apporter un soin particulier à nos offres. En effet, nous développons nos produits en fonction des besoins des entreprises et des secteurs d’activité. À titre d’exemple, depuis une trentaine d’années, nous avons élaboré une solution pour les acteurs du numérique avec une équipe dédiée au secteur, Factobail. En suivant de près toutes les évolutions de cet écosystème, nous pouvons les accompagner sur la mise en place de financements plus adaptés. Nos clients nous disent d’ailleurs souvent qu’ils n’ont pas l’impression de parler à un financier mais à un véritable partenaire qui connait et comprend leur métier et leurs problématiques. Cette approche nous permet également d’intervenir dans tous types de situations comme dans les phases de restructuring pour lesquelles nous avons également un département spécialisé avec une équipe dédiée.

En 2020, vous avez lancé Digifact, une plateforme de dématérialisation de documents qui simplifie l'affacturage pour les TPE-PME…

La crise sanitaire a évidemment accéléré la dématérialisation mais Digifact avait été pensé bien avant, car nous cherchions à dématérialiser ces flux, dont les volumes sont toujours importants, tout en simplifiant leur traitement pour les entreprises et notamment les plus petites.

La plateforme permet, sans aucun développement informatique pour les clients, la transmission automatisée, digitale et instantanée des créances et justificatifs associés. Elle génère simultanément les documents de cession dématérialisés à signer en ligne. Ainsi, l’utilisateur reçoit, en quelques minutes seulement, la confirmation de la validation du transfert de créances et il pourra utiliser un financement de manière autonome.

"En transformant les créances en cash, l’affacturage devient une solution de financement complémentaire"

Comment accompagnez-vous vos clients dans leur développement international ?

Nous agissons sur deux axes. Le premier concerne l’export avec Cofacrédit, notre département dédié, qui agit en matière de gestion et de financement des créances sur l’export notamment sur des problématiques de relance et de recouvrement. Pour cela, nous maîtrisons les réglementations locales et effectuons des relances multilingues sur un peu plus de cent pays.

Le second s’adresse aux groupes possédant des filiales à l’étranger qui souhaitent disposer d’une gestion centralisée et simplifiée. Comme pour l’export, nous maitrisons ces montages particulièrement complexes, en respectant les pratiques locales en matière de droit des cessions.

Dans quelle mesure l’affacturage peut-il être un soutien aux entreprises affectées par la crise sanitaire ?

La situation est particulièrement complexe en termes de visibilité. Si nous n’avions qu’un seul conseil à donner aux décideurs, ce serait celui d’anticiper. Il est important qu’ils restent attentifs à leur trésorerie disponible afin de protéger leurs capacités de financement. La reprise est devant nous et les besoins en fonds de roulement de nombreuses entreprises vont augmenter.

En transformant les créances clients en cash, l’affacturage devient une solution de financement complémentaire pour les sociétés ayant alourdi leur endettement avec les mesures de soutien. Nous travaillons aux côtés de nos clients sur leurs différents scénarios de reprise afin de mettre en place des outils adaptés pour les accompagner.

Propos recueillis par Béatrice Constans

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Frédéric Trinel (Ecovadis) : "Nous avons atteint un point de non-retour sur l’importance des critères ESG"

Frédéric Trinel (Ecovadis) : "Nous avons atteint un point de non-retour sur l’importance des critère...

Créée en 2007, Ecovadis a développé une plateforme permettant aux sociétés d’évaluer leur politique en matière d'ESG. En forte croissance, Ecovadis tr...

Les fonds de private equity, nouveaux acteurs de la philanthropie ?

Les fonds de private equity, nouveaux acteurs de la philanthropie ?

Les initiatives philanthropiques se multiplient au sein des fonds d’investissement. Pour amener des financements à des associations qui en manquent cr...

Levée record pour Capza

Levée record pour Capza

Capza inscrit un nouveau record à son palmarès en levant 700 millions d’euros pour son nouveau fonds Capza 5 flex equity, soit le double de la taille...

M. David (Creative Value) : "Pour faire du LBO, il faut être différent"

M. David (Creative Value) : "Pour faire du LBO, il faut être différent"

À la tête de Creative Value, société indépendante d'executive search, Michel David opère exclusivement auprès de fonds de Private Equity à position ma...

Coralie Oger et son équipe arrivent chez Scotto Partners

Coralie Oger et son équipe arrivent chez Scotto Partners

Grâce à l’arrivée de Coralie Oger, de Pierre Lumeau et de Caroline Vieren en provenance de FTPA, la boutique française spécialiste du management packa...

F. Duval (Amazon France) : "Seule une PME sur huit utilise des solutions de vente en ligne"

F. Duval (Amazon France) : "Seule une PME sur huit utilise des solutions de vente en ligne"

Amazon France comptera 14 500 collaborateurs à la fin de l'année et se place aujourd'hui comme un acteur de la digitalisation. Frédéric Duval, son dir...

E. Laillier (Tikehau) : "La demande des particuliers pour investir en private equity est de plus en plus forte"

E. Laillier (Tikehau) : "La demande des particuliers pour investir en private equity est de plus en...

Activité clef de Tikehau Capital, le private equity poursuit sa montée en puissance et continue de se développer à travers, notamment, plusieurs belle...

Shift Technology entre dans le club des licornes françaises

Shift Technology entre dans le club des licornes françaises

La pépite tricolore de l’assurtech vient de lever 220 millions de dollars. La clé du succès ? Des solutions basées sur l’IA qui permettent aux assureu...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte