J-P. Prudhomme (Milleis Banque) : "La gestion sous mandat : une expertise clé en main au service de nos clients"

Face à la multitude d'informations économiques et financières à traiter, la gestion sous mandat s'impose comme une solution efficace et sécurisante. Entretien avec Jean-Patrice Prudhomme, directeur marchés, conseil et gestion, Milleis Banque.
Jean-Patrice Prudhomme

Face à la multitude d'informations économiques et financières à traiter, la gestion sous mandat s'impose comme une solution efficace et sécurisante. Entretien avec Jean-Patrice Prudhomme, directeur marchés, conseil et gestion, Milleis Banque.

Les marchés, c'est un métier. D'autant plus que leur internationalisation les rend de plus en plus complexes et techniques. Dans un tel environnement, se lancer sans une connaissance pointue s'apparente donc à un gigantesque saut dans le vide... sans parachute. Dès lors, pourquoi ne pas confier votre capital à de vrais spécialistes, rodés aux tumultes des marchés ? C'est là que la gestion sous mandat intervient. 

En effet, ce mode de gestion permet aux clients qui ne disposent pas du temps ou des connaissances nécessaires pour gérer leur portefeuille de déléguer la gestion de leurs actifs financiers à des experts. Concrètement, vous laissez faire, votre gérant s'occupe de tout. Jean-Patrice Prudhomme, directeur marchés, conseil et gestion chez Milleis Banque, décrypte ce mode de gestion. 

En quoi consiste la gestion sous mandat chez Milleis Banque ?

Jean-Patrice Prudhomme. C'est très simple : elle consiste à déléguer à une équipe de gérants la gestion de ses avoirs financiers. Les raisons de ce choix peuvent être diverses : manque de temps, d'intérêt ou de connaissances. La gestion sous mandat s'inscrit dans une tendance très actuelle et moderne dans la mesure où la complexité de l'environnement économique et financier ainsi que la masse d'informations à traiter pour bien gérer son portefeuille sont aujourd'hui de véritables freins pour des clients. 

À quel type de client s'adresse ce mode de gestion ?

Chez Milleis, nous avons une gestion pour chaque profil d'investisseur. 

Comment ? 

Nous avons pensé nos offres pour qu'elles puissent répondre aux besoins de tous nos clients, quels qu'ils soient. C'est pourquoi nous avons élaboré quatre profils de gestion, qui vont du plus prudent au plus dynamique. Le principe est simple : plus le profil est prudent, moins son portefeuille sera composé d'actifs dynamiques (actions et obligations volatiles). Par exemple, pour un portefeuille rele- vant du profil 1 – le plus prudent –, il y aura un maximum de 40 % d'actifs dynamiques. Pour le profil 4, il y aura 100 % d'actifs dynamiques. De cette manière, la grande majorité des sensibilités au risque est représentée dans nos profils de gestion. 

Est-il possible de « sortir » de ces quatre profils ?

Absolument. Au-delà de ces profils, nous sommes en mesure, sous certaines conditions, d'adapter nos profils pour ceux qui ne voudraient pas être présents sur certaines zones géographiques ou sur certains secteurs d'activité. Si un client porté sur le développement durable ne souhaite pas de valeur liée au secteur pétrolier, nous pouvons l'exclure de son portefeuille et le gérer sans qu'il y soit présent. 

"Nous considérons le banquier privé comme un médecin de famille. Il connaît parfaitement son client, sa situation bancaire, financière, familiale, etc." 

En quoi l'offre Milleis Banque se distingue-t-elle ?

Au-delà de nos profils de gestion et de notre large diversification internationale, sectorielle et thématique sur les actions et les obligations, la force de Milleis, c'est que nous prenons le temps avec nos banquiers privés et nos experts de bien analyser les besoins et les objectifs de nos clients pour leur proposer les solutions qui correspondent le mieux à leurs attentes. 

L'offre de Milleis Banque se distingue aussi des autres groupes bancaires par une sélection d'OPC choisis à 100 % en architecture ouverte auprès des meilleurs gestionnaires d'actifs. 

Enfin, Milleis Banque prend en compte les besoins de nos clients en matière de fiscalité pour intégrer la gestion sous mandat au sein de toutes les enveloppes fiscales telles que le PEA et l'assurance-vie en architecture ouverte. Il existe d'ailleurs chez Milleis deux modes de gestion en assurance-vie : 

1) la gestion d'un fonds d'investissement dédié (FID) au sein d'un contrat de droit luxembourgeois en architecture ouverte ; 

2) la gestion pilotée au sein de notre contrat interne à Milleis Vie, pour lequel notre différence vient de l'optimisation de l'allocation financière du contrat entre la poche euro et la poche en UC pour chacun de nos quatre profils de gestion. 

Concrètement, comment cela se passe-t-il ?

Nous considérons le banquier privé comme un médecin de famille. Il connaît parfaitement son client, sa situation bancaire, financière, familiale, etc. Dans un second temps, quand on entre dans une phase d'approfondissement de la gestion patrimoniale du client, le banquier privé fait appel à ses experts. Ce sont eux qui vont gérer son portefeuille dans le cadre d'une gestion sous mandat. Chez Milleis, nous avons trois grandes familles d'experts : les gérants de portefeuilles, les spécialistes des produits d'investissement et les ingénieurs patrimoniaux. Toutes ces équipes travaillent de concert avec le banquier privé afin de trouver la solution qui correspond le plus aux attentes du client. À noter que nos experts sont également en région afin de se tenir au plus près de nos clients. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Retrouvez les classements issus du Guide Risk Management & Assurance 2022

Retrouvez les classements issus du Guide Risk Management & Assurance 2022

Après plus de trois mois d'enquête, la rédaction de Décideurs a le plaisir de vous partager ses classements des meilleurs professionnels en matière de...

Aston Avocats renforce sa pratique en droit social

Aston Avocats renforce sa pratique en droit social

Avocate spécialiste en droit du travail et de la sécurité sociale, Rosine de Matos est nommée counsel au sein du département social du cabinet Aston A...

Une non-juriste dirige dorénavant Altius

Une non-juriste dirige dorénavant Altius

Le cabinet belge Altius renouvelle sa direction et nomme Valérie Struye general manager. Il sera pour la première fois dirigé par un professionnel san...

L’UE est prête pour le reporting extrafinancier des grandes entreprises

L’UE est prête pour le reporting extrafinancier des grandes entreprises

Mardi 22 juin, le Parlement européen et les gouvernements des 27 ont conclu un accord provisoire sur la directive CSRD, qui prévoit de nouvelles règle...

Room Avocats mise sur sa pratique distribution concurrence

Room Avocats mise sur sa pratique distribution concurrence

Le réseau d’avocats d’affaires Room Avocats accueille Gwendoline Cattier à la tête de sa pratique distribution concurrence. L’avocate est passée par c...

Google et droits voisins : la conclusion

Google et droits voisins : la conclusion

Après deux ans de tractations entre Google et l’Apig et une amende de 500 millions d’euros, le dossier des droits voisins est désormais clos pour la f...

Nouvel associé marseillais pour UGGC Avocats

Nouvel associé marseillais pour UGGC Avocats

Le cabinet indépendant présent à l’international UGGC Avocats consolide son bureau de Marseille grâce à l’arrivée d’un nouvel associé spécialiste du d...

Winifrey Caudron : de la finance aux assurances

Winifrey Caudron : de la finance aux assurances

Depuis seize ans, Winifrey Caudron évolue au sein du groupe Up. Retour sur son parcours et sur son intérêt croissant pour les thématiques de risk mana...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message