J-P Mesic (Stellantis) : 'En 2030, 30% de nos modèles seront électriques"

En mai dernier, Jean-Pierre Mesic a pris la succession de Hugues de Laage à la direction des ventes B2B du groupe Stellantis en France. Alors que Peugeot domine ce marché, celui-ci va devoir piloter la gestion de l’ensemble des marques qui composent désormais ce nouveau groupe.

En mai dernier, Jean-Pierre Mesic a pris la succession de Hugues de Laage à la direction des ventes B2B du groupe Stellantis en France. Alors que Peugeot domine ce marché, celui-ci va devoir piloter la gestion de l’ensemble des marques qui composent désormais ce nouveau groupe.

Décideurs. Vous avez en charge les ventes B2B de Stellantis en France. Sur ce marché en progression, quels sont les résultats des marques du groupe?

Jean-Pierre Mesic. À fin avril, nous constatons que la progression des ventes aux entreprises a redémarré plus vite que celle émanant des particuliers. En parts de marché, Peugeot détient 28,4 % des achats réalisés par des entreprises. Cela représente 20000 véhicules commercialisés en plus depuis le début de l’année par rapport à 2020. L’écart entre Peugeot et le second sur ce secteur est extrêmement important. Au troisième rang, Citroën détient 11,3 % de parts de marché, DS 1,7 % et Opel 1,3 %.

Comment procédez-vous pour proposer l’ensemble des quatorze marques du groupe à votre clientèle flotte ? Une saine concurrence interne prévaut-elle ou est-ce le client qui dicte son choix?

Le pilotage et l’approche multimarques existaient déjà au sein de PSA, donc culturellement cette démarche est déjà organisée. Sous la bannière Stellantis, nous allons l’étendre en direction des grands comptes ainsi qu’auprès des acteurs de la location longue et courte durée. Pour la partie d’activité BtoB qui passe par le réseau des différentes marques, l’approche qui avait cours auparavant sera maintenue. Pour nos très gros clients, nous avons en effet une démarche transversale associant l’ensemble des marques. Cependant, nous tenons à préserver l’identité de chacune d’entre elles tout en jouant sur les synergies. Cela permet de créer de nouvelles alternatives pour nos clients et cela nous ouvre la voie à l’acquisition de nouvelles parts de marché. De la même manière, au sein des différentes marques du groupe, motorisations et performances sont sensiblement identiques.

Comment la clientèle des entreprises perçoit-elle les similitudes d’un modèle et d’une marque à l’autre ?

En ce qui concerne les motorisations, il convient de rappeler que nous proposons une offre très large mais que chaque marque a sa propre identité. De même, chaque véhicule a son propre TCO (Coût total d’usage - NDR) lequel répond à un besoin ou à un niveau d’attractivité envers le collaborateur de l’entreprise, qu’il soit commercial, cadre ou dirigeant. Enfin, notre offre s’est considérablement élargie avec l’introduction de motorisations électriques et hybrides rechargeables. Nous proposons cette double technologie sur un large segment de modèles avec une large palette de carrosseries et de technologies. L’introduction de la loi LOM sur les mobilités et les incitations fiscales liées au bonus écologique nous ouvrent de nouvelles possibilités de gains de part de marché. Nous enregistrons ainsi une forte croissance de nos ventes de modèles hybrides rechargeables mais nous prenons également notre part des ventes de véhicules électriques avec une offre qui s’est élargie. Celle-ci s’étend désormais avec les Peugeot e-208 et e-2008, la DS3 e-Tense, l’Opel e-Mokka, la Fiat 500 e et désormais la Citroën e-C4.

Quelles sont les raisons de l’engouement des flottes pour les modèles hybrides et de l’élan plus faible enregistré pour les voitures électriques ?

Les ventes de véhicules électriques vont continuer de progresser notamment grâce à la croissance du nombre de bornes publiques et aux progrès réalisés dans la rapidité de recharge des batteries. Un frein a été levé, celui de l’accessibilité des clients à l’offre de modèles électrifiés. Le prix de vente et les TCO de ces véhicules sont en effet en phase avec ceux des modèles thermiques. Désormais c’est l’usage qui doit être compatible et pour cela les flottes d’entreprises se penchent naturellement sur l’organisation qu’elles doivent mettre en place. Quant aux voitures hybrides rechargeables, elles bénéficient d’un usage mixte – thermique et électrique – attractif mais l’intérêt de ces modèles est de pouvoir être utilisés surtout en usage électrique. En 2025, 98 % des modèles du groupe seront électrifiés et, en 2030, 100 % de nos modèles seront électriques.

Propos recueillis par Jean-Pierre Lagarde

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Dossier spécial. Voitures hybrides, les modèles préférés des flottes

Hybrides, mild-hybrides ou hybrides rechargeables : quelles sont
les performances des nouveaux modèles proposés par les constructeurs et quels sont ceux qui tirent leur épingle du jeu dans les entreprises?
Sommaire Voitures hybrides : les modèles préférés des flottes Lexus UX300E : électrique et urbaine
RGPD : Adequacy bénéficie d’une levée de fonds de 1,2 million d’euros

RGPD : Adequacy bénéficie d’une levée de fonds de 1,2 million d’euros

Infhotep réalise une importante augmentation de capital pour le secteur de la legaltech, dont la finalité est de permettre à sa solution de mise en co...

La plateforme d’IA Bloom signe un partenariat avec Dassault Systèmes

La plateforme d’IA Bloom signe un partenariat avec Dassault Systèmes

Bloom poursuit son développement en réalisant une nouvelle levée de fonds de 11 millions d’euros et scelle un partenariat stratégique avec Dassault Sy...

Quels espoirs de traitements contre la Covid-19 ?

Quels espoirs de traitements contre la Covid-19 ?

Alors que la campagne de vaccination bat son plein, l’arsenal thérapeutique reste limité contre la Covid-19. Si aucun traitement n’a encore été valid...

30 milliards d’euros pour la France de 2030

30 milliards d’euros pour la France de 2030

Mardi 12 octobre, Emmanuel Macron présentait un programme de dix objectifs pour garantir à la France une croissance pérenne et gagner en souveraineté....

A. Guehennec (Saur) : "La cybersécurité, c’est un peu le jeu du gendarme et du voleur !"

A. Guehennec (Saur) : "La cybersécurité, c’est un peu le jeu du gendarme et du voleur !"

Comment le digital peut-il répondre aux enjeux climatiques et, par exemple, participer à la protection de l’eau ? C’est le pari ambitieux du projet me...

Thomas Strüngmann, son investissement dans BioNTech l'a rendu milliardaire

Thomas Strüngmann, son investissement dans BioNTech l'a rendu milliardaire

Investir dans BioNTech avant la pandémie rapporte gros. Ce n'est pas Thomas Strüngmann qui dira le contraire. Le vaccin anti-covid développé par la fi...

Skema Business School et Mines ParisTech lancent une formation certifiante en data science et IA for business

Skema Business School et Mines ParisTech lancent une formation certifiante en data science et IA for...

Skema Business School et Mines ParisTech / PLS Executive Education s’associent dans la création d’un programme de formation en ligne certifiant en dat...

Mirakl, la révolution du e-commerce

Mirakl, la révolution du e-commerce

Le spécialiste des logiciels de création de marketplaces est leader dans son secteur. Une réussite française que son cofondateur et CEO explique par u...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte