J-P Mesic (Stellantis) : 'En 2030, 30% de nos modèles seront électriques"

En mai dernier, Jean-Pierre Mesic a pris la succession de Hugues de Laage à la direction des ventes B2B du groupe Stellantis en France. Alors que Peugeot domine ce marché, celui-ci va devoir piloter la gestion de l’ensemble des marques qui composent désormais ce nouveau groupe.

En mai dernier, Jean-Pierre Mesic a pris la succession de Hugues de Laage à la direction des ventes B2B du groupe Stellantis en France. Alors que Peugeot domine ce marché, celui-ci va devoir piloter la gestion de l’ensemble des marques qui composent désormais ce nouveau groupe.

Décideurs. Vous avez en charge les ventes B2B de Stellantis en France. Sur ce marché en progression, quels sont les résultats des marques du groupe?

Jean-Pierre Mesic. À fin avril, nous constatons que la progression des ventes aux entreprises a redémarré plus vite que celle émanant des particuliers. En parts de marché, Peugeot détient 28,4 % des achats réalisés par des entreprises. Cela représente 20000 véhicules commercialisés en plus depuis le début de l’année par rapport à 2020. L’écart entre Peugeot et le second sur ce secteur est extrêmement important. Au troisième rang, Citroën détient 11,3 % de parts de marché, DS 1,7 % et Opel 1,3 %.

Comment procédez-vous pour proposer l’ensemble des quatorze marques du groupe à votre clientèle flotte ? Une saine concurrence interne prévaut-elle ou est-ce le client qui dicte son choix?

Le pilotage et l’approche multimarques existaient déjà au sein de PSA, donc culturellement cette démarche est déjà organisée. Sous la bannière Stellantis, nous allons l’étendre en direction des grands comptes ainsi qu’auprès des acteurs de la location longue et courte durée. Pour la partie d’activité BtoB qui passe par le réseau des différentes marques, l’approche qui avait cours auparavant sera maintenue. Pour nos très gros clients, nous avons en effet une démarche transversale associant l’ensemble des marques. Cependant, nous tenons à préserver l’identité de chacune d’entre elles tout en jouant sur les synergies. Cela permet de créer de nouvelles alternatives pour nos clients et cela nous ouvre la voie à l’acquisition de nouvelles parts de marché. De la même manière, au sein des différentes marques du groupe, motorisations et performances sont sensiblement identiques.

Comment la clientèle des entreprises perçoit-elle les similitudes d’un modèle et d’une marque à l’autre ?

En ce qui concerne les motorisations, il convient de rappeler que nous proposons une offre très large mais que chaque marque a sa propre identité. De même, chaque véhicule a son propre TCO (Coût total d’usage - NDR) lequel répond à un besoin ou à un niveau d’attractivité envers le collaborateur de l’entreprise, qu’il soit commercial, cadre ou dirigeant. Enfin, notre offre s’est considérablement élargie avec l’introduction de motorisations électriques et hybrides rechargeables. Nous proposons cette double technologie sur un large segment de modèles avec une large palette de carrosseries et de technologies. L’introduction de la loi LOM sur les mobilités et les incitations fiscales liées au bonus écologique nous ouvrent de nouvelles possibilités de gains de part de marché. Nous enregistrons ainsi une forte croissance de nos ventes de modèles hybrides rechargeables mais nous prenons également notre part des ventes de véhicules électriques avec une offre qui s’est élargie. Celle-ci s’étend désormais avec les Peugeot e-208 et e-2008, la DS3 e-Tense, l’Opel e-Mokka, la Fiat 500 e et désormais la Citroën e-C4.

Quelles sont les raisons de l’engouement des flottes pour les modèles hybrides et de l’élan plus faible enregistré pour les voitures électriques ?

Les ventes de véhicules électriques vont continuer de progresser notamment grâce à la croissance du nombre de bornes publiques et aux progrès réalisés dans la rapidité de recharge des batteries. Un frein a été levé, celui de l’accessibilité des clients à l’offre de modèles électrifiés. Le prix de vente et les TCO de ces véhicules sont en effet en phase avec ceux des modèles thermiques. Désormais c’est l’usage qui doit être compatible et pour cela les flottes d’entreprises se penchent naturellement sur l’organisation qu’elles doivent mettre en place. Quant aux voitures hybrides rechargeables, elles bénéficient d’un usage mixte – thermique et électrique – attractif mais l’intérêt de ces modèles est de pouvoir être utilisés surtout en usage électrique. En 2025, 98 % des modèles du groupe seront électrifiés et, en 2030, 100 % de nos modèles seront électriques.

Propos recueillis par Jean-Pierre Lagarde

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Dossier spécial. Voitures hybrides, les modèles préférés des flottes

Hybrides, mild-hybrides ou hybrides rechargeables : quelles sont
les performances des nouveaux modèles proposés par les constructeurs et quels sont ceux qui tirent leur épingle du jeu dans les entreprises?
Sommaire Voitures hybrides : les modèles préférés des flottes Lexus UX300E : électrique et urbaine
La SVOD, reine de l'audiovisuel

La SVOD, reine de l'audiovisuel

En quelques mois, allant de pair avec l’accroissement du temps passé à domicile, les plateformes de streaming ont vu le nombre de souscriptions explos...

Sponsoring sportif, une aventure au long cours !

Sponsoring sportif, une aventure au long cours !

Parier sur l’avenir en s’associant à un champion naissant peut s’avérer une formidable opportunité. Preuve en est le partenariat partagé depuis 7 ans...

Gafa : les Américains songent à serrer la vis

Gafa : les Américains songent à serrer la vis

Des projets de lois visant à instaurer davantage de concurrence ont été dévoilés en fin de semaine dernière. Apple, Amazon ou encore Google pourraient...

La renaissance de la foodtech

La renaissance de la foodtech

L’année 2020 aura été une année record pour l’écosystème des foodtech européennes. Celles-ci atteignent un niveau de deals de 2,7 milliards d’euros....

Le dropshipping, entre bon plans et arnaques

Le dropshipping, entre bon plans et arnaques

Souvent relayés par les influenceurs sur leurs réseaux sociaux, les sites de revente de type "dropshipping" pullulent sur la toile... et les arnaques...

Ledger intègre le troupeau des licornes françaises

Ledger intègre le troupeau des licornes françaises

Le courtier de portefeuille de cryptomonnaies Ledger boucle un nouveau tour de table de 380 millions de dollars. Désormais valorisé 1,23 milliard de d...

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

Alors que le débat autour de la levée des brevets sur les vaccins s’intensifie et que Joe Biden comme Emmanuel Macron y seraient favorables, Aurore Si...

Inscrire sa marque dans la révolution digitale

Inscrire sa marque dans la révolution digitale

Réussir son business en ligne est un défi et la marque un atout stratégique. Ce n’est un secret pour personne, il est impossible de nos jours d’avoir...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte