J.P. Charlez (ANDRH) : "Redonnons de l'utilité et de l'estime aux seniors"

Si les DRH jugent la réforme des retraites de bon sens, ils s’inquiètent des conséquences qu’elle aura au sein de leur entreprise, notamment sur l’allongement des carrières. Entretien avec leur porte-parole, Jean-Paul Charlez, président national de l’ANDRH.

Décideurs. Comment les directeurs des ressources humaines (DRH) appréhendent-ils la réforme des retraites ?

Jean-Paul Charlez. Sur le principe, la réforme ne fait pas débat. Simplifier, unifier, rationnaliser nous semble des objectifs sensés. Notre préoccupation, c’est que sur de nombreux sujets de transformation, l’État s’en remet aux entreprises. Avec le recul de l’âge de départ à la retraite et donc l’allongement de la durée d’activité, les DRH vont devoir gérer une tranche de population qu’elles étaient habituées à faire partir. Et ils ne sont pas nécessairement outillés pour le faire.

Quelles solutions envisagez-vous ?

Je ne crois pas aux dispositifs du type « contrat de génération ». Ils sont d’une autre époque. Pour accompagner les DRH, il faudrait réfléchir à un procédé plus opérationnel, la création d’un « référent senior » par exemple. Il s’agirait d’un responsable des ressources humaines qui s’assurerait que les seniors sont bien intégrés, formés, promus, augmentés. Pour que cette tranche d’âge quantitativement importante devienne qualitativement remarquable.

Vous aviez également évoqué la mise en place d’un index « seniors »…

L’âge demeure le premier facteur de discrimination, à l’embauche comme en situation de travail. Sur le même principe que l’index « égalité professionnelle », nous proposons de construire un index de « l’emploi des seniors » qui permettrait de suivre différents indicateurs : recrutement, part du budget de formation qui leur est consacrée, évolution professionnelle, rémunération, turnover. Un index surveillé par le référent senior qui serait chargé de proposer des pistes d’amélioration lorsque ces indicateurs sont au rouge.

Les DRH vont devoir gérer une tranche de population qu’elles étaient habituées à faire partir

Aujourd’hui, cette population est-elle négligée dans l’entreprise ?

Elle n’est en tout cas pas suffisamment considérée. Les seniors devraient être traités comme des salariés ordinaires. Voire mieux. Leur redonner de l’utilité et de l’estime me paraît indispensable. Il faut garder à l’esprit que ces personnes sont souvent responsables de deux générations, celles de leurs parents et de leurs enfants et que, de ce fait, ils ont besoin de travailler.

La loi Pacte prévoit la création du Plan d’épargne retraite, intégralement portable : une avancée pour les entreprises ?

La retraite complémentaire est un sujet difficile. Aujourd’hui, si vous arrivez en négociation annuelle obligatoire avec un budget, il correspond peu ou prou à l’inflation, autrement dit à environ 1 % de la masse salariale. La constitution d’une épargne retraite représenterait quant à elle au moins 0,8 % de cette masse. Est-ce que des salariés de 35 ans – avec une ancienneté de six ans et pour qui la portabilité est une notion inconnue – sont prêts à faire l’impasse sur une augmentation pour constituer une épargne retraite ? Nous en doutons.

Vannessa Frey

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Repenser la place des seniors dans l’entreprise

Repenser la place des seniors dans l’entreprise

Allongement de la vie, réforme des retraites, politiques de l’emploi, etc. : autant d’éléments qui maintiennent les seniors sur le marché du travail....

Alain Roumilhac (Manpower) : "Le rebond de l’emploi passera d’abord par nous"

Alain Roumilhac (Manpower) : "Le rebond de l’emploi passera d’abord par nous"

La crise sanitaire a mis à l’arrêt le secteur de l’intérim dans sa grande majorité. Président de Manpower France, Alain Roumilhac attend avec impatien...

Nathalie Fontaine (Renault Trucks) : « Nous avons tous des connaissances à partager »

Nathalie Fontaine (Renault Trucks) : « Nous avons tous des connaissances à partager »

Chez Renault Trucks, devenir une entreprise apprenante est une réflexion de longue date. Pour Nathalie Fontaine, directrice des compétences et du déve...

RH : s’adapter pour garder le Nord

RH : s’adapter pour garder le Nord

La stupeur causée par la brutalité de la crise du Coronavirus est passée. Nous sommes aujourd’hui dans un monde où les cartes ont été rebattues… Un mo...

Comment encourager les femmes à dynamiser leur carrière ?

Comment encourager les femmes à dynamiser leur carrière ?

Si la place des femmes dans la société semble être aujourd’hui un sujet d’arrière-garde, celui de la mixité au sommet des entreprises est bel et bien...

V. Vuillod (Coca-Cola): "Je vise 2023 pour parvenir à la parité!"

V. Vuillod (Coca-Cola): "Je vise 2023 pour parvenir à la parité!"

Avec un score de 98/100 à l’Index Égalité femmes-hommes, Coca-Cola European Partners France fait figure de bon élève. Entretien avec la DRH France du...

Jean-François Ode (Aviva) : « Le télétravail génère de la monotonie que nous combattons »

Jean-François Ode (Aviva) : « Le télétravail génère de la monotonie que nous combattons »

La crise sanitaire et le confinement de l’ensemble de la population ont nécessité une généralisation du télétravail. Jean-François Ode, DRH d’Aviva Fr...

Partout en Europe, un dialogue social maintenu pendant la crise

Partout en Europe, un dialogue social maintenu pendant la crise

Un dialogue social de qualité dans l’entreprise suppose des échanges nourris et réguliers entre l’employeur et les représentants du personnel, chose q...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message