J-P.Charlez (ANDRH) : « La réforme annoncée est d’une ampleur inédite »

Jean-Paul Charlez, président de l’association nationale des DRH (ANDRH) et lui-même DRH du groupe Etam, s’était réjoui de l’arrivée de Muriel ¬Pénicaud au ministère du Travail. Il salue l’action sociale de la première année du quinquennat Macron, qui répond aux attentes des entreprises.

Jean-Paul Charlez, président de l’association nationale des DRH (ANDRH) et lui-même DRH du groupe Etam, s’était réjoui de l’arrivée de Muriel ¬Pénicaud au ministère du Travail. Il salue l’action sociale de la première année du quinquennat Macron, qui répond aux attentes des entreprises.

Décideurs. L’ANDRH est-elle satisfaite des réformes sociales de la première année du quinquennat Macron ?

Jean-Paul Charlez. Nous ne faisons pas de politique, nos positions sont celles du bon sens. Les réformes mises en place depuis un an correspondent à des positions parfois anciennes de l’ANDRH. Sur les quinze mesures phares, onze constituent des propositions de l’association. Nous ne pouvons donc que nous en réjouir.

On a beaucoup parlé du choix du recours aux ordonnances. Quel regard portez-vous sur ce sujet ?

Il était essentiel d’avancer vite et le moins que l’on puisse dire est que cela a été le cas !

Parmi les différentes dispositions des ordonnances Travail, quelles sont celles qui retiennent particulièrement votre attention ?

Je retiens en premier lieu la fusion des instances de représentation unique du personnel (IRP) au sein du conseil social et économique, ensuite le barème des dommages-intérêts prud’homaux et, enfin, la possibilité de négocier sans syndicat dans les petites entreprises dépourvues de délégués syndicaux. Je suis très sceptique, en revanche, vis-à-vis du conseil d’entreprise. Les IRP sont des lieux d’information, d’échange, de consultation, pas de négociation comme ce serait le cas de cette nouvelle institution. Je pense par ailleurs que les syndicats n’y seront pas favorables et qu’ils tiendront à conserver le monopole de la négociation.

Comment accueillez-vous les annonces faites par Muriel Pénicaud au sujet de la formation professionnelle ?

Avec enthousiasme ! La réforme annoncée est d’une ampleur inédite. Elle répond aux reproches que nous faisions au système actuel : complexe, coûteux, inefficace et injuste. Je resterai toutefois vigilant sur un point, qui est celui de l’autonomie des salariés dans leur parcours de formation. Il  me paraît nécessaire de s’assurer que les choix des personnes restent conformes à « l’intérêt général ».

Quels devraient être les prochains chantiers du quinquennat en matière sociale ?

Il existe un sujet qu’il est nécessaire de traiter sérieusement, c’est le rattrapage des écarts de salaires entre hommes et femmes. Mais de manière générale, beaucoup d’éléments ont été mis en place pour permettre à nos entreprises de mieux aborder leurs transformations. Avec la reprise de la croissance, les signaux sont au vert. Il me reste encore une inquiétude toutefois, relative au rôle des syndicats. Il est impératif qu’ils accompagnent ces mouvements et fassent évoluer leur positionnement.

Propos recueillis par Marie-Hélène Brissot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Une nouvelle associée chez Procadres International

Une nouvelle associée chez Procadres International

Société de management de transition présente en France, en Europe et en Afrique, Procadres International accueille Nathalie de Larminat Bougnoux en qu...

Mooncard lève 5 millions pour simplifier les notes de frais

Mooncard lève 5 millions pour simplifier les notes de frais

La start-up française compte équiper 10% des salariés utilisant des notes de frais à l’horizon 2021. Pour atteindre ce but, elle peut compter sur le s...

Apprentissage : le pari du gouvernement

Apprentissage : le pari du gouvernement

Pour lutter contre le chômage des jeunes qui ne descend pas sous la barre des 20% depuis 2009, le gouvernement mise sur l’offre d’apprentissage. C’est...

Anne-Marie Husser (Amazon) : «60% de nos postes cadres sont pourvus via la mobilité interne »

Anne-Marie Husser (Amazon) : «60% de nos postes cadres sont pourvus via la mobilité interne »

Gestion des carrières, marque employeur, valeurs, conditions de travail… La DRH d’Amazon explique la stratégie du groupe pour recruter les meilleurs…...

P-H.Antonmattei (Barthélémy Avocats) : « Le pari du dialogue social »

P-H.Antonmattei (Barthélémy Avocats) : « Le pari du dialogue social »

Le dialogue social est au cours de la refondation du droit du travail. Il s’agit toutefois d’un pari dont la réussite dépend non seulement d’une monté...

Une alternative au MBA arrive à Paris

Une alternative au MBA arrive à Paris

Vous êtes contraints par le temps, mais désirez passer à un niveau de leadership supérieur sans sacrifier la qualité de votre apprentissage ? Voici un...

T.Boukhari (Gifi) : "Chaque entreprise devrait avoir un double projet économique et social "

T.Boukhari (Gifi) : "Chaque entreprise devrait avoir un double projet économique et social "

À l’été 2017, Philippe Ginestet, dirigeant de Gifi, annonçait qu’il souhaitait reprendre l’enseigne Tati « pour sauver 1 500 emplois ». Mais aussi pou...

Dialogue social : portraits de DRH impliqués

Dialogue social : portraits de DRH impliqués

Le 24 décembre 2018, le Président de la République promulguait la loi « portant mesures d'urgence économiques et sociales », visant à renouer avec le...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message