J-P.Charlez (ANDRH) : « La réforme annoncée est d’une ampleur inédite »

Jean-Paul Charlez, président de l’association nationale des DRH (ANDRH) et lui-même DRH du groupe Etam, s’était réjoui de l’arrivée de Muriel ¬Pénicaud au ministère du Travail. Il salue l’action sociale de la première année du quinquennat Macron, qui répond aux attentes des entreprises.

Jean-Paul Charlez, président de l’association nationale des DRH (ANDRH) et lui-même DRH du groupe Etam, s’était réjoui de l’arrivée de Muriel ¬Pénicaud au ministère du Travail. Il salue l’action sociale de la première année du quinquennat Macron, qui répond aux attentes des entreprises.

Décideurs. L’ANDRH est-elle satisfaite des réformes sociales de la première année du quinquennat Macron ?

Jean-Paul Charlez. Nous ne faisons pas de politique, nos positions sont celles du bon sens. Les réformes mises en place depuis un an correspondent à des positions parfois anciennes de l’ANDRH. Sur les quinze mesures phares, onze constituent des propositions de l’association. Nous ne pouvons donc que nous en réjouir.

On a beaucoup parlé du choix du recours aux ordonnances. Quel regard portez-vous sur ce sujet ?

Il était essentiel d’avancer vite et le moins que l’on puisse dire est que cela a été le cas !

Parmi les différentes dispositions des ordonnances Travail, quelles sont celles qui retiennent particulièrement votre attention ?

Je retiens en premier lieu la fusion des instances de représentation unique du personnel (IRP) au sein du conseil social et économique, ensuite le barème des dommages-intérêts prud’homaux et, enfin, la possibilité de négocier sans syndicat dans les petites entreprises dépourvues de délégués syndicaux. Je suis très sceptique, en revanche, vis-à-vis du conseil d’entreprise. Les IRP sont des lieux d’information, d’échange, de consultation, pas de négociation comme ce serait le cas de cette nouvelle institution. Je pense par ailleurs que les syndicats n’y seront pas favorables et qu’ils tiendront à conserver le monopole de la négociation.

Comment accueillez-vous les annonces faites par Muriel Pénicaud au sujet de la formation professionnelle ?

Avec enthousiasme ! La réforme annoncée est d’une ampleur inédite. Elle répond aux reproches que nous faisions au système actuel : complexe, coûteux, inefficace et injuste. Je resterai toutefois vigilant sur un point, qui est celui de l’autonomie des salariés dans leur parcours de formation. Il  me paraît nécessaire de s’assurer que les choix des personnes restent conformes à « l’intérêt général ».

Quels devraient être les prochains chantiers du quinquennat en matière sociale ?

Il existe un sujet qu’il est nécessaire de traiter sérieusement, c’est le rattrapage des écarts de salaires entre hommes et femmes. Mais de manière générale, beaucoup d’éléments ont été mis en place pour permettre à nos entreprises de mieux aborder leurs transformations. Avec la reprise de la croissance, les signaux sont au vert. Il me reste encore une inquiétude toutefois, relative au rôle des syndicats. Il est impératif qu’ils accompagnent ces mouvements et fassent évoluer leur positionnement.

Propos recueillis par Marie-Hélène Brissot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Le chômage au plus bas en France depuis 2009

Le chômage au plus bas en France depuis 2009

Le taux de personnes sans emploi par rapport à la population active est tombé au plus bas depuis une décennie. Un mouvement entamé depuis 2015 et qui...

C.Margot (Bénéteau) : « Notre groupe est industriel mais requiert un savoir-faire d’artisan »

C.Margot (Bénéteau) : « Notre groupe est industriel mais requiert un savoir-faire d’artisan »

Le groupe Bénéteau, leader de la plaisance, est l’un des employeurs les plus réputés des Pays de la Loire. Corinne Margot, sa DRH, évoque les défis de...

Ruth Cernes (Monster) : "Se réinventer pour se développer"

Ruth Cernes (Monster) : "Se réinventer pour se développer"

Ruth Cernes est depuis peu la dirigeante France et Europe du Sud du moteur de recherche d’emplois Monster. Diplômée en intelligence artificielle, admi...

O.Lajous (BPI Group) : « La gouvernance responsable »

O.Lajous (BPI Group) : « La gouvernance responsable »

Olivier Lajous, Amiral et ancien DRH de la marine nationale, maîtrise les problématiques de management et de leadership. C'est désormais en qualité de...

E.Perrier (Viseo) : « Après 3 mois d'ancienneté, un collaborateur peut devenir actionnaire»

E.Perrier (Viseo) : « Après 3 mois d'ancienneté, un collaborateur peut devenir actionnaire»

Viseo, ESN de 2 200 salariés double de taille tous les 4 ans. Croissance interne, rachats, management, formation, FCPE… Son cofondateur Éric Perrier r...

Sexisme au travail : les entreprises à la traîne

Sexisme au travail : les entreprises à la traîne

En 2018, la vague MeToo a placé le harcèlement sexuel sous le feu des projecteurs et libéré la parole des femmes sur la réalité des agissements sexist...

L'innovation RH dans nos territoires : focus sur la région Auvergne-Rhône-Alpes

L'innovation RH dans nos territoires : focus sur la région Auvergne-Rhône-Alpes

Parcours d’évolution au sein de l’entreprise, accompagnement du changement, QVT, transparence des salaires … ces DRH d’entreprises basées en Région Au...

O.Orjas (Groupe Aoste) : « La RSE est un outil de management »

O.Orjas (Groupe Aoste) : « La RSE est un outil de management »

Avec près de 1 500 collaborateurs et cinq sites industriels, le groupe Aoste fait la fierté de la région Rhône-Alpes où il est historiquement implanté...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message