J-M.Ribes (BPE) : "Notre ambition est de collecter 1,5 milliard d'euros net par an"

Jean-Marc Ribes, président du directoire, et Aurélie Tristant, membre du directoire de la banque BPE, la banque privée du Groupe La Banque Postale explique la stratégie de développement menée par la BPE.
Aurélie Tristant et Jean-Marc Ribes

Jean-Marc Ribes, président du directoire, et Aurélie Tristant, membre du directoire de la banque BPE, la banque privée du Groupe La Banque Postale explique la stratégie de développement menée par la BPE.

Décideurs. Pouvez-vous nous présenter la banque privée BPE en quelques mots ?

Jean-Marc Ribes. La banque BPE a été créée en 1963. Elle accompagne les personnes physiques et les holdings patrimoniales sur ses quatre pôles d'expertise : des solutions de financements patrimoniaux, de l'ingénierie patrimoniale, de la gestion financière et de la gestion de fortune. Nous sommes près de 400 collaborateurs. En l’espace de cinq ans, les actifs sous gestion sont passés de 4,8 à 9,7 milliards d'euros et le résultat d'exploitation a augmenté de 145 %. La banque BPE dispose de 80 implantations en France. 30 agences banques privées et 50 espaces BPE au sein des bureaux de poste. Le produit net bancaire (PNB) est de 140 millions d'euros, le résultat d'exploitation de 62 millions d'euros.

Un seuil d'entrée a-t-il été fixé pour pouvoir bénéficier des services de vos équipes ?

J-M.R. Nous n'avons pas de seuil d'entrée. Nous étudions le potentiel de chaque client. Nous accompagnons principalement des professionnels libéraux, des cadres dirigeants, des grandes familles et de nombreux chefs d'entreprise.

En novembre 2015, vous avez fusionné vos activités avec celles de la société de gestion du groupe La Banque Postale, La Banque Postale Gestion Privée. Est-ce encore possible de travailler en architecture ouverte quand une banque privée détient sa propre société de gestion et fait partie d'un groupe aussi important ?

J-M.R. Cette société de gestion gérait les mandats de gestion pour le compte des grands clients privés de La Banque Postale. Grâce à ce rapprochement, nous avons des produits et des services totalement intégrés. Cette offre est aujourd'hui très appréciée de nos clients.

Aurélie Tristant. C'est un atout complémentaire. Nous travaillons en architecture ouverte mais nous avons également notre propre expertise. On peut ainsi offrir à nos clients un contact direct avec un stratégiste, un économiste et des gérants. La banque BPE travaille également avec d'autres sociétés de gestion du groupe, telles que Tocqueville Finance, ou des maisons extérieures. Concernant les produits structurés, nous travaillons sous forme d'appels d'offres. De même, pour les assurances-vie, nos partenaires privilégiés sont les entités de la CNP, et nous travaillons aussi avec d’autres compagnies en France et au Luxembourg. Notre priorité est d'aller chercher les meilleures offres pour nos clients, en constituant des solutions sur mesure.

"La France ne doit pas se cantonner uniquement à sa capitale" Aurélie Tristant (BPE)

Vous devriez bientôt franchir le cap des 10 milliards d'euros d'actifs sous gestion. Quels sont vos objectifs à moyen terme ?

 J-M.R. Notre ambition est de collecter 1,5 Md€ net par an. Pour cela, nous pouvons nous appuyer sur les équipes de la banque BPE et le réseau de La Banque Postale qui participe à la collecte de la société de gestion. Les 1 000 conseillers spécialisés en patrimoine qui travaillent au sein du groupe nous confèrent une force de frappe importante. Les synergies fonctionnent très bien avec ce réseau.  Les grands groupes bancaires préfèrent le plus souvent créer des grands pôles où le client peut disposer au sein d'un même espace d'un ensemble très large de compétences. Pourquoi avoir suivi une voie différente ?

A. T. Nos clients préfèrent que l'on vienne à eux, que l'on se déplace. La banque BPE propose l'un des plus importants maillages territoriaux. Les clients sont par ailleurs très gratifiés de voir des dirigeants de banques dans leur ville. Nous sommes une banque privée présente à Paris et dans les territoires. À notre sens, la France ne doit pas se cantonner uniquement à sa capitale.

L'appartenance à un grand groupe vous fait-elle perdre en agilité ?

J-M.R. Au contraire, nous demeurons très autonomes. Étant une filiale à 100 % de La Banque Postale, nous conservons une très grande flexibilité. L'appartenance à La Banque Postale nous permet aussi de bénéficier de la solidité du groupe. Nous profitons également d'une marque qui a gagné la confiance des Français, représentant le dernier grand groupe public de l’hexagone. C'est donc pour nous le meilleur des deux mondes.

Quel est le rôle de La Banque Postale Immobilier Conseil ?

A. T. Créée il y a dix ans, la société propose une offre en immobilier de défiscalisation en direct (Pinel, Malraux, LMNP …) que nous sélectionnons avec de grands groupes français immobiliers. Cette activité est importante car elle fait écho à la classe d'actif préférée des Français, à une époque où chacun doit se constituer des compléments de revenus en vue de la retraite. Cette année, 1 600 lots ont été commercialisés, représentant près de 315 millions de volume d’activité.

Cette année, la banque BPE a aussi annoncé, en partenariat avec CNP Assurances, le lancement du contrat d'assurance-vie multisupports BPE Emeraude. En quoi est-il différent ?

A. T. Il propose trois modes de gestion afin de personnaliser le contrat du client selon son profil d'investisseur et ses objectifs. Il offre un large choix de supports financiers via la « gestion libre » et le « mandat d’arbitrage ». Il répond notamment aux attentes des clients qui souhaitent déléguer la gestion de leur contrat grâce au « mandat d’arbitrage ». BPE Emeraude offre ainsi le choix de 7 orientations de gestion (allant du niveau de risque modéré à très élevé), dont 3 comportant des titres actions et un profil de gestion ISR baptisé « Citoyen ». Dans le cadre de la « gestion libre », les clients peuvent notamment souscrire aux meilleures SCPI du marché (dont celles d’AEW Ciloger et Sofidy) ainsi qu’à des supports temporaires de type EMTN (Euro Medium Term Notes).

AF

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Le fonds de capital-risque indépendant, sponsorisé par la holding de François Pinault Artémis, mise sur les entreprises françaises et européennes qui...

La renaissance de la foodtech

La renaissance de la foodtech

L’année 2020 aura été une année record pour l’écosystème des foodtech européennes. Celles-ci atteignent un niveau de deals de 2,7 milliards d’euros....

Le dropshipping, entre bon plans et arnaques

Le dropshipping, entre bon plans et arnaques

Souvent relayés par les influenceurs sur leurs réseaux sociaux, les sites de revente de type "dropshipping" pullulent sur la toile... et les arnaques...

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Contrairement à ce que le premier confinement du printemps 2020 laissait présager, la crise du Covid a été une fois de plus un révélateur de la formid...

Vincent Rouaix, le conquistador

Vincent Rouaix, le conquistador

Le PDG d’Inetum, entreprise spécialisée dans les services informatiques, a mené 38 acquisitions depuis son arrivée en 2009. À la tête d’un groupe qui...

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

Alors que le débat autour de la levée des brevets sur les vaccins s’intensifie et que Joe Biden comme Emmanuel Macron y seraient favorables, Aurore Si...

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

Avocat aux barreaux de Paris, Barcelone, Madrid et New York, Emeric Lepoutre travaillait chez Gide lorsqu’il a été approché par l’un de ses clients po...

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

Le bureau parisien de White & Case a développé au cours de ces dernières années une expertise de pointe sur les opérations complexes. Du LBO large...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte