J-M. Paluel-Marmont (AFFO) : "Le modèle du MFO permet aussi de mutualiser les coûts et parfois même favoriser des co-investissem

Président de l’Association Française du Family Office (AFFO), Jean-Marie Paluel-Marmont a vu les premiers pas du métier de family office en France. De nombreuses structures se sont positionnées sur ce segment au cours des dernières années. Retour d’expérience.

Président de l’Association Française du Family Office (AFFO), Jean-Marie Paluel-Marmont a vu les premiers pas du métier de family office en France. De nombreuses structures se sont positionnées sur ce segment au cours des dernières années. Retour d’expérience.

Décideurs. Comment percevez-vous le récent mouvement de création de family offices ?

Jean-Marie Paluel Marmont. Les familles comprennent aujourd’hui que pour s’inscrire dans la durée elles auront absolument besoin d’un family office. Bien entendu, il n’est pas nécessaire de créer un single family office d’emblée dans les cas où les conditions optimales ne sont pas réunies. Dès lors, le modèle du multi family office trouve toute sa place. Dans les deux cas, il s’agit d’envisager la gestion du patrimoine dans le cadre d’une vision de long terme. Les multi family office se développent beaucoup en raison de l’émergence de nouveaux entrepreneurs qui, lors de la cession de leur entreprise, décident de continuer une aventure familiale. Ils s’appuient alors au départ pour la plupart du temps sur un multi family office surtout pour des aspects de structuration de patrimoine. Ici remarquons que la part du private equity augmente considérablement car c’est une classe d’actifs très adaptée aux familles entrepreneuriales mais qui nécessite un savoir-faire très précis ainsi qu’une distance par rapport à l’entreprise familiale.

En comparaison avec les singles, quelles spécificités présentent les multi family offices ?

Les multi family office sont des entreprises qui doivent avoir un véritable business model. Toute la difficulté consiste donc à trouver l’équilibre entre les services offerts et une rémunération souvent liée à la taille des actifs confiés. Le modèle du MFO permet aussi de mutualiser les coûts et parfois même favoriser des co-investissements.

Les multi family offices français sont-ils précurseurs de leur métier ?

La France ne dispose pas d’une profondeur de marché historique en la matière. Cela part davantage d’un phénomène mondial. Le modèle collectif a vu le jour dans les pays anglosaxons avec par exemple certains single family offices anglais qui se sont ouverts à d’autres familles. Mais aujourd’hui le fort développement en France des multi family offices s’explique, comme déjà dis, par l’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs, qui tous à des moments différents, se découvrent les mêmes besoins. Il est donc logique que des familles puissent se regrouper entre elles. Le socle étant composé de deux données indissociables l’une de l’autre : avoir une vision de long terme et le partage de valeurs communes. Cela permet aux familles de donner du sens à leurs actions dans les différents secteurs qu’elles couvrent.

Le modèle idéal du multi family office est-il celui du syndicat d’entrepreneur ?

C’est en effet un modèle attractif, mais il n’est pas le seul à adopter. Ce set up correspond bien aux habitudes de travail des entrepreneurs plus jeunes. L’aspect de mutualisation des couts et des services y est prépondérant, mais c’est l’affectio générationnel qui est déterminant dans cette configuration. Les fortunes récentes sont des entrepreneurs dans l’âme et peuvent apprécier l’idée de collaboration avec leurs pairs.

A quels écueils les multi family offices doivent- ils prêter une attention particulière ?

Un multi family office n’existe que si la transparence de la rémunération est totale. C’est un des éléments essentiel pour toute adhésion à l’AFFO. Rappelons que nos membres signent une charte dans laquelle ils s’engagent à facturer au moins 75 % en honoraires et à rendre transparent toute rétro-commission. Ceci afin d’éviter tout conflit d’intérêts.

Propos recueillis par Yacine Kadri

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Multi family offices : qui sont-ils ?

Les dernières années ont vu se produire l’émergence des family offices. Véritables chefs d’orchestre des patrimoines privé et professionnel des familles, ils peuvent également revêtir le costume de la personne de confiance. La rédaction de Décideurs Gestion d'Actifs & Patrimoine vous propose de découvrir leurs portraits.
Sommaire Comment choisir son family office ? L. de Swarte (Club MFO) : "Nous voulons accompagner le développement de notre secteur" J.Barré (Franklin) : "Disposer d’un chef d’orchestre capable de communiquer avec toutes les parties prenantes" Les références (Multi Family Offices) Les dealmakers (Multi Family Offices) Les visionnaires (Multi Family Offices) Les bâtisseurs (Multi Family Offices) Les entrepreneurs (Multi Family Offices)
J.-D. Bachot (Fidelity International) : "L’ESG s’invite dans tous les conseils d’administration"

J.-D. Bachot (Fidelity International) : "L’ESG s’invite dans tous les conseils d’administration"

2020 a confirmé la montée en puissance de la prise en compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance dans les décisions d’investissem...

S. Valcke (Institut Pasteur) : "Nous avons dû faire face à une remise en question de la parole scientifique"

S. Valcke (Institut Pasteur) : "Nous avons dû faire face à une remise en question de la parole scien...

En juin 2018, Samuel Valcke prend la tête de la direction juridique de l’Institut Pasteur, fort de son expérience au sein du CNRS puis de l’Établissem...

Protection des données : deux amendes record au Royaume Uni

Protection des données : deux amendes record au Royaume Uni

En coopération avec la Cnil, l’Information Commissioner’s Office (ICO) sanctionne British Airways et Marriott qui ont violé massivement les données pe...

P. Desurmont (groupe SMA) : "Il n’y a plus de limites aux valorisations des sociétés de croissance"

P. Desurmont (groupe SMA) : "Il n’y a plus de limites aux valorisations des sociétés de croissance"

Pour Philippe Desurmont, directeur des investissements du groupe SMA, les marchés sont aujourd’hui coupés en deux, et ce sur toutes les classes d’acti...

Procès Sarkozy : qui est son avocate Jacqueline Laffont ?

Procès Sarkozy : qui est son avocate Jacqueline Laffont ?

Laurent Gbagbo, Alexandre Benalla, Patrick de Maistre, Jean-Marie Messier, Nicolas Hulot, Charles Pasqua… Jacqueline Laffont est habituée aux procès m...

Le CNB veut encadrer la justice prédictive

Le CNB veut encadrer la justice prédictive

Le Conseil national du barreau a adopté le 9 octobre 2020 une charte sur la transparence et l’éthique de l’utilisation des données judiciaires, faisan...

L’Autorité de la concurrence voit ses pouvoirs renforcés

L’Autorité de la concurrence voit ses pouvoirs renforcés

Grâce à l’adoption du projet de loi DDADUE, l’Autorité de la concurrence bénéficie d’un renforcement de ses pouvoirs et acquiert de nouvelles attribut...

Joffe & Associés développe sa pratique PI

Joffe & Associés développe sa pratique PI

Véronique Dahan rejoint Joffe & Associés en qualité d’associée et y créé le pôle dédié à la propriété intellectuelle au sein du cabinet.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte