J-M.Lambert (groupe Véolia) : " Le texte de notre raison d’être est le fruit d’un travail intensif de trois mois "

La Loi Pacte offre désormais la possibilité aux entreprises de définir leur « raison d’être ». Au mois d’avril 2019, le conseil d’administration de Veolia a adopté la sienne. Une démarche fédératrice et ambitieuse évoquée par son DRH, Jean-Marie Lambert.

La Loi Pacte offre désormais la possibilité aux entreprises de définir leur « raison d’être ». Au mois d’avril 2019, le conseil d’administration de Veolia a adopté la sienne. Une démarche fédératrice et ambitieuse évoquée par son DRH, Jean-Marie Lambert.

Décideurs. Comment est né le projet de doter le groupe Veolia d’une « raison d’être » ?

Jean-Marie Lambert. Le PDG du groupe, Antoine Frérot, s’investit depuis plusieurs années dans la réflexion autour de la place des parties prenantes de l’entreprise, du rôle de cette dernière à l’égard des territoires au sein desquels elle opère, ou des générations futures. Il s’est donc naturellement engagé dans les travaux préparatoires de la loi Pacte qui ont abouti au rapport établi par Nicole Notat et Jean-Dominique Senard. Il paraissait donc logique qu’il souhaite se saisir des opportunités offertes par ce texte. Par ailleurs notre groupe, compte tenu de son activité, est très sensible aux questions d’empreinte environnementale et de développement durable. La raison d’être revêt presque une forme d’évidence pour nous…

Comment le texte a-t-il été élaboré ?

Il est le fruit d’un travail intensif d’environ trois mois, réalisé avec le management, les représentants du personnel, une grande partie des salariés et les membres du conseil d’administration. Le texte a été voté par le conseil d’administration, puis présenté à l’assemblée générale des actionnaires.

D’autres parties prenantes ont-elles été associées à la démarche ?

Oui. Notre comité de « critical friends » a participé à la conception du document. Il s’agit d’un groupe composé d’une quinzaine de personnalités extérieures à l’entreprise qui viennent du professorat, du monde associatif ou encore de l’économie sociale et solidaire.

Les représentants du personnel y ont-ils activement contribué ?

Absolument. Je redoutais que les organisations syndicales pensent que le concept est « un peu du baratin » ... Mais il y a eu beaucoup de manifestations positives en réalité. La contribution des IRP a fait évoluer le texte pour une meilleure prise en compte des aspects liés aux ressources humaines. Elles sont par exemple à l’origine de l’engagement selon lequel « Veolia favorise, notamment au sein des instances représentatives du personnel, le dialogue social qui participe à l’appropriation par les salariés de notre projet collectif. »

Comment entendez-vous faire vivre cette raison d’être ?

Aujourd’hui la question est effectivement de savoir ce que nous allons faire de cet outil. Pour certains pays d’implantation du groupe, ou certains métiers, la raison d’être est facile à appréhender. Lorsque vous réalisez des branchements et des distributions d’eau pour des populations en difficulté en Équateur, elle prend une dimension très concrète. Mais pour d’autres salariés, comme ceux des fonctions support, c’est plus compliqué. Nous communiquons beaucoup en interne sur la raison d’être, pour la présenter, l’expliquer et avec l’ambition que tous nos salariés pourront l’appréhender.

Le texte est-il appelé à évoluer ?

L’une des premières évolutions tiendra aux indicateurs mis en place pour assurer le contrôle du respect de nos engagements. Si certains existent déjà, comme pour l’atteinte des objectifs environnementaux, d’autres restent à construire ou à choisir. Nous finaliserons ces choix d’ici à la fin de l’année 2019.

Marie-Hélène Brissot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Litiges en droit du travail : plaider ou transiger ?

Litiges en droit du travail : plaider ou transiger ?

Le plafonnement des indemnités prud’homales, mis en place par les ordonnances dites « Macron », a facilité la capacité des acteurs à évaluer les risqu...

J-L.Minard (Framatome) : "Une enquête d’opinion a été menée auprès des salariés au lendemain du plan de licenciement"

J-L.Minard (Framatome) : "Une enquête d’opinion a été menée auprès des salariés au lendemain du plan...

En 2015, le plan de restructuration d’Areva implique la scission du groupe en deux entités : la première deviendra Orano en 2018, et la seconde, Frama...

Michel Sapin : "Protéger le lanceur d'alerte n'était pas une évidence dans notre culture"

Michel Sapin : "Protéger le lanceur d'alerte n'était pas une évidence dans notre culture"

C’est en tant que "retraité", comme il le revendique avec un sourire, que Michel Sapin participait lors des Rencontres économiques d’Aix-en-Provence a...

PayFit, l'ambition d'un champion européen

PayFit, l'ambition d'un champion européen

Le spécialiste de la gestion de paie et des solutions RH fera-t-il partie à moyen terme des licornes françaises ? Peut-être. Il faut dire que la start...

Première Summer Party des Cercles du magazine Décideurs

Première Summer Party des Cercles du magazine Décideurs

La Summer Party des Cercles du magazine Décideurs aura lieu ce jeudi 11 juillet à partir de 18h30.

Hélène Daher rejoint Vivant Chiss

Hélène Daher rejoint Vivant Chiss

Le cabinet spécialisé en droit social renforce ses équipes et accueille Hélène Daher jusqu’alors associée du cabinet Orrick Rambaud Martel, et sa coll...

Zoom sur la médiation conventionnelle chez Air France

Zoom sur la médiation conventionnelle chez Air France

Dans un groupe comme Air France, l’attention portée à la qualité du climat social revêt une importance cruciale. L’initiative de la direction juridiqu...

REAix 2019 : le focus social

REAix 2019 : le focus social

Du 5 au 7 juillet dernier se tenait la 19e édition des Rencontres économiques d'Aix-en-Provence. Ministres, dirigeants et intellectuels ont débattu de...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message