J-M.Lambert (groupe Véolia) : " Le texte de notre raison d’être est le fruit d’un travail intensif de trois mois "

La Loi Pacte offre désormais la possibilité aux entreprises de définir leur « raison d’être ». Au mois d’avril 2019, le conseil d’administration de Veolia a adopté la sienne. Une démarche fédératrice et ambitieuse évoquée par son DRH, Jean-Marie Lambert.

La Loi Pacte offre désormais la possibilité aux entreprises de définir leur « raison d’être ». Au mois d’avril 2019, le conseil d’administration de Veolia a adopté la sienne. Une démarche fédératrice et ambitieuse évoquée par son DRH, Jean-Marie Lambert.

Décideurs. Comment est né le projet de doter le groupe Veolia d’une « raison d’être » ?

Jean-Marie Lambert. Le PDG du groupe, Antoine Frérot, s’investit depuis plusieurs années dans la réflexion autour de la place des parties prenantes de l’entreprise, du rôle de cette dernière à l’égard des territoires au sein desquels elle opère, ou des générations futures. Il s’est donc naturellement engagé dans les travaux préparatoires de la loi Pacte qui ont abouti au rapport établi par Nicole Notat et Jean-Dominique Senard. Il paraissait donc logique qu’il souhaite se saisir des opportunités offertes par ce texte. Par ailleurs notre groupe, compte tenu de son activité, est très sensible aux questions d’empreinte environnementale et de développement durable. La raison d’être revêt presque une forme d’évidence pour nous…

Comment le texte a-t-il été élaboré ?

Il est le fruit d’un travail intensif d’environ trois mois, réalisé avec le management, les représentants du personnel, une grande partie des salariés et les membres du conseil d’administration. Le texte a été voté par le conseil d’administration, puis présenté à l’assemblée générale des actionnaires.

D’autres parties prenantes ont-elles été associées à la démarche ?

Oui. Notre comité de « critical friends » a participé à la conception du document. Il s’agit d’un groupe composé d’une quinzaine de personnalités extérieures à l’entreprise qui viennent du professorat, du monde associatif ou encore de l’économie sociale et solidaire.

Les représentants du personnel y ont-ils activement contribué ?

Absolument. Je redoutais que les organisations syndicales pensent que le concept est « un peu du baratin » ... Mais il y a eu beaucoup de manifestations positives en réalité. La contribution des IRP a fait évoluer le texte pour une meilleure prise en compte des aspects liés aux ressources humaines. Elles sont par exemple à l’origine de l’engagement selon lequel « Veolia favorise, notamment au sein des instances représentatives du personnel, le dialogue social qui participe à l’appropriation par les salariés de notre projet collectif. »

Comment entendez-vous faire vivre cette raison d’être ?

Aujourd’hui la question est effectivement de savoir ce que nous allons faire de cet outil. Pour certains pays d’implantation du groupe, ou certains métiers, la raison d’être est facile à appréhender. Lorsque vous réalisez des branchements et des distributions d’eau pour des populations en difficulté en Équateur, elle prend une dimension très concrète. Mais pour d’autres salariés, comme ceux des fonctions support, c’est plus compliqué. Nous communiquons beaucoup en interne sur la raison d’être, pour la présenter, l’expliquer et avec l’ambition que tous nos salariés pourront l’appréhender.

Le texte est-il appelé à évoluer ?

L’une des premières évolutions tiendra aux indicateurs mis en place pour assurer le contrôle du respect de nos engagements. Si certains existent déjà, comme pour l’atteinte des objectifs environnementaux, d’autres restent à construire ou à choisir. Nous finaliserons ces choix d’ici à la fin de l’année 2019.

Marie-Hélène Brissot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

G. Payen, F. Chapus (EIM), "Les comités de direction ont été mis à rude épreuve, révélant des personnalités"

G. Payen, F. Chapus (EIM), "Les comités de direction ont été mis à rude épreuve, révélant des person...

La crise va impacter durablement chacune des fonctions de l’entreprise. Florent Chapus et Guillemette Payen, associés du cabinet EIM, leader européen...

L. Helouet et B. Janicek (Club XXIe siècle), "Il faut faire avancer la diversité par le pragmatisme"

L. Helouet et B. Janicek (Club XXIe siècle), "Il faut faire avancer la diversité par le pragmatisme"

À la fois think tank et do tank, le Club XXIe siècle promeut depuis sa création en 2004 une vision positive de la diversité et de l’égalité des chance...

Intéressement, participation : le partage en question

Intéressement, participation : le partage en question

Souhaité par le gouvernement de Jean Castex, le débat autour de l’intéressement et de la participation dépasse la question de la seule redistribution....

Jeunes diplômés : pourquoi l’entreprise d’après ne se construira pas sans eux

Jeunes diplômés : pourquoi l’entreprise d’après ne se construira pas sans eux

La contraction du marché de l’emploi va résoudre la problématique attractivité et fidélisation des jeunes diplômés dans les entreprises. À plus long t...

P. Berton (Maestrium) : "La crise représente un stress test grandeur nature de la solidité des comités de direction"

P. Berton (Maestrium) : "La crise représente un stress test grandeur nature de la solidité des comit...

En tant qu’Associé de l’agence de management de transition Maestrium, Philippe Berton côtoie autant de situations de crise que d’enjeux de croissance...

La qualité de travail à la maison, un nouveau défi pour les entreprises

La qualité de travail à la maison, un nouveau défi pour les entreprises

Les risques psychosociaux et les maux liés à des conditions de travail bouleversées constituent peut-être la troisième ou quatrième vague dont personn...

Infographie. Qui a peur du e-recrutement ?

Infographie. Qui a peur du e-recrutement ?

Comme bien d’autres domaines, le recrutement ne peut échapper à sa digitalisation. Si des freins à son avènement existent encore, le e-recrutement ouv...

Jacinda Ardern, le leadership bienveillant

Jacinda Ardern, le leadership bienveillant

La jeune Première ministre de Nouvelle-Zélande s’est imposée sur la scène internationale et médiatique grâce à un leadership alliant charisme et simpl...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message