J-L. Minard (Framatome) : “La digitalisation RH de Framatome met le manager au centre du jeu”

Après plusieurs expériences au sein de grandes entreprises telles qu’Accenture, Gemalto ou Newell Company, Jean-Luc Minard rejoint la société Areva en 2006, d’abord dans le département Transmission et Distribution du groupe (T&D), puis en 2010 dans la partie nucléaire au poste de DRH du Business Group Réacteurs & Services. Depuis 2015, il est le DRH de Framatome. Avec la transformation d’Areva devenu Framatome la même année, il développe la refonte des systèmes d’information RH de l’entreprise pour moderniser la fonction.
Jean-Luc Minard, DRH Framatome

Après plusieurs expériences au sein de grandes entreprises telles qu’Accenture, Gemalto ou Newell Company, Jean-Luc Minard rejoint la société Areva en 2006, d’abord dans le département Transmission et Distribution du groupe (T&D), puis en 2010 dans la partie nucléaire au poste de DRH du Business Group Réacteurs & Services. Depuis 2015, il est le DRH de Framatome. Avec la transformation d’Areva devenu Framatome la même année, il développe la refonte des systèmes d’information RH de l’entreprise pour moderniser la fonction.

Décideurs. Vous avez reçu l’an dernier le Silver Trophée des Victoires des Leaders du capital humain dans la catégorie digitalisation. Quels chantiers digitaux avez-vous déployés ?

Jean-Luc Minard. Dès 2016 nous avons défini un cap pour moderniser la fonction RH, afin qu’elle réponde davantage aux exigences du marché du travail. Pour cela, nous avons commencé par simplifier le système de paie avec un nouvel outil, Meta4 PeopleNet, maintenant auprès de Cegid, et mis en place un coffre-fort électronique avec une solution PeopleDoc pour tous nos collaborateurs. Ce projet a été finalisé en janvier 2019, simultanément au prélèvement à la source impulsé par le gouvernement.

Pour la gestion RH des collaborateurs, nous utilisions auparavant cinq outils différents : de l’entretien annuel à la formation en passant par le recrutement, le plan de salaire, et la gestion des talents. Cette diversité des systèmes n’était ni fluide ni pratique. Nous nous sommes donc tournés vers la suite RH de Talentsoft, un éditeur français de logiciels. En l’espace de deux ans, le déploiement de cette nouvelle suite intégrée nous a permis de standardiser certains de nos process RH au niveau mondial, notamment les entretiens annuels, le recrutement, ainsi que la gestion des talents, d’autres au niveau local, principalement les plans de salaire et de formation, afin de proposer à nos managers une nouvelle expérience utilisateurs avec un seul outil, simple et digitalisé.

Par ailleurs, en France, l’entreprise s’est dotée d’un outil unique de gestion des temps avec la solution Protime qui remplace les neufs systèmes existants. Avec le confinement et l’accord de télétravail signé par Framatome, l’outil My Protime s’est révélé très efficace, car il donne aux managers la main et la visibilité sur la gestion du temps de leurs équipes.

Digitaliser implique aussi une bonne adhésion des collaborateurs afin que les nouveaux outils mis en place soient adoptés. Quelles ont été vos actions en la matière ?

Dire que tout s’est bien passé dès le début ne serait pas totalement vrai. Il y a toujours quelques réticences qui nécessitent de la pédagogie et du dialogue.

La digitalisation RH de Framatome met le manager au centre du jeu, car elle lui redonne des tâches de gestion de son équipe qui n’étaient pas ou plus de son ressort. Par exemple, la signature en juillet dernier d’un accord de télétravail permet aux salariés de travailler de chez eux jusqu’à trois jours par semaine. Ces demandes de télétravail sont digitalisées et c’est au manager d’autoriser ou non les demandes.

" La digitalisation implique toute l'entreprise"

Pour accompagner nos managers à gérer ces nouvelles tâches, il faut expliquer que la digitalisation implique toute l'entreprise, et en amont faire preuve de pédagogie pendant les phases de déploiement de nos projets. Ainsi tous les modules de la suite RH MyHR ont été précédés de travaux en groupe avec eux pour recueillir leurs besoins et tester la solution. De même avec la mise en place de MyProtime en organisant des réunions de travail en amont du déploiement avec quelques managers des sites concernés. Enfin, pour accompagner la mise en place de tous ces nouveaux outils, des démarches de change management avec des guides de formation, des tutoriels et des conférences téléphoniques avec des sessions de questions/réponses ont été déployées.  

L’enjeu principal pour la RH est la digitalisation. Qu’est-ce que cela apporte concrètement ?

Pour mémoire, l’objectif était de moderniser la fonction RH en apportant des solutions digitalisées destinées à éliminer les petites tâches transactionnelles chronophages, et libérer du temps. L’efficacité des ressources humaines est concentrée sur l’accompagnement des managers et la réponse aux attentes de nos collègues. Globalement, le métier de nos RH s’en trouve valorisé.

Avez-vous d’autres projets digitaux en cours ou en projet ?

Bien entendu nous allons continuer à digitaliser la fonction. Cela passe par plus de standardisation de nos processus et de nos pratiques RH. Les prochaines étapes seront la rédaction 100 % digitalisée des contrats de travail, ainsi qu’un important travail d’organisation sur notre annuaire. Concernant le recrutement, nous souhaitons déployer très prochainement un on boarding pour nos futurs salariés. L’idée est de familiariser le candidat sélectionné avec le fonctionnement de l’entreprise pour faciliter son arrivée et son intégration auprès des collaborateurs de Framatome.

Propos recueillis par Laura Breut

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

L.Roudil (Econocom) : "La crise a plus que jamais souligné le caractère indispensable des investissements IT"

L.Roudil (Econocom) : "La crise a plus que jamais souligné le caractère indispensable des investisse...

Nommé début 2020 directeur général du groupe Econocom en charge de l’ensemble des activités en France, Laurent Roudil revient sur l’impact de la crise...

Stéphane Bancel, un Français derrière le vaccin contre le coronavirus

Stéphane Bancel, un Français derrière le vaccin contre le coronavirus

À la tête de la biotech Moderna depuis près de dix ans, Stéphane Bancel n’a pas attendu la crise sanitaire pour parier sur une technologie qui, en acc...

Crise Covid : vers un nivellement par le haut des systèmes de santé européens ?

Crise Covid : vers un nivellement par le haut des systèmes de santé européens ?

Face à la menace commune Covid-19, les systèmes de santé européens ont répondu de façon hétérogène. La crise agit comme un révélateur des forces et di...

V. Belot  (Michelin) : “Les données sont la clef du déploiement du CRM digital.”

V. Belot (Michelin) : “Les données sont la clef du déploiement du CRM digital.”

Dévoué depuis plus de vingt ans à divers grands projets de transformation digitale, Vincent Belot participe notamment au déploiement de SAP dans un gr...

D. Gurlé (Symphony) : "Nous garantissons la surveillance des conversations sur WhatsApp et WeChat"

D. Gurlé (Symphony) : "Nous garantissons la surveillance des conversations sur WhatsApp et WeChat"

La fintech californienne Symphony, qui fournit une solution interactive pour faciliter la fluidité sur le marché des transactions financières, a noué...

Les 8 ingrédients d’une transformation digitale réussie

Les 8 ingrédients d’une transformation digitale réussie

Cette crise est un révélateur, s’il en fallait un, de l’impérieuse nécessité d’avoir conduit efficacement sa transformation digitale. Conseil en innov...

Secteur public hospitalier et acteurs privés : pourquoi les opportunités de collaboration sont plus que jamais nécessaires ?

Secteur public hospitalier et acteurs privés : pourquoi les opportunités de collaboration sont plus...

Incontournable dans la crise sanitaire sans précédent que nous connaissons, l’hôpital est un acteur central de notre quotidien pourtant méconnu. Parfo...

P.de Rovira (PSA) : "Nous souhaitons exploiter efficacement la révolution du big data"

P.de Rovira (PSA) : "Nous souhaitons exploiter efficacement la révolution du big data"

Directeur financier de PSA, Philippe de Rovira revient notamment sur l’impact du numérique sur sa fonction, l’accélération de la transformation digita...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte