J-L. Mentior (M5) : "Les secteurs gagnants ? L'agroalimentaire, l'industrie et l'energie"

J-L. Mentior (M5) : "Les secteurs gagnants ? L'agroalimentaire, l'industrie et l'energie"

On attendait avec impatience ce nouveau classement, qui prend en compte les chiffres d’affaires des entreprises de 2016 à 2020 et inclut ainsi la première année touchée par l’épidémie de Covid-19… Quels enseignements peut-on tirer du Top 500 des entreprises européennes en forte croissance ? Jean-Louis Mentior, de la société m5 qui accompagne ce profil de sociétés, nous livre son analyse.

Décideurs. Quels sont les éléments marquants de ce classement ?

Jean-Louis Mentior. D’abord, le taux de croissance des 500 entreprises du classement est largement inférieur en 2020 à ce qu’il a pu être par le passé. On observe une croissance moyenne annuelle de moins de 10 % par rapport à 2019, contre plus de 16 % les trois années précédentes. Le ralentissement est donc très net et hautement significatif. Ensuite, alors que les entreprises en croissance de notre classement créent traditionnellement de l’emploi chaque année (plus de 10 % de hausse du nombre de collaborateurs entre 2016 et 2019), le coup de frein est brutal car l’emploi créé entre 2019 et 2020 ne dépasse pas 1 % de leur masse salariale !

Observe-t-on des différences en fonction de la taille de leur chiffre d’affaires ?

Tout à fait. Les grandes structures (les 250 plus grands chiffres d’affaires du  classement) voient leur taux de croissance presque divisé par deux en 2020 (16 % les années précédentes contre 9 % en 2020). Alors que pour les plus petites structures (les 250 plus petits chiffres d’affaires du classement) le taux de croissance passe de 25 % à 15 %. Pour l’emploi, la chute des grandes structures est encore plus marquée puisque la croissance de l’emploi passe de 10 % annuel à -1 % en 2020 : les grands ont été contraints de supprimer des postes. Tandis que pour les petits, qui se situent en moyenne à 25 % par an, le taux de création d’emplois tombe à 15 % en 2020.

Au niveau des secteurs, quels sont les gagnants, les mal lotis ?

Il convient de faire une réponse nuancée car la situation est complexe… Tout d’abord, on observe que certains secteurs semblent moins présents, en nombre, cette année par rapport aux classements des années précédentes. C’est le cas pour les loisirs, les médias et le "retail" par exemple. D’autres secteurs semblent présenter en 2020 des taux de croissance supérieurs à la moyenne : les entreprises technologiques, la santé, les services, le luxe, les logiciels, les cosmétiques et la distribution. Les secteurs gagnants sont l’agroalimentaire, l’industrie et l’énergie, avec de nombreux développements d’énergies renouvelables. Ces observations sont à modérer du fait que nous n’avons pas une sélection d’entreprises identique chaque année, et qu’il serait aisé de porter des conclusions trop hâtives. L’agroalimentaire pèse 15 % des entreprises du Top 500, une proportion similaire à celle de l’industrie.

Propos recueillis par Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Les leaders de la croissance 2022 - France et Europe

Malgré une année 2020 économiquement mouvementée, la France, et plus globalement l'Europe, continuent d'héberger des sociétés à la croissance remarquable. Tour d'horizon de ces beaux exemples de réussite.
Sommaire G. Reboul (Reboul & Associés) : "Les secteurs de la technologie et de la santé sont en pleine croissance" B. Gstalder (Mister Menuiserie) : "Nous sommes le Volkswagen de la menuiserie" Classement des leaders de la croissance 2022 - France Agroalimentaire, ces Français qui cartonnent Discrètes, ces entreprises contribuent à réindustrialiser la France Ces start-up françaises qui ont tout pour devenir (encore) plus grandes Classement des leaders de la croissance 2022 - Europe Trois entreprises scandinaves méconnues qui cartonnent Autriche : terre d'entreprises de croissance
B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travailler main dans la main"

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travail...

En tant que directeur financier d'Alcatel-Lucent Enterprise, Bernd Stangl est responsable des finances, de la fiscalité, de la comptabilité, de l'audi...

Dossier spécial : Le private equity de demain

Dossier spécial : Le private equity de demain

La rédaction de Décideurs Corporate Finance a sélectionné les étoiles montantes de l'univers du capital-investissement ainsi que la nouvelle génératio...

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Figure incontournable parmi les grands influenceurs économiques de la planète, Virginie Morgon se démarque autant par ses résultats probants à la tête...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

En entreprise, les impayés sont plutôt courants et il n’est pas toujours facile d’encaisser 100% de son chiffre d’affaires. Or, les retards de paiemen...

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

Avec 230 consultants, 25 associés et dix bureaux dans le monde, Advancy a réalisé, en 2021, 55% de croissance. Quelle est la recette de ce pure player...

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Pour les femmes, le secteur de la finance est plus inégalitaire que la moyenne française en termes de rémunération. Des inégalités particulièrement vi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message