Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

L’économie circulaire est au cœur de l’activité d’Econocom, groupe spécialisé depuis 1973 dans les services liés à la transformation digitale. Son fondateur et président, Jean-Louis Bouchard, revient sur les moyens de réduire l’empreinte carbone numérique à la portée des entreprises.

L’économie circulaire est au cœur de l’activité d’Econocom, groupe spécialisé depuis 1973 dans les services liés à la transformation digitale. Son fondateur et président, Jean-Louis Bouchard, revient sur les moyens de réduire l’empreinte carbone numérique à la portée des entreprises.

Décideurs. Vous faites de l’économie circulaire dans le secteur du numérique depuis cinquante ans. Pouvez-vous revenir sur la genèse de cette démarche ?

Jean-Louis Bouchard. Pour exister, il fallait apporter une valeur ajoutée car nous sommes une société de services qui n’est ni fabricante ni éditrice. Nous avons toujours été dans l’économie circulaire en souhaitant faire durer le plus longtemps possible les équipements informatiques, en recyclant les ordinateurs d’occasion et en louant du matériel aux clients. Au cours de cette décennie, notre chiffre d’affaires a été multiplié par quatre et nous prévoyons un développement similaire pour les dix prochaines années. On me dit souvent que je me suis mis à la mode. Nous avons depuis toujours voulu rendre l’économie la plus sobre possible dans le digital.

Comment rendez-vous le digital plus sobre ?

Cela passe par trois étapes. Dans notre activité de distribution d’équipements neufs – qui pèse plus d’un milliard de chiffre d’affaires –, nous aidons nos clients à choisir ce qui est mieux d’un point de vue économique, sociétal et social. Au-delà de l’usage d’équipements IT, il y a un vrai choix RSE. Nous proposons également aux entreprises d’optimiser leur matériel, ce qui leur permet de lutter contre le gaspillage. Une politique de conseil que nous nous sommes appliquée à nous-mêmes et qui nous a permis de diminuer de moitié notre impact numérique en quatre ans. Enfin, rappelons que les ordinateurs et les téléphones ont une durée de vie assez longue aujourd’hui mais un usage assez court. C’est pourquoi nous recyclons 430 000 équipements par an en les récupérant, les nettoyant et les dépoussiérant. Une entreprise peut choisir de construire un bâtiment responsable ou irresponsable. C’est pareil pour le numérique.

Auriez-vous un exemple ?

Nous proposons une offre de mesure et de pilotage de l’empreinte carbone des systèmes d’information. Nous analysons leur impact, en particulier celui du hard ware. Nous accompagnons ensuite nos clients dans la durée pour réduire progressivement leur impact grâce à une série d’actions. Par exemple, un poste fixe consomme plus qu’un ordinateur portable, qu’il est donc préférable de choisir. On peut aussi allonger les durées d’usage et se doter de data centers davantage mutualisés.

"Les entreprises sont à la recherche d’offres qui leur permettent de décarboner leur propre IT"

Vous alliez les concepts d’entrepreneuriat et de RSE. En quoi votre raisonnement consiste-t-il ?

Autrefois, il y avait de grandes entreprises et des artisans mais beaucoup moins d’entrepreneurs. La contrepartie au fait d’entreprendre c’est d’intégrer les entreprises dans cette nécessité environnementale et sociétale. Agir sans prendre en compte les grandes tendances, c’est être mis à l’index. La RSE est devenue la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre.

Les entreprises vous paraissent-elles plus engagées qu’auparavant ?

On ne change pas la nature des clients : certains sont sobres et économes, d’autres dispendieux. Par la nature de nos offres, nos premiers clients étaient déjà responsables. Aujourd’hui tous les appels d’offre publics vont devoir comprendre 20 % d’équipements de seconde main. Il est également vérifié que la façon dont ils sont recyclés est bien conforme. Les entreprises sont à la recherche d’offres qui leur permettent de décarboner leur propre IT. On constate une accélération de la demande autour du numérique responsable.  

Propos recueillis par Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Qu'elles prennent la forme de rachats, de fusions, d'IPO ou de levées de fonds, les opérations sélectionnées dans ce dossier racontent une période de...

Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier

Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier

Juin 2021, coup de tonnerre, le géant Altarea annonce l’entrée en négociations exclusives avec les actionnaires de l’ogre Primonial. L’ambition est cl...

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cet été, le fonds new-yorkais KKR prenait une participation dans l’éditeur de logiciels lyonnais, sur la base d’une valorisation de 5,5 milliards d’eu...

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

Directeur général de SAP France depuis le début de l’année 2020, Frédéric Chauviré revient sur sa feuille de route et les grands chantiers de SAP en F...

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Le marché des fusions-acquisitions n’a jamais été aussi florissant que depuis le deuxième semestre 2020. Même si ce dynamisme peut paraître incongru d...

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Des économies de plus d'un milliard d'euros par an, des procédures techniques réduites de 90%, des délais de dépistage divisés par deux ou encore une...

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

À la tête de la filiale française du géant allemand SAP, le spécialiste de l’ERP, Gérald Karsenti revient sur le plan d’investissement et de dépenses...

Y.Le Gélard (Engie) : "Ce qui tire le digital dans l’énergie aujourd’hui, c’est le temps réel donc l’IoT"

Y.Le Gélard (Engie) : "Ce qui tire le digital dans l’énergie aujourd’hui, c’est le temps réel donc l...

En charge du digital et des systèmes d’information du groupe Engie, Yves Le Gélard revient sur les effets de la crise sanitaire, la stratégie multi-cl...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte