J. Ginart (Relais vert) : "La solution se trouve dans le collectif"

Grossiste biologique, Relais vert se compose de 250 salariés sur site. En période de crise sanitaire, l'entreprise s'adapte. Son patron, Jérémie Ginart, nous raconte cette période hors du commun.
Jérémie Ginart, président de Relais vert, grossiste biologique pour professionnels et collectivités.

Grossiste biologique, Relais vert se compose de 250 salariés sur site. En période de crise sanitaire, l'entreprise s'adapte. Son patron, Jérémie Ginart, nous raconte cette période hors du commun.

Décideurs. Comment avez vous réorganisé la gouvernance et la prise de décision face à ce choc économique et sanitaire ?

Jérémie Ginart. Nous avons 250 salariés sur site. Ce qui en période de crise sanitaire est une problématique forte (distanciations, mesures de protection..) apparaît par contre comme une véritable solution pour la gouvernance et les prises de décisions.

En effet, aucune grande école ou expérience de vie professionnels passée ne nous avait préparés à affronter cette crise. La solution ne peut donc venir que d’une seule personne, mais au contraire elle se trouve dans le collectif. L’ensemble des salariés s’est investit pour trouver des solutions court et moyen terme. C’est une véritable fierté en tant que chef d’entreprise de voir cette implication. Plus que jamais notre management est donc collectif.

Comment à titre personnel, vous êtes vous organisé pour réagir d'une part, et anticiper d'autre part, les conséquences du Covid 19 sur votre entreprise?  

J’ai appris à écouter encore plus mes collaborateurs et mes clients pour les conséquences. L’écoute est primordiale, devant une telle situation (comme nous sommes dans l’alimentaire nous faisons 30 % de croissance avec des effectifs légèrement réduits). J’ai accepté très vite de ne pas avoir LA solution aux problèmes que nous allions rencontrer. Mais nous sommes tous prêt a gérer ces soucis au jour le jour.

Je pense qu’il faut surtout mettre le caractère de l’entrepreneur de côté pour le moment. Foncer, anticiper et entreprendre… Ce n’est pas l’actualité du moment

Comment combiner lucidité et optimisme ? 

Je pense qu’il faut surtout mettre le caractère de l’entrepreneur de côté pour le moment. Foncer, anticiper et entreprendre… Ce n’est pas l’actualité du moment. Ces trois verbes qui nous font peut-être nous lever le matin tout le reste de l’année. Mais, selon moi, la plus grande lucidité actuelle est de réaliser qu’il y a un temps pour tout. Il faut savoir appuyer sur pause et prendre de la hauteur. Ou en étant confinés quand le métier le permet. Ou en se mettant au plus près de l’activité d’exploitation si nous sommes dans un métier « prioritaire ».

Pour ma part, j’ai abandonné mon bureau et mes responsabilités attenantes. Je suis préparateur de commande dans l’alimentaire. Même si cela me donne beaucoup d’idées pour améliorer par la suite le fonctionnement interne de la société, mon objectif principal est juste d’envoyer la marchandise à mes clients : les magasins bio alimentaires.

Relation et fiabilité des partenaires : comment négocier de bonne foi dans un monde où la maîtrise et la visibilité tendent à disparaitre ?

Sur cette partie, il faudra du temps pour répondre. Je pense que nous sommes encore un peu trop « à chaud » pour faire le bilan de ce qui aura bien tenu le choc ou au contraire des modèles qu’il faudra clairement revoir. Mais le manque de maitrise totale sur l’évolution des différents dossiers dans une période aussi « folle » nous poussera à une introspection profonde de notre stratégie.

Quelle leçon tirez vous de cette crise pour votre entreprise sur le très long terme ?

L’après crise est un sujet qui doit vraiment regrouper de multiples thématiques. Nous ne devons pas simplement analyser les pertes et mettre en place des solutions pour « rattraper ». Que nous le voulions ou non, le monde vient de changer en quelques semaines. L’homme a pris conscience que nous n’étions pas immortel et nos entreprises également ne le sont pas.

La prise de conscience doit être totale, pas seulement sur la partie sanitaire, mais sur notre influence dans le monde sur lequel nous vivons et développons nos activités.

Le parallèle avec la crise écologique actuelle et à venir doit être fait dès aujourd’hui.  Avec beaucoup de recul, il faudra peut-être voir cette crise comme un new deal. En tout cas, tout est à repenser et réinventer.

Propos recueillis en avril 2020

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Chefs d'entreprises face à la crise : résilience psychologique et stratégie opérationnelle

La crise économique liée au Coronavirus met les patrons à rude épreuve, tant sur le plan psychologique qu'opérationnel. Quelles sont leurs solutions ? Revoient-ils déjà leur business model ? Éléments de réponses.
Sommaire A. Dyèvre (Gatti) : "Il faut que la force et le calme d’en haut se diffusent en bas" G. Sanson (Bonduelle) : "Il est essentiel de maîtriser le crédit inter-entreprises" O. Saguez (Saguez & Partners) : "Cette période est l’occasion d’inventer un nouveau monde" B. Guimbal (Hélicoptères Guimbal) : "Je me prépare à une diète salutaire" L. Pottier Caudron (Temporis) : "L’économie n’est qu’une succession de crises et de relances" P. Loustric (Scentys) : "La communication a été essentielle" F. Bieber (Kwanko) : "Cette période de crise exacerbe les émotions" E. Cazeneuve (Hesus) : "Pousser l'internationalisation et augmenter les investissements" Roinat (Recommerce) : "Le rebond est envisagé grâce à de l'innovation"
Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Directeur général de Soitec depuis 2015, il a remis le fabricant de semi-conducteurs sur les rails et compte tripler le chiffre d’affaires du groupe d...

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

La présentation de la nouvelle DS4 début septembre s’est accompagnée de l’annonce d’un passage au 100 % électrique à partir de 2024 de la marque DS. J...

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Depuis 1997, les frères Martin développent un groupe de laboratoires d’analyse et de biologie médicale née d’une technologie découverte par leurs pare...

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

L’économie circulaire est au cœur de l’activité d’Econocom, groupe spécialisé depuis 1973 dans les services liés à la transformation digitale. Son fon...

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

Adyen, la mondialisation réussie

Adyen, la mondialisation réussie

La fintech dirigée par Pieter van der Does s’adresse aussi bien aux petits commerces qu’aux multinationales. Une stratégie couronnée de succès puisque...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte