J.F Faure (AuCoffre.com) : "Le crowdfunding nous a permis de lever 600 000 euros"

AuCoffre.com, la plateforme bordelaise d’achat et de vente de pièces d’or, est sortie des sentiers battus du financement pour développer ses activités. Jean-François Faure revient sur ses choix et sur le rôle fondamental de sa communauté de clients.

AuCoffre.com, la plateforme bordelaise d’achat et de vente de pièces d’or, est sortie des sentiers battus du financement pour développer ses activités. Jean-François Faure revient sur ses choix et sur le rôle fondamental de sa communauté de clients.

Décideurs. Comment avez-vous financé la création et les premiers développements d’AuCoffre.com ?

Jean-François Faure. Nous nous sommes financés en dehors des circuits classiques, banques ou fonds d’investissement. En 2008, pour lancer notre plateforme d’achat et vente de pièces d’or avec conservation, j’ai fait appel au « love money », à savoir mon réseau personnel. Ce sont des gens qui investissent sur un homme plus que sur un projet. En 2014, pour financer le détachement de l’activité VeraCash – une carte Mastercard permettant de payer avec de l’or que nous avions lancée deux ans auparavant –, nous avons fait appel aux clients d’AuCoffre.com en leur proposant de devenir actionnaires. La mise minimum était de 1 000 parts (soit environ 50 000 euros) et, malgré ce seuil important, nous avons levé 500 000 euros. Si nous avons pu convaincre les actionnaires, c’est qu’ils connaissaient notre activité et étaient déjà conscients de l’intérêt de l’or.

En 2016, nouvelle étape, vous vous tournez vers le crowdfunding.

Nous voulions étendre l’activité de Veracash pour en faire une monnaie complémentaire, fondée sur l’or, qui puisse être utilisée pour des paiements ainsi que pour des transferts entre utilisateurs, et ce grâce à une application mobile. Pour financer ces développements, nous avons eu recours au crowdfunding, une solution qui élargissait le spectre des investisseurs puisqu’il n’y avait pas de mise minimum. L’opération a été un succès ; elle nous a permis de lever 600 000 euros. Et là encore, ce sont surtout des utilisateurs d’AuCoffre qui ont investi.

Puis vous avez pensé à l’ICO, une levée de fonds en cryptomonnaies…

Oui, et ce fut une fausse bonne idée qui a mené à une vraie bonne idée. Depuis le début, VeraCash repose sur la « tokenisation » d’actifs physiques, et c’est ce qui nous a poussés à envisager une ICO. Ce projet s’est heurté à deux constats. Tout d’abord, le coût élevé d’une telle opération compromet sa rentabilité. Ensuite, il nous était difficile de proposer un token qui justifie que les investisseurs l’achètent. Ces jetons ouvrent le droit à une contrepartie. Dans notre cas, nous vendons de l’or si bien que nous ne pouvons proposer qu’une remise minime, et peu incitative. Nous sommes parvenus à la conclusion que nous devions utiliser notre savoir-faire aussi bien dans le domaine de l’or que dans celui des cryptomonnaies pour émettre un token adossé à ce métal et qui serait proposé sur des plateformes d’exchange. C’est le projet que nous sommes en train de construire. Cette fois, nous voulons dépasser notre communauté pour nous adresser à la cyber-sphère intéressée par une cryptomonnaie adossée à l’or. Les marges sur l’émission de ce token resteront faibles mais il va nous permettre de nous ouvrir à un nouveau marché, plus international.

Outre ce token, quels sont les développements à venir ?

Nous voulons financer notre évolution vers ce qui s’approche d’une néobanque et asseoir VeraCash comme monnaie complémentaire. Ce sont des projets bien engagés mais qui nécessitent des financements pour accélérer notre croissance et prendre des parts de marché. Nous sommes donc en recherche de fonds, environ deux millions d’euros, auprès d’investisseurs institutionnels ou des partenaires – des entreprises qui comprennent notre marché aussi bien que notre activité. Ce dernier scénario est d’ailleurs le plus probable et le plus logique.

Comment expliquez-vous votre parcours atypique en termes de financement ?

La plupart des fonds ont eu du mal à comprendre notre modèle économique « click and mortar » à cheval entre le numérique – la plateforme d’achat d’or – et le physique – avec le système de garde. D’autant que nous sommes sur un marché de niche. Quant aux banques, elles n’investissent pas dans le business de l’or. Nous sommes un bon exemple de travail avec notre communauté.

Propos recueillis par Cécile Chevré

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Comment accélérer sa croissance ?

Private equity, dette, crowdfunding, auto-financement... Entrepreneurs et fonds reviennent sur les meilleurs moyens d'accélérer le développement de sa société.
Sommaire T.Khris (OnOff) : "Il faut garder le contrôle de son entreprise" F.Zocchetto (PayFit) : "Très vite, nous avons pu présenter de bons KPI aux fonds" L.Pruvost (In'Tech Medical) : "Les fonds ont parfois mauvaise presse mais ont été salutaires" P.Marol (Alstef) : "Le soutien d'un fonds permet de gagner en crédibilité" P. Poletti (Ardian) : « Ardian est le premier acteur européen et le cinquième mondial » X.Gaillard (SILAB) : "Nous finançons l'innovation en étant indépendants" Y du Rusquec : "Nous avons plusieurs licornes potentielles en portefeuille" H.Marcoux (Tikehau) : "Nous ne voulons pas casser la belle dynamique de Sofidy"
Hong Kong, les banques sous tension ?

Hong Kong, les banques sous tension ?

Un mouvement de protestation oppose la population de Hong Kong, troisième place financière au monde, aux autorités chinoises. Ce conflit ouvert a-t-il...

L. Lefeuvre (La Compagnie des CGP-CIF) : "La profession a besoin de clarté"

L. Lefeuvre (La Compagnie des CGP-CIF) : "La profession a besoin de clarté"

Ardent défenseur des plus petits cabinets de conseiller en gestion de patrimoine (CGP), Laurent Lefeuvre, vice-président de La Compagnie des CGP-CIF n...

Universal Music dans le viseur du Chinois Tencent

Universal Music dans le viseur du Chinois Tencent

L’entrée du conglomérat Tencent au capital du numéro un mondial de la musique serait imminente.

G. Sitbon (Sycomore AM) : "La gestion passive tend à favoriser un petit nombre de grandes capitalisations"

G. Sitbon (Sycomore AM) : "La gestion passive tend à favoriser un petit nombre de grandes capitalisa...

En combinant positions acheteuses et positions vendeuses, les fonds long/short sont capables, en théorie, de mieux résister à une baisse des marchés f...

Capital investissement : Blackstone fait son entrée au capital de BC Partners

Capital investissement : Blackstone fait son entrée au capital de BC Partners

Blackstone Alternative Asset Management (BAAM) acquiert une participation minoritaire dans le fonds d’investissement BC Partners.

M. Möttölä (Morningstar) : "Il existe une forte hétérogénéité entre les fonds long/short actions"

M. Möttölä (Morningstar) : "Il existe une forte hétérogénéité entre les fonds long/short actions"

Aux yeux de Matias Möttölä 2018 aura été une année décevante mais pas désastreuse pour les fonds long/short Actions Europe. En moyenne, ils ont perdu...

La Bourse de Londres acquiert Refinitiv

La Bourse de Londres acquiert Refinitiv

Cette acquisition, valorisée à 27 milliards de dollars, permettra à la LSE de concurrencer l’américain Bloomberg, le géant des données financières.

Cogep affirme son ambition nationale

Cogep affirme son ambition nationale

Efficace grâce à son implantation en régions, le cabinet d’audit et d’expertise comptable Cogep impose discrètement sa signature dans une profession p...

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message