J.-F. Bouillé : "Le changement de statut de la MAIF induira plusieurs sujets pour la direction immobilière"

La MAIF a choisi de s’engager sur la voie de l’entreprise à mission comme le propose désormais la loi PACTE. Jean-François Bouillé, directeur immobilier et moyens généraux du groupe, nous détaille les conséquences de cette transformation sur les activités dont il a la responsabilité.
Jean-François Bouillé (©D.R.)

La MAIF a choisi de s’engager sur la voie de l’entreprise à mission comme le propose désormais la loi PACTE. Jean-François Bouillé, directeur immobilier et moyens généraux du groupe, nous détaille les conséquences de cette transformation sur les activités dont il a la responsabilité.

Décideurs. Pourquoi la MAIF a-t-elle décidé de devenir une entreprise à missions ?

Jean-François Bouillé. L’impulsion a été donnée par notre président Dominique Mahé et notre directeur général Pascal Demurger. La MAIF porte depuis son origine des valeurs d’entraide, de mutuelle et de soutien aux parties prenantes. Nos dirigeants ont souhaité amplifier cette approche et entrer dans une démarche de preuves et d’engagements. Ces derniers sont partagés avec la société, ce qui rend le mouvement irréversible. De plus, des parties prenantes internes et externes vont nous évaluer. Une fois le changement de statut entériné par notre assemblée générale au printemps prochain, nous agirons encore plus en faveur de l’environnement et de la société pour contribuer à la performance de la MAIF. Ces trois piliers sont indissociables.

Quel sera l’impact de ce changement de statut pour la direction immobilière de la MAIF ? 

Tous les services de l’entreprise seront impactés. Au niveau de la direction immobilière et des services généraux, porter une attention sincère à l’autre et au monde pour aller dans le sens du bien commun induit des sujets patrimoniaux, sur la gestion de l’énergie, sur la qualité de vie au travail, sur notre offre de restauration d’entreprise… En parallèle, nous devrons être encore plus vigilants avec nos parties prenantes externes. Si nous apprenons par exemple qu’un prestataire de la direction immobilière a recours à des pratiques qui ne sont pas en phase avec nos valeurs, nous devrons agir. Le passage à une entreprise à missions nous expose donc davantage.

Comment allez-vous joindre les actes à l'esprit ? 

Quand la raison d’être « Convaincus que seule une attention sincère portée à l’autre et au monde permet de garantir un réel mieux commun, nous la plaçons au cœur de chacun de nos engagements et de chacune de nos actions » a été énoncée, les collaborateurs ont été très émus car ce sont les valeurs qui nous animent au quotidien. De nombreuses actions ont donc déjà été déployées en ce sens. Nous avons par exemple réalisé un travail extraordinaire au niveau de notre offre de restauration d’entreprise il y a quelques années en mettant l’accent sur les circuits courts, les aliments biologiques… Nous avons décidé en de candidater à la garantie « Mon Restau Responsable » créée par la Fondation Nicolas Hulot et le réseau Restau’Co. Nous l’avons obtenue en novembre dernier lors d’une cérémonie à laquelle participaient également l’hôpital de Niort, les collectivités, des écoles… Par notre dynamisme et notre volonté, nous avons lancé une mobilisation massive du territoire des Deux-Sèvres et de ses acteurs en faveur d’une alimentation plus durable. La certification de nos bâtiments constitue un autre sujet intéressant. Nous avons déjà engagé cette démarche depuis plusieurs années. Mais, avec le statut d’entreprise à missions, nous passerons de l’intention à la conviction.

Propos recueillis par François Perrigault (@fperrigault)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Les raisons d'être des acteurs immobiliers

Promulguée en mai 2019, la loi PACTE s’est notamment donnée pour objectif de penser autrement la place des compagnies dans la société à travers les notions de raison d’être et d’entreprise à mission. Plusieurs acteurs immobiliers n’ont pas tardé à se saisir de ces nouveaux concepts. Tour d’horizon des précurseurs du secteur.
Sommaire F. Bonnifet (C3D) : "Toutes les entreprises se saisiront des concepts de raison d’être et de société à mission dans les années à O. Wigniolle : "La raison d’être sera un fort moteur de développement et de performance économique pour Icade dans les dix ans à Y. Marque : "Notre raison d’être exprime ce que Covivio est déjà et le renforce" M. Oppenheim (Crédit Agricole Immobilier) : "Nous avons construit un projet de groupe autour de trois piliers" B. Lièvre-Thery : "Nous avons réfléchi à notre propre raison d’être pour nous inscrire pleinement dans celle de Société Générale M. Sissoko : "La raison d’être représente la colonne vertébrale de la stratégie de Citallios" A. Mollet (Perl) : "L’entreprise à mission, une troisième voie entre business classique et ESS"
La veille urbaine du 21 avril 2021

La veille urbaine du 21 avril 2021

DTZ Investors vend l’immeuble “Equinox” à Clichy à un fonds d’investissement conseillé par HW Capital, Espaces Ferroviaires retient GA Smart Building...

La veille urbaine du 20 avril 2021

La veille urbaine du 20 avril 2021

La Française REM acquiert, auprès d’AG2R La Mondiale, un immeuble de bureaux à Montreuil, le Groupe Duval annonce le lancement des travaux du nouveau...

La veille urbaine du 19 avril 2021

La veille urbaine du 19 avril 2021

Kaufman & Broad livre un immeuble de bureaux de 10 000 m² à Arcueil, Crédit Agricole Assurances et Crédit Agricole Immobilier signent un partenari...

La veille urbaine du 16 avril 2021

La veille urbaine du 16 avril 2021

Barings acquiert un immeuble de bureaux à Paris 11 auprès du Groupe Financière JL, Bouygues Immobilier et Linkcity démarrent les travaux du projet “Le...

S. Vondière, J. Chavry :  "Refonder la ville sur la ville"

S. Vondière, J. Chavry : "Refonder la ville sur la ville"

Dans un contexte impacté par la crise sanitaire et soumis à un changement de municipalité, Lyon veut faire figure de chef de file en matière de réflex...

La veille urbaine du 15 avril 2021

La veille urbaine du 15 avril 2021

BlackRock Real Assets annonce la signature d’un bail de 5 500 m² avec la société Energies France à Gennevilliers, Poste Immo, la Banque des Territoire...

La veille urbaine du 14 avril 2021

La veille urbaine du 14 avril 2021

Copper and Co acquiert un parc de locaux d’activités de 4 323 m² à Chambly (60), Gecina se dote d’un Comité d’Orientation et de Prospective, l'agence...

Méka Brunel, la bâtisseuse

Méka Brunel, la bâtisseuse

Depuis sa nomination à la tête de Gecina en 2017, Méka Brunel ne cesse de transformer la foncière aux 20 milliards d’euros de patrimoine. L’Iranienne...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte