J.F.Auclair (Groupe O2) : «La RSE permet de lutter contre le turn-over »

Spécialisé dans le service à domicile, le groupe 02 recrute chaque année 6 000 collaborateurs pour des emplois peu qualifiés et fait face à un turn-over important.

Spécialisé dans le service à domicile, le groupe 02 recrute chaque année 6 000 collaborateurs pour des emplois peu qualifiés et fait face à un turn-over important.

Décideurs. Quels sont les besoins de recrutement du groupe O2 ?

Jean-François Auclair. Nous avons une grosse volumétrie, puisque nous procédons à 6 000 recrutements par an. Le turn-over est élevé (50 %). Nous devons arriver à maintenir les recrutements et limiter ce turn-over, même s’il se réduit un peu plus chaque année.

Il reste encore difficile de retenir des profils sur des emplois peu qualifiés, considérés comme peu valorisants tels que les services d’aides à la personne ou de ménage.

Le digital vous aide-t-il à faciliter les process de recrutement ?

Le digital est effectivement un enjeu important. Nous avons d’ores et déjà changé les outils de recrutement pour une gestion plus rapide des candidatures. Nous gagnerons du temps grâce, notamment, à l’aspect prédictif des nouveaux outils.

Comment réduire le turn-over élevé que vous évoquez ?

La formation est, sur ce point, un enjeu important. Nous recrutons beaucoup sur le savoir-être, puis nous formons nos collaborateurs en interne. Certaines de nos formations sont d’ailleurs diplômantes. C’est le cas des CAP « petite enfance » que nous finançons ou encore des titres d’Assistant de vie aux familles.

Nous investissons également sur l’e-learning avec des modules d’adaptation à l’emploi et développons par ailleurs nos propres contenus grâce à notre filiale dédiée. Certains de nos collaborateurs se découvrent des vocations, notamment sur le secteur de la garde d’enfants, ce qui les motive ensuite à rester chez nous.

Vous déployez une politique RSE importante. Vous permet-elle de retenir vos salariés ?

Dans le cadre de notre politique RSE, nous nous intéressons à un public fragile, à des personnes en situation de handicap ou qui ont connu des accidents de la vie. Nous leur mettons le pied à l’étrier pour qu’elles trouvent ou retrouvent le chemin de l’emploi. Ces personnes sont par la suite moins tentées de quitter l’entreprise. La baisse ­régulière de notre taux de turn-over est donc aussi le résultat de cette politique.

Vous considérez-vous comme une entreprise « inclusive » ?

C’est évident, puisque nous employons 480 travailleurs handicapés et que le chiffre augmente tous les ans. Notre objectif est de travailler avec des personnes qui ont vraiment envie de s’investir dans notre secteur et d’y rester. C’est pourquoi nous sommes partenaire de l’Agefiph, depuis 2010 et que nous mettons en œuvre des actions concrètes. Nous permettons notamment aux personnes en situation de handicap de faire des démarches administratives et nos managers sont sensibilisés à leur accueil au sein du groupe. Nous mettons en place des dispositifs destinés à éclairer nos collaborateurs sur les préjugés au sujet des travailleurs handicapés. Nous travaillons enfin régulièrement avec des associations d’insertion.

Le groupe 02 a par ailleurs été sollicité par des politiques pour travailler avec des réfugiés…

C’est vrai. C’est un travail lourd, car il faut commencer par un accompagnement initial important, à savoir l’apprentissage du français, avant de passer à des formations diplômantes. Nous sommes encore au ­début du projet.

Capucine Coquand

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Chasseurs de têtes : les stars des codir

Chasseurs de têtes : les stars des codir

Avec efficacité et discrétion, ils distillent leurs conseils aux patrons des grand groupes français et internationaux...

T. Gomes, (WeUp Learning) : "La formation mixte est devenue une alternative incontournable"

T. Gomes, (WeUp Learning) : "La formation mixte est devenue une alternative incontournable"

Agence digitale, WeUp Learning propose toutes les solutions afin d’accompagner la digitalisation de la formation. Thomas Gomes, son directeur, nous li...

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

Avocat aux barreaux de Paris, Barcelone, Madrid et New York, Emeric Lepoutre travaillait chez Gide lorsqu’il a été approché par l’un de ses clients po...

La revanche du conseil RH

La revanche du conseil RH

Influenceurs, chasseurs de têtes, bâtisseurs d’empire, ils murmurent à l’oreille des comex et codir. Pourquoi les acteurs de l’univers RH ont-ils réus...

C. Tellier (Beyond & Associés) : "Je suis un vieux startuper"

C. Tellier (Beyond & Associés) : "Je suis un vieux startuper"

Faire de la chasse autrement, tel est le pari de Beyond & Associés. Christophe Tellier, associé fondateur du cabinet, explique comment, par-delà l...

Conseils : les bâtisseurs

Conseils : les bâtisseurs

Souvent discrets mais incontournables dans leurs disciplines respectives, ils ont fait de leurs cabinets de véritables empires du conseil en stratégie...

Conseils : les influenceurs

Conseils : les influenceurs

Pas une décision n'est prise sans leur passer un coup de fil, pas un projet de loi n'émerge sans les consulter. Portraits de ces influenceurs qui murm...

A.Feld (LHH) : "Être utile et me rendre inutile"

A.Feld (LHH) : "Être utile et me rendre inutile"

Quelques mois seulement après avoir pris la direction générale de la filiale française de LHH, Aurélie Feld en est devenue la présidente en mai 2021...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte