Jean-Emmanuel Rodocanachi (groupe Grandir) : "La petite enfance doit être une cause nationale"

Les Petits Chaperons Rouges (groupe Grandir) gère en France 450 crèches et près de 1400 crèches partenaires. Détenant la première place des crèches privées en France, le groupe s’est rapproché de Liveli afin de s’étendre à l’international. Jean-Emmanuel Rodocanachi, président et cofondateur de Grandir, raconte la progression du groupe et son engagement pour la petite enfance.

Les Petits Chaperons Rouges (groupe Grandir) gère en France 450 crèches et près de 1400 crèches partenaires. Détenant la première place des crèches privées en France, le groupe s’est rapproché de Liveli afin de s’étendre à l’international. Jean-Emmanuel Rodocanachi, président et cofondateur de Grandir, raconte la progression du groupe et son engagement pour la petite enfance.

Décideurs. Comment Grandir a-t-il traversé la crise sanitaire ?

Jean- Emmanuel Rodocanachi. Plutôt bien grâce au formidable engagement de nos 9000 salariés, au soutien des familles dans nos 700 crèches  et écoles maternelles et à la solidarité de nos clients publics et privés. Le fait aussi d’être implantés à la fois en Europe et en Amérique du Nord nous a permis de profiter de cycles de confinements différents. Par la suite, chaque État a mis en place sa propre série de mesures pour préserver son socle social et relancer son économie. Concernant notre secteur, la France, l’Allemagne et le Canada ont été à la pointe, l’Angleterre et les États-Unis un peu moins. Cette crise sanitaire a démontré, si besoin était, la place incontournable de la santé et de l’éducation dans nos sociétés modernes. À ce titre, des avancées sociales significatives ont été récemment accomplies en France pour les hôpitaux, les cliniques et les Ephad, et il faut s’en réjouir. Mais il est grand temps de faire de même avec les crèches. J’en appelle à un "Ségur de la petite enfance" ! Valoriser comme il se doit ces métiers est essentiel à l’éveil de nos enfants. Dès 2022, la petite enfance doit devenir une belle et grande cause nationale.

Les modes d’organisation du travail sont en plein bouleversement. Avec l’émergence du télétravail, comment positionnez-vous votre activité ?

Le fait d’avoir développé notre réseau en cœur de ville est un atout de taille. Les parents se sont vite rendu compte qu’il était compliqué de télétravailler sereinement avec de jeunes enfants à la maison. La proximité de nos crèches  facilite la vie des familles et nous n’avons donc pas noté de baisse dans leurs fréquentations. Par ailleurs, dès le premier confinement, nous avons digitalisé en quelques jours notre contenu pédagogique afin d’offrir à nos 35 000 parents inscrits une continuité éducative pour leurs enfants. Finalement, cette période nous a permis d’accélérer la modernisation de Grandir mais aussi d’accompagner des familles qui sont encore sur liste d’attente en Europe et en Amérique du Nord. Rien qu’en France, elles sont plus de 300 000.

"Il est primordial pour les générations futures que l’objectif "zéro liste d’attente" soit un des thèmes forts de la prochaine présidentielle"

Avez-vous perçu une revalorisation de la place de la parentalité dans l’entreprise ?

La parentalité est un sujet majeur pour les parents salariés comme pour les employeurs et chez Grandir nous l’abordons de la façon suivante : il n’y a pas de parentalité efficace sans égalité professionnelle, ni d’égalité professionnelle sans modes de garde et d’éveil de qualité. En effet, quand vos équipes de crèches sont engagées autour d’un projet pédagogique qui fait sens et avec des moyens réels pour exercer leur métier, alors la qualité est au rendez-vous, les parents-salariés sont rassurés et la parentalité coule de source. Dans un monde post-Covid, le recrutement des talents, l’onboarding de la génération Z et le care qui va avec passeront par une réelle égalité professionnelle, et ce aussi bien dans le secteur public que privé. Les crèches d’entreprise ont un rôle majeur à jouer dans cette évolution sociologique du monde du travail.

Quelles sont vos ambitions pour le groupe ?

Depuis 2016, grâce à un juste équilibre entre économique et social, une stratégie claire et aux conseils avisés de Bpifrance et Eurazeo, nous sommes passés d’une entreprise de crèche française à un groupe d’éveil et d’éducation présent dans cinq pays du G7. Avec l’arrivée d’InfraVia à notre capital en 2021, nous avons décidé d’accélérer et avons annoncé cet été notre rapprochement avec Liveli, la branche petite enfance de Sodexo. Cette opération nous permet de consolider nos positions en France et en Allemagne et de prendre pied en Espagne et en Inde. Ce nouvel ensemble représentera plus de 1100 crèches et écoles maternelles et 13 000 salariés. La qualité de service est au cœur de ce projet. Pour y arriver, nous devrons rester fidèle à notre raison d’être statutaire "Contribuer, pas à pas, à l’éveil des générations" !

Propos recueillis par Elsa Guérin

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

V. Decaux (La Poste) : "Croiser la data permettrait de faire coïncider les besoins de l’entreprise avec les projets du salarié"

V. Decaux (La Poste) : "Croiser la data permettrait de faire coïncider les besoins de l’entreprise a...

Présidente du jury du prix du DRH numérique 2020, Valérie Decaux, DRH du Groupe La Poste envisage la transformation digitale à la fois comme complémen...

Nadine Yahchouchi (Microsoft 365) : "La Covid-19 a rebattu les cartes des enjeux humains dans l’entreprise"

Nadine Yahchouchi (Microsoft 365) : "La Covid-19 a rebattu les cartes des enjeux humains dans l’entr...

La plateforme collaborative Microsoft Teams a connu une accélération majeure avec la crise sanitaire. Nadine Yahchouchi, directrice générale de Micros...

Prêt de main-d’œuvre : un dispositif de formation comme un autre ?

Prêt de main-d’œuvre : un dispositif de formation comme un autre ?

Brandi par le gouvernement pour faire face à la crise sanitaire, le prêt de main-d’œuvre apparaît comme le pâle remplaçant du coûteux chômage partiel....

Le dialogue social à l’honneur à Suresnes

Le dialogue social à l’honneur à Suresnes

Le 19 octobre 2021 se sont déroulées les huitièmes rencontres du Dialogue social organisées par la ville de Suresnes. Réunissant près de 500 participa...

Hervé Guichard (Goodyear) : "Ne pas laisser les salariés uniquement pilotés par les syndicats est un élément clé"

Hervé Guichard (Goodyear) : "Ne pas laisser les salariés uniquement pilotés par les syndicats est un...

Hervé Guichard est à la tête des ressources humaines France du groupe Goodyear, célèbre pour ses pneus, autant que pour des relations sociales compliq...

La plateforme d’apprentissage 360Learning lève 200 millions de dollars

La plateforme d’apprentissage 360Learning lève 200 millions de dollars

La start-up 360Learning, qui développe une plateforme SaaS de formation collaborative en entreprise, vient de boucler un financement de 200 millions d...

Malika Bouchehioua (Derichebourg) : "L'ambition n'est pas quantitative mais qualitative"

Malika Bouchehioua (Derichebourg) : "L'ambition n'est pas quantitative mais qualitative"

Transitions collectives accompagne les entreprises faisant face à des mutations économiques et permet aux salariés à l’emploi fragilisé d’être accompa...

Attention, au bureau les salariés sont de plus en plus exigeants !

Attention, au bureau les salariés sont de plus en plus exigeants !

La Société foncière lyonnaise (SFL) a publié les résultats du huitième baromètre Paris Workplace, réalisé en partenariat avec l’Ifop (1 600 salariés i...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte