J-B Vallée (Lactalis) : "L’expérience collaborateur est au cœur de la marque employeur"

Afin de valoriser ses 85 000 collaborateurs répartis dans plus de 50 pays et d’attirer des nouveaux talents, le groupe Lactalis déploie sa marque employeur "#LactalisExperience" dans l’ensemble de ses pays d’implantation. Jean-Baptiste Vallée, group learning director & HR development France raconte…

Afin de valoriser ses 85 000 collaborateurs répartis dans plus de 50 pays et d’attirer des nouveaux talents, le groupe Lactalis déploie sa marque employeur "#LactalisExperience" dans l’ensemble de ses pays d’implantation. Jean-Baptiste Vallée, group learning director & HR development France raconte…

Décideurs. Pourquoi avoir créé le projet « #LactalisExperience » ? 

Jean-Baptiste Vallée. Tout d’abord, je tiens à rappeler que l’industrie agroalimentaire est une industrie de passionnés, à la pointe de l’innovation et porteuse de sens, particulièrement dans la période que nous traversons. Il est intéressant de remettre ce projet dans un contexte : le groupe est inscrit dans une stratégie de croissance. Lactalis a réalisé plus de 116 acquisitions ces seize dernières années, nous avons donc besoin d’expliquer qui nous sommes à tous les collaborateurs qui nous rejoignent. La décision a donc été prise de déployer dans l’ensemble des pays une marque employeur attractive, reflétant l’expérience collaborateurs, avec pour objectifs de tenir nos promesses auprès de nos candidats, déclencher un sentiment de fierté d’appartenance qui soit incarné par chacun d’entre nous. Lactalis, dont la raison d’être est d’offrir des produits sains et savoureux qui rassemblent, invite à vivre une expérience professionnelle unique. 

Quel message voulez-vous transmettre ? 

Nous sommes une entreprise familiale avec des valeurs, une culture, une vision long terme portée par nos dirigeants, avec un but commun : transmettre un savoir-faire laitier et fromager. Nous avons des marques emblématiques comme Président qui sont autant de fierté que de responsabilités. Par ailleurs, nous offrons la possibilité à chacun de développer son expertise et son leadership. En nous rejoignant, les collaborateurs font le choix d’une organisation qui évolue en permanence, Lactalis encourage les initiatives et offre des challenges au quotidien. C’est l’expérience collaborateurs que nous avons voulu mettre au cœur de la création de cette marque employeur, et pour ce faire, nous avons lancé une enquête auprès de 10 000 personnes dans 26 pays et les avons interrogés sur leur lien avec l’entreprise, ses valeurs... 

Quels changements sont attendus ? 

Avant ce projet, il n’y avait pas de marque employeur en tant que telle : elle vivait au travers de nos actions mais n’était pas formalisée. À présent qu’elle l’est, ce sera la première fois que l’on communiquera autour de notre marque employeur au niveau mondial. 

" 5,77 % de nos effectifs sont en alternance " 

La formation constitue également un atout pour la marque employeur, quels programmes proposez-vous ? 

En tant qu’entreprise apprenante, nous avons créé plusieurs programmes, le premier d’entre eux est mené en partenariat avec l’ESCP Paris et vise à former les membres de nos comités de direction. Il accueille chaque année, 20 personnes venues de tout pays. Par ailleurs, l’"Industrial academy" est déployée par nos formateurs internes sur l’ensemble des continents afin de préparer nos futurs directeurs d’usine. Enfin, nous déployons un LMS avec l’objectif de former 10 000 personnes par an par l’intermédiaire de cette plateforme. Dans un pays comme la France, un poste sur deux est pourvu en interne, c’est de la promotion. Pour parvenir à ces chiffres nous sommes très engagés pour le développement de l’employabilité des jeunes. C’est pour cette raison que nous avons créé notre CFA d’entreprise. Aujourd’hui, 5,77 % de nos effectifs sont en alternance. Par exemple en production, nous intégrons un jeune profil de formation ingénieur pendant deux ans, après sa formation il sera embauché en CDI puis occupera une fonction de chef d’équipe. Il mènera un projet d’innovation durant deux ans avant de prendre des fonctions de responsable d’atelier puis de responsable d’exploitation et enfin de directeur d’usine.  

Propos recueillis par Roxane Croisier

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

B. Revcolevschi (Fujitsu) : "Faire revenir les équipes sur site à 100 % n’est pas dans nos projets "

B. Revcolevschi (Fujitsu) : "Faire revenir les équipes sur site à 100 % n’est pas dans nos projets "

Experte en digitalisation des entreprises, l’entreprise Fujitsu a durant la crise repensé la collaboration au sein de ses équipes. Benjamin Revcolevsc...

Deuxième associée pour Daher Avocats

Deuxième associée pour Daher Avocats

Le cabinet de niche en droit social Daher Avocats accueille Louise Thiébaut en qualité d’associée. Il renforce par la même occasion ses compétences de...

É. Ruty (Bodet Software) et L. André (TalentView) : "Mêler expertise, expérience et innovation est toujours une bonne recette"

É. Ruty (Bodet Software) et L. André (TalentView) : "Mêler expertise, expérience et innovation est t...

À l’heure où l'univers du SIRH se trouve en pleine mutation, la nécessité d'innover et de proposer des solutions toujours plus performantes est une év...

Télétravail : le droit du travail lui résistera-t-il ?

Télétravail : le droit du travail lui résistera-t-il ?

La crise sanitaire a mobilisé nombre d’avocats, cabinets de conseil et directeurs juridiques autour du télétravail. La pandémie a sans commune mesure...

A. Paquer (Bearing Point) : "Je souhaite briser le plafond de verre"

A. Paquer (Bearing Point) : "Je souhaite briser le plafond de verre"

Présidente du cabinet de conseil BearingPoint pour la France, Axelle Paquer veut promouvoir l’égalité femmes-hommes. Elle revient, pour Décideurs Maga...

Santé des salariés : au cœur de toutes les attentions

Santé des salariés : au cœur de toutes les attentions

Rentrée, retour sur site, modèle hybride : la crise a mis à mal la santé mentale des collaborateurs. Alors que l’activité reprend son cours, une vigil...

V. Lecerf  (groupe Imerys) :  "Au-delà de l’impact dramatique, la crise sanitaire est un accélérateur de tendance"

V. Lecerf (groupe Imerys) : "Au-delà de l’impact dramatique, la crise sanitaire est un accélérateu...

Leader mondial dans la production et la transformation des minéraux industriels, Imerys est implanté sur cinq continents et génère un chiffre d’affair...

J-E. Rodocanachi (groupe Grandir) : "La petite enfance doit être une cause nationale"

J-E. Rodocanachi (groupe Grandir) : "La petite enfance doit être une cause nationale"

Les Petits Chaperons Rouges (groupe Grandir) gère en France 450 crèches et près de 1400 crèches partenaires. Détenant la première place des crèches pr...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte