J. Aucomte (August Debouzy) : "Les perspectives 2022 sont d’ores et déjà bonnes"

J. Aucomte (August Debouzy) : "Les perspectives 2022 sont d’ores et déjà bonnes"
Laurent Cotret et Julien Aucomte, associés au sein de l’équipe corporate du bureau parisien d’August Debouzy

L’année 2021 a été pour tout l’écosystème une période aussi dense que surprenante en termes de beaux dossiers. Laurent Cotret et Julien Aucomte, associés au sein de l’équipe corporate du bureau parisien d’August Debouzy en font le bilan et dessinent les contours d’une année 2022 pleine de promesses pour l’activité.

Décideurs. Quel bilan faites-vous de l’activité M&A du cabinet en 2021 ?

Laurent Cotret. Elle est intense, grâce au dynamisme du marché. Elle est bien évidemment portée par le fort développement de la tech et l’appétit d’investissement des fonds, notamment américains, mais également européens, pour les entreprises françaises de ce secteur. Nous voyons aussi des industries plus traditionnelles, comme la pharma ou des industries de niche, très recherchées et avec des valorisations à des niveaux très élevés.

Julien Aucomte. La richesse et la créativité française créent incontestablement, bien au-delà des plans de relance, une dynamique et notre pays a des attraits incomparables dont nous mesurons actuellement les effets.

Quelles tendances et quels sujets les plus significatifs avez-vous relevés dans le cadre des opérations traitées ?

L. C. La confiance est très forte dans le développement des entreprises de la "french tech" – les licornes et au-delà – qui sont encore aujourd’hui, pour beaucoup, dans les premières phases de développement, mais pourront demain devenir des acteurs majeurs de leurs secteurs. Même si le risque est toujours identifié et mesuré, les investisseurs ont fait le pari de la confiance, ce qui nous fait dire qu’il ne s’agit pas de bulles spéculatives.

Comment le marché du M&A a-t-il évolué en cette année de reprise ?

J. A. Il a redémarré sur les chapeaux de roues, dès le début de l’année 2021, et continue de se maintenir alors même que certains annonçaient un essoufflement, voire un ­ralentissement.

Les perspectives 2022 sont d’ores et déjà bonnes, et ce, en dépit d’un contexte d’élections qui n’est jamais très favorable aux affaires. Nous sommes donc confiants quant au niveau de l’activité dans les prochains mois.

"Le temps est venu de rembourser ces financements, en plus de la dette existante"

Quels sont vos projets pour 2022 ?

L.  C. Nous allons évidemment continuer à développer notre équipe, ce que nous faisons notamment en cooptant cinq nouveaux counsels qui ont réalisé une grande partie de leur carrière au sein de notre cabinet.

J. A. Par ailleurs, nous allons poursuivre notre activité dans la dynamique actuelle, sans oublier également le distressed M&A. En effet, si la croissance existe pour un certain nombre de secteurs, d’autres, comme des activités immobilières ou des industries hautement consommatrices d’énergie, souffrent et auront besoin de conseil pour traverser cette période.

En matière de distressed M&A et de restructuring, comment anticipez-vous les prochains mois ?

J. A. De belles opérations se feront dans les mois à venir car certaines entreprises, très endettées, ont aggravé leur endettement pendant la période Covid, notamment avec le PGE. Le temps est venu de rembourser ces financements, en plus de la dette existante.

Si certaines entreprises avaient réussi à repousser le mur de la dette en 2020 du fait des aides, les difficultés vont réapparaître dès 2022 et s’accentuer en 2023. En quelque sorte, les entreprises qui connaissaient déjà des difficultés avant la crise ne les ont pas vues disparaître, elles vont réapparaître avec retard.

L. C. Nous sommes donc là pour les accompagner, pour leur permettre de traverser ces périodes douloureuses et pour les conseiller dans des adossements ou la mise en place de nouveaux financements.

Ce challenge est d’autant plus intéressant que les ordonnances du 15 septembre 2021 permettent désormais des restructurations avec un cadre inédit, celui des classes de créanciers et d’actionnaires.

Cette procédure dite de cram down, applicable aux États-Unis, va probablement être un enjeu des prochaines années en favorisant le rachat des dettes garanties par des fonds qui restructureront les entreprises en difficulté en écrasant une partie de la dette et en proposant parfois des plans alternatifs à ceux du management.

C’est donc avec de nouveaux outils de traitement de la dette que nous allons aborder cette nouvelle étape. Là est le véritable enjeu. 

Propos recueillis par Béatrice Constans

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Fusions & Acquisitions 2021

Retrouvez notre dossier issu du guide-annuaire Fusions & Acquisitions 2021
Sommaire
B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travailler main dans la main"

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travail...

En tant que directeur financier d'Alcatel-Lucent Enterprise, Bernd Stangl est responsable des finances, de la fiscalité, de la comptabilité, de l'audi...

Dossier spécial : Le private equity de demain

Dossier spécial : Le private equity de demain

La rédaction de Décideurs Corporate Finance a sélectionné les étoiles montantes de l'univers du capital-investissement ainsi que la nouvelle génératio...

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Figure incontournable parmi les grands influenceurs économiques de la planète, Virginie Morgon se démarque autant par ses résultats probants à la tête...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

En entreprise, les impayés sont plutôt courants et il n’est pas toujours facile d’encaisser 100% de son chiffre d’affaires. Or, les retards de paiemen...

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

Avec 230 consultants, 25 associés et dix bureaux dans le monde, Advancy a réalisé, en 2021, 55% de croissance. Quelle est la recette de ce pure player...

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Pour les femmes, le secteur de la finance est plus inégalitaire que la moyenne française en termes de rémunération. Des inégalités particulièrement vi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message