J. André (La Mutuelle Générale) : "L’environnement de taux bas actuel nous pousse à chercher des primes de liquidité"

J. André (La Mutuelle Générale) : "L’environnement de taux bas actuel nous pousse à chercher des primes de liquidité"
Jérôme André, Aurore Le Barbier et Matthieu Esposito, La Mutuelle Générale

Dans un environnement marqué par les taux bas, La Mutuelle Générale revoit son allocation globale en privilégiant notamment les investissements alternatifs. Matthieu Esposito, directeur des investissements et de la trésorerie, Jérôme André et Aurore Le Barbier, responsables des investissements au sein de la structure, nous font part de leurs convictions.

Décideurs. Quelle est votre allocation globale ?

Jérôme André. Une des particularités de La Mutuelle Générale est son exposition significative à l’obligataire d’entreprise qui représente environ 50 % de l’allocation globale, tandis que l’obligataire souverain représente environ 10 % de notre allocation. Notre niveau de fonds propre nous a permis de prendre une exposition assez large sur le crédit et les actifs non cotés. Notre allocation est ainsi composée de produits de taux qui regroupent 9 % de dette privée et 3 % d’obligataire dynamique, auxquels s’ajoutent des actions pour 8 %, réparties entre 5 % de coté et 3 % de non coté (private equity), mais également des actifs réels pour 12 %, constitués d’immobilier et d’infrastructures. Le solde est constitué d’actifs stratégiques et de la trésorerie financière.

Matthieu Esposito. Nous faisons en sorte d’avoir peu de liquidités et nous couvrons nos engagements avec une bonne gestion actif-passif. L’allocation stratégique est en effet construite en tenant compte des problématiques ALM et l’intégration des critères de solvabilité constitue notre budget de risque. En fonction de ces paramètres, nous rendons notre allocation la plus efficiente possible avec un critère de rentabilité maximisé.

"Nous avons un comité d’investissement très réactif pour prendre des décisions éclairées rapidement"

De quelle manière vous positionnez-vous sur les marchés ?

J. A. Sur la partie de gestion ALM et la définition d’allocation stratégique, nous optimisons le rendement sous un certain nombre de contraintes: réglementaires, ALM, et liquidités essentiellement. De plus, nous avons développé cette année un modèle quantitatif d’optimisation qui nous permet de rendre notre allocation plus efficiente dans le temps et d’avoir un processus itératif pour suivre les évolutions de marché. La dimension tactique dans notre travail d’allocataire nécessite une certaine agilité; le fait d’être un institutionnel à taille humaine nous permet d’avoir cette vivacité afin de bénéficier au maximum des opportunités de marché qui se présentent.

M. E. Les mouvements de marché ont une amplitude de plus en plus importante. Pour se positionner correctement sur celui-ci, il est essentiel d’être réactif sur le court terme malgré une gestion sur le long terme. Dans notre gouvernance construite, nous avons un comité d’investissement très réactif pour prendre des décisions éclairées rapidement.

Quels sont vos engagements ISR ?

M. E. Nous avons des listes d’exclusion – tabac, charbon, jeux - et adoptons une approche best in class. En effet, La Mutuelle Générale suit les benchmarks en vue d’obtenir une note supérieure aux indices de référence. Un engagement maintenu au fil des années que nous améliorons autant que possible. De plus, nous suivons le périmètre de la notation extra-financière pour analyser au maximum notre portefeuille. Notre allocation stratégique est déterminée dans l’optique d’appliquer ces engagements.

"Nous restons attentifs aux éventuelles innovations qui peuvent apporter une efficience"

Quelle est votre politique en matière d’investissements alternatifs  ?

J. A. Les fonds propres étaient historiquement investis sur des obligations long terme mais l’environnement de taux bas actuel nous pousse à chercher des primes de liquidité. Pour ce faire, nous avons décidé de nous diriger vers la dette privée ou le capital-investissement et l’infrastructure qui nous offrent une prime de liquidité et de complexité. Contrairement à l’immobilier qui est ancré en France depuis longtemps, l’infrastructure est plus récente. Elle présente des rendements élevés pour des cash flows relativement stables. Cette classe d’actifs a de l’avenir.

Aurore Le Barbier. Les investissements alternatifs représentent une part grandissante d’année en année. En outre, dans une perspective de recherche de rendement, ils seront amenés à croître étant donné les faibles rendements sur l’obligataire. Nous avons commencé à investir dans l’infrastructure en 2019 sur des fonds "core" et cherchons également à augmenter cette classe d’actifs.

M. E. L’immobilier est un placement classique de l’alternatif, il s’apparentait auparavant à l’immobilier d’exploitation mais il tend aujourd’hui vers celui de placement. Nous avons alors choisi d’investir dans des fonds pour diversifier le risque et l’exposition géographique. Concernant les actifs réels, l’infrastructure bénéficie fortement des mégatendances en matière de digitalisation, transition énergétique ou vieillissement de la population, sur lesquelles nous nous positionnons.

"Il faut trouver un moyen de rentabiliser nos placements et de couvrir nos engagements"

Quelle est votre stratégie s’agissant de private equity et de private debt ?

J. A. Nous sommes arrivés sur le marché de la dette privée au milieu des années 2010. Après une phase d’apprentissage où nous avons commencé par des stratégies défensives dont la dette d’infrastructure senior. Plus récemment, nous avons investi sur des produits de niche comme le financement d’actifs ou de dettes subordonnées d’assurance. Nous restons prudents sur la dette d’acquisition bien qu’elle constitue la majorité du marché.

A. LB. Concernant le private equity, La Mutuelle Générale a démarré sur le marché français en 2004 par du capital-risque avant de se développer de manière géographique et stratégique. Nous avons augmenté notre exposition et privilégié les investissements secondaires qui permettent d’accroître les allocations d’actifs rapidement. De plus, nous avons cherché à nous diversifier à l’international en investissant dans des fonds globaux et en adoptant des stratégies distinctives pour réduire les frais de gestion.

M. E. Finalement, toutes les primes se compressent : la prime de liquidité se transforme en prime de complexité. Nous essayons de créer les outils pour comprendre cette complexité et nous positionner sur des actifs qui permettent notre diversification tout en recherchant un rendement attractif. Nous restons ainsi attentifs aux éventuelles innovations qui peuvent apporter une efficience. Force est de constater que, globalement, notre métier se complexifie d’année en année. L’environnement de taux tel qu’il est aujourd’hui complique le travail d’investissement et de placement pour les compagnies d’assurance. Il nous faut trouver un moyen de rentabiliser nos placements et couvrir nos engagements.

"Notre métier se complexifie d’année en année"

Comment voyez-vous la montée en puissance des crypto-monnaies et de la blockchain ?

M. E. De notre point de vue, les cryptomonnaies ne constituent pas une classe d’actifs à proprement parler mais nous avons mis en place des formations au sein de l’entreprise pour comprendre leurs enjeux. En l’état actuel des choses, nous considérons avant tout que la blockchain est une infrastructure avec de multiples applications dont les cryptomonnaies peuvent être une porte d’entrée.

A. LB. La blockchain, quant à elle, est une technologie qui a un avenir favorable dans de nombreux domaines. Elle apporte de nouvelles façons d’échanger entre les individus et les entreprises. Concernant les cryptomonnaies, il est difficile d’y investir dans notre métier car la volatilité est importante et elles relèvent encore de l’inconnu. En tant que mutuelle, nous avons un devoir élevé d’explication et d’information.

J. A. La difficulté de cette monnaie tient à deux aspects. D’abord purement technique, puisqu’il y a peu de fonds de cryptomonnaies diversifiés et surtout parce qu’elle n’a pas de valeur intrinsèque en soi, ne versant pas de dividendes ou d’intérêts qui permettent de l’évaluer comme un actif financier. C’est la demande des utilisateurs qui crée la valeur.

Propos recueillis par Juliette Woods

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Investisseurs institutionnels : les investissements alternatifs sous les feux de la rampe

La tendance est à la démocratisation des classes d’actifs alternatifs, et les institutionnels font la part belle à ces placements. Private equity, private debt ou encore immobilier sont au centre de toutes les attentions, et pour cause : un environnement de taux bas, additionné à un marché actions volatile venant se coupler à un gain d’intérêt sur les secteurs porteurs tels que la tech ou la santé sur le non coté semblent favoriser les comportements des portefeuilles de cette classe d’actifs vers une certaine résilience, comme ce fut le cas lors de la crise sanitaire. Outre l’aspect financier, ces fonds ont un fort potentiel sur les questions environnementales. Best in class ou stratégie d’exclusion font aujourd’hui partie intégrante de la gestion des experts, ce qui ouvre le champ des possibles aux projets de transition écologique et bas carbone. Décryptage des stratégies d’allocation des institutionnels français.
Sommaire M. Cohen (Groupama) : "Nous souhaitons développer l’infrastructure à moyen terme" E. Kerenflec'h (Carac) : " La classe d’actifs du non-coté a fait preuve d’une certaine résilience lors de la crise sanitaire " C. Cattoir (M comme Mutuelle) : "La dette privée a beaucoup d’intérêt" Nicole Musicco nommée CIO chez CalPERS
Un petit quiz avant l'été ?

Un petit quiz avant l'été ?

Le conseil de la rédaction pour des vacances sereines et reposantes ? Vérifier que l'actualité des six derniers mois est bien maîtrisée. À vous de jou...

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Le nouveau comité du label investissement socialement responsable (ISR), présidé par Michèle Pappalardo, travaille à sa modernisation. Les grandes lig...

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

La directive sur la protection des lanceurs d'alerte imposait comme date butoir de transposition par les États de l’Union européenne le 17 décembre 20...

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Jérôme Deroulez, associé fondateur du cabinet Deroulez Avocats, revient pour Décideurs Juridiques sur les thèmes qui devraient occuper les délégués à...

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Les six professionnels du cabinet Nosten Avocats ont rejoint en mai dernier le cabinet d’experts comptables GMBA, formalisant ainsi une collaboration...

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Incarner la diversité des juristes d’entreprise pour mieux répondre aux défis du métier. C’est l’objectif que l’Association française des juristes d’e...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message