ISR : ainsi fonds, fonds, fonds…

ISR : ainsi fonds, fonds, fonds…

© MEE KO DONG

Afin d’accélérer la transition écologique du secteur du bâtiment, le label ISR (pour Investissement socialement responsable) a été étendu aux fonds immobiliers en octobre 2020. Une manière pour les investisseurs de réaliser des placements à impact tout en bénéficiant de perspectives de performance intéressantes. Le succès est au rendez-vous : fin 2021, on comptait déjà 54 fonds labellisés. Décryptage d’un phénomène qui prend de l’ampleur.

Selon le rapport "Observatoire des pratiques de labellisation de fonds ISR en immobilier", publié en avril 2022 par l’Association française de sociétés de placement en immobilier (Aspim), l’Observatoire de l’immobilier durable (OID) et Novethic, 42 fonds ont été labellisés en 2021, portés par 28 sociétés de gestion. Au total, 24% du marché global des Fonds immobilier alternatifs (FIA) sont certifiés ISR fin 2021, soit quatre fois plus en un an. Une lame de fonds pleine de promesse pour Véronique Donnadieu, déléguée générale de l’Aspim : "Cette première année de labellisation ISR des fonds immobiliers se conclut par un bilan et des retours d’expérience très positifs. L’Aspim se réjouit du nombre croissant de labellisations qui se traduit par une appropriation des enjeux ESG à toutes les échelles des sociétés de gestion, et fédère les équipes en interne autour de l’ISR." Un succès qui devrait en faire un outil de référence au niveau européen et influencer les propositions qui alimenteront la déclinaison immobilière de l’écolabel européen.

Best-in-progress VS Best-in-class

La quasi-totalité des fonds – 98 % de la capitalisation – applique une approche best-in-progress, en se positionnant sur l’amélioration dans le temps des actifs par rapport à une note seuil ESG définie selon plusieurs critères. Seuls sept d’entre eux ont opté pour une approche best-in-class qui vise à maintenir la performance d’actifs dont la note est déjà au-dessus du seuil fixé. "Lorsque l’on sait que l’enjeu de la transition écologique réside principalement dans l’amélioration du parc existant, c’est donc une dynamique vertueuse", se félicitent les auteurs du rapport. En revanche les politiques d’exclusion, largement répandues dans les milieux financiers traditionnels, consistant à éviter certains types d’investissements sont encore relativement peu usitées. "Des approches spécifiques à l’immobilier comme l’exclusion d’actifs selon leur classe de DPE commencent toutefois à voir le jour", souligne l’étude.

Retours d’expérience

Les premiers retours d’expériences des fonds qui se sont lancés dès 2020 permettent déjà de livrer quelques enseignements et bonnes pratiques. La première consiste à ne pas trop multiplier les critères constituant les grilles d’évaluation ESG afin de pouvoir identifier facilement les axes d’amélioration de note et les expliquer aux parties prenantes. Par ailleurs, il apparaît d’allouer des ressources humaines dédiées, notamment pour les fonds engagés sur un portefeuille important d’actifs. Ainsi, pour la plupart des sociétés de gestion, la labellisation ISR a entraîné la création d’un ETP (Emploi Temps Plein) entièrement dédié à la mise en œuvre du plan d’action.

Par ailleurs, si les auteurs de l’étude saluent la montée en puissance de la labellisation ISR, sa réplicabilité, son potentiel d’outils de communication à impact, la mobilisation des acteurs, ou encore l’amélioration de la gouvernance des sociétés de gestion, ils mettent en évidence quelques axes d’amélioration. Et d’énumérer un manque de comparabilité entre les notes ESG des fonds, un cycle de labellisation de trois ans peu adapté à la temporalité de certains gros projets, ainsi qu’une fiabilité et une transparence des données encore trop limitées, et une trop grande place laissée à l’interprétation des auditeurs.

Un édifice encore en construction donc, mais dont la plupart des acteurs sont convaincus qu’il constituera demain, la maison commune de tous les fonds.

Antoine Morlighem

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Emmanuelle Wargon à la CRE, une nomination controversée

Emmanuelle Wargon à la CRE, une nomination controversée

Mercredi, les parlementaires se sont exprimés majoritairement contre l’arrivée d'Emmanuelle Wargon à la tête de la Commission de régulation de l'énerg...

Climatisation, jusqu'où baisser le thermostat ?

Climatisation, jusqu'où baisser le thermostat ?

La conséquence des fortes chaleurs sur les centres-villes des mégapoles aux quatre coins du globe est systématiquement la même : rappeler à chacun que...

Sobriété énergétique : Pedro Sánchez, Premier ministre espagnol, propose de quitter la cravate

Sobriété énergétique : Pedro Sánchez, Premier ministre espagnol, propose de quitter la cravate

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a exhorté pouvoirs publics et secteur privé à se libérer de leur cravate pour contribuer aux économies d’én...

Préservation du patrimoine : une tâche monumentale aux allures de chantier pharaonique

Préservation du patrimoine : une tâche monumentale aux allures de chantier pharaonique

Avec plus de 80 millions de touristes par an, la France est la première destination touristique mondiale. Au-delà d’une riche diversité de territoires...

Transition écologique : soutien public, abysse politique

Transition écologique : soutien public, abysse politique

Un sondage "OpinionWay – Square pour Les Echos et Radio Classique", explore le soutien des Français aux quelques mesures ou incantations environnement...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Urban Canopee : végétaliser la jungle urbaine

Urban Canopee : végétaliser la jungle urbaine

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la tech française. Aujourd’hui : Urban Can...

Bertrand Hoornaert devient directeur de l’Asset Management de Foncière Magellan

Bertrand Hoornaert devient directeur de l’Asset Management de Foncière Magellan

Désireuse de poursuivre la structuration de ses activités, Foncière Magellan annonce la nomination, effective le 30 juin, de Bertrand Hoornaert, 38 an...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message