Isabelle Kocher, chronique d'un échec programmé

Le sort de la patronne d'Engie a été scellé jeudi 6 février : Isabelle Kocher va quitter son poste de directrice générale. Retour sur 4 ans d'une aventure dès le début mal embarquée.

Le sort de la patronne d'Engie a été scellé jeudi 6 février : Isabelle Kocher va quitter son poste de directrice générale. Retour sur 4 ans d'une aventure dès le début mal embarquée.

Le feuilleton touche à sa fin et la tribune de soutien signée par 50 personnalités parmi lesquelles Anne Hidalgo, Cédric Villani ou encore Yannick Jadot et Clara Gaymard, point d'orgue d'une campagne médiatique qui dure depuis des semaines, n'y aura rien changé. Au contraire, ce tapage, peu bénéfique pour l'image business d'Engie, aura certainement contribué à sceller le sort d'Isabelle Kocher qui ne verra pas son mandat à la tête du géant français de l'énergie, qui court jusqu'en mai, renouvelé.

Pas d'état de grâce...

L'ancienne conseillère aux affaires industrielles du premier ministre Lionel Jospin avait été désignée pour prendre la tête d'Engie, en 2016, avec une feuille de route des plus ambitieuse : inscrire durablement l'ex-GDF Suez dans la transition énergétique. Mais il n'y eut aucune lune de miel : alors que la normalienne voulait les pleins pouvoirs pour opérer ce repositionnement stratégique, elle n'obtint que la direction générale du groupe, Gérard Mestrallet en conservant la présidence. S'en est suivie une guerre de tranchées où président et directrice générale se rendaient coups pour coups, cette dernière écartant méthodiquement et sans ménagement de nombreux lieutenants du premier cité, lui-même semblant peu enclin à abandonner le pouvoir à une dauphine qu'il avait pourtant choisie lui-même.

...Mais un État qui doute

Du côté de l'État, premier actionnaire d'Engie à hauteur de 23,6 %, le dossier est évidemment suivi de très près. Et alors que la nomination de la nouvelle direction générale avait vu des réticences émaner d'un certain Emmanuel Macron, alors ministre de l'Économie, c'est assez naturellement que deux ans plus tard, le nouveau locataire de l'Elysée refuse tout net (suivant l'avis du conseil d'administration d'Engie) de fusionner les fonctions de président et de direction générale. Isabelle Kocher se retrouve une nouvelle fois sous une tutelle qui sera cette fois-ci exercée par Jean-Pierre Clamadieu, sauveur de Rhodia puis dirigeant de Solvay, et que beaucoup jugent alors encore jeune (59 ans en 2018) pour se contenter d'un rôle non exécutif.

Un point de non retour

Si l'entente entre les deux têtes de la gouvernance d'Engie semble bien partir du bon pied, la relation se détériore très vite. Personne ne remet en cause la stratégie de l'agrégée de physique, mais on lui reproche en revanche d'être passée à côté de plusieurs opportunités stratégiques, notamment lorsque Direct Energie tombe dans le giron de Total, alors que des prises de positions qui auraient fortement agacé les administrateurs. La situation devenant intenable, Jean-Pierre Clamadieu a convoqué un conseil d'administration exceptionnel le 6 février afin de mettre fin au mandat d'Isabelle Kocher, après 18 ans passés dans l'entreprise, malgré des résultats boursiers positifs et salués mais toujours inférieurs aux autres énergéticiens du continent. Une décision prise « uniquement et exclusivement au regard des critères économiques » s'est défendu Bruno Le Maire. Outre la délicate symbolique de l'éviction de la seule femme dirigeante du CAC40 se pose maintenant l'épineuse question de sa succession, alors que les rumeurs de démantèlement du groupe vont bon train. Le pilotage opérationnel du groupe sera confié à un triumvirat composé de trois DGA : Paulo Almirante, directeur général des opérations, Judith Hartmann, directrice financière et Claire Waysand, secrétaire générale, cette dernière assurant le mandat de directeur général par intérim. 

Boris Beltran

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

M-C.Dalloz (Députée LR) : "Taxer l'immobilier n'est pas la meilleure option"

M-C.Dalloz (Députée LR) : "Taxer l'immobilier n'est pas la meilleure option"

Marie-Chistine Dalloz, députée LR du Jura et secrétaire de la commission des Finances revient sur la politique fiscale administrée par Emmanuel Macron...

Jean-Pierre Raffarin : leçon de mandarin

Jean-Pierre Raffarin : leçon de mandarin

À l’heure où le coronavirus a déjà fait près de 3 000 morts en Chine et où la peur de la pandémie semble sur le point de gagner l’ensemble de la planè...

Coronavirus, l’économie en danger ?

Coronavirus, l’économie en danger ?

Si la Chine lutte contre l’épidémie, elle s’efforce de limiter les dégâts économiques. Car c’est tout le système mondial qui est potentiellement touch...

Michael Bloomberg, l’atout démocrate ?

Michael Bloomberg, l’atout démocrate ?

Candidat tardif dans la course à l’investiture démocrate Michael Bloomberg a participé à son premier débat le 19 février à Las Vegas. Son objectif : u...

Suivez les municipales 2020

Suivez les municipales 2020

Interviews de maires sortants, de candidats, articles de décryptage... Décideurs Magazine se plonge dans les élections municipales.

Le paradoxe Anne Hidalgo

Le paradoxe Anne Hidalgo

Globalement impopulaire, la maire de Paris fait pourtant figure de favorite à sa réélection. Un caractère pugnace et une opposition morcelée y sont po...

M. Julienne (Ifri) : "Il y a eu un mois de flottement au sein du régime chinois"

M. Julienne (Ifri) : "Il y a eu un mois de flottement au sein du régime chinois"

La bureaucratie chinoise a tardé à prendre la mesure de l’épidémie de Coronavirus. Mais le pouvoir central a vite repris le contrôle, que ce soit pour...

E.Chalas (LREM) : "Malgré son potentiel, Grenoble décline"

E.Chalas (LREM) : "Malgré son potentiel, Grenoble décline"

La députée LREM de l’Isère souhaite succéder au Vert Éric Piolle à la tête de la capitale des Alpes. Lucide sur la perte d’attractivité de la ville, e...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message