Isabelle Falque-Pierrotin : « La Cnil se positionne comme un régulateur accompagnant l'innovation »

Dans le cadre de son dossier régulation consacré au secteur de la santé, Décideurs s'est intéressé au rôle de Cnil en matière de cybersanté. Sa présidente, Isabelle Falque-Pierrotin, nous éclaire sur les actions menées par la commission en la matière.

© Frédérique Plas

Dans le cadre de son dossier régulation consacré au secteur de la santé, Décideurs s'est intéressé au rôle de Cnil en matière de cybersanté. Sa présidente, Isabelle Falque-Pierrotin, nous éclaire sur les actions menées par la commission en la matière.

Décideurs Juridiques. La régulation des innovations du secteur de la santé fait-elle partie des priorités de la Cnil ?

Isabelle Falque-Pierrotin. Depuis de nombreuses années, la Cnil se positionne comme un régulateur accompagnant l’innovation. Son objectif est qu’un maximum d’acteurs comprennent les bénéfices opérationnels qu’ils peuvent tirer d’une exemplarité en matière de protection des données pour la réussite de leurs stratégies d’innovation. S’assurer de leur confiance est aujourd’hui la condition d’une innovation durable. La Cnil diffuse auprès des professionnels et acteurs innovants cette « culture de la donnée », au travers d’une stratégie en direction des start-up. Celles-ci sont à l’avant-garde des usages et elles brassent souvent de très nombreuses données, y compris les plus sensibles. Elles doivent pouvoir continuer à mettre en œuvre des solutions nouvelles tout en protégeant les données. Le secteur de la santé est l’un des plus innovants : l’analyse des données de santé suscite de plus en plus d’intérêt du fait des bénéfices collectifs à court ou moyen terme que notre société peut, collectivement, en tirer. C’est d’ailleurs l’un des axes majeurs identifié par le rapport de la mission du député Cédric Villani sur l’intelligence artificielle. Le rôle de la Cnil est donc d’accompagner l’ensemble des acteurs intéressés afin d’intégrer dans leurs projets les exigences liées à la protection des données. Nous travaillons ainsi tant avec les producteurs de données (les grands établissements hospitaliers qui mettent en œuvre des entrepôts de données par exemple) qu’avec ceux qui souhaitent les enrichir et les utiliser (les chercheurs publics ou privés, les start-up, etc.). Notre objectif commun est d’assurer un haut niveau de protection des données, garant d’une confiance indispensable pour les patients.

Avez-vous prévu des actions spécifiques pour 2019 ?

L’accompagnement est central pour la Cnil dans cette période post-RGPD. Ce cadre juridique nous offre de nouveaux outils que nous allons mobiliser (référentiels, codes de conduite, certification…) afin d’aider les professionnels à piloter leurs actions de conformité. Nous envisageons de publier nos premiers référentiels qui permettront de connaître en amont la doctrine de la Cnil sur un secteur déterminé. Dans le secteur de la santé, nous travaillons à encadrer et sécuriser le développement de la eSanté, comme la télémédecine. Nous allons également travailler dans le cadre des réflexions sur l’ouverture des données de santé prévue dans le projet de Health data Hub, à la recherche du point d’équilibre entre nécessaire mise à disposition des données de santé et risques de réidentification des patients. Pour les établissements de santé, nous sommes en contact avec les principales fédérations hospitalières pour instaurer un partenariat, destiné à sensibiliser le plus efficacement possible leurs membres aux nouvelles dispositions du RGPD.

Propos reccueillis par Marine Calvo


Retrouvez également l'interview de Thomas Dauthieu, directeur adjoint à la Cnil et le dossier complet sur le rôle des régulateurs dans les innovations du secteur de la santé.

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Données de santé : les régulateurs face aux défis de l'innovation

Le 28 novembre dernier, Le Monde attaquait en justice la Commission d’accès aux documents administratifs (Cada) afin d’obtenir judiciairement des dossiers que le quotidien considère « d’intérêt public » appartenant à LNE/G-MED, une entreprise qui contrôle les dispositifs médicaux. Pour justifier son refus de communiquer ces pièces, l’autorité administrative avait invoqué la nouvelle loi sur le secret des affaires. Ce manque de transparence est l’occasion de s’interroger sur le pouvoir des régulateurs et la portée de leur intervention. Après le secteur de la finance, (lire Décideurs ­Juridiques, octobre 2018, n°13, page 18), nous nous focalisons sur celui de la santé numérique, second volet de notre série consacrée au rôle des régulateurs dans l’innovation. Plongée dans les arcanes de l’hôpital du futur.
Sommaire Les frontières de la cybersanté Thomas Dautieu : « Le secteur de la santé est celui qui a désigné le plus grand nombre de DPO »
E. Leroy (Artcurial) : "Acheter Tintin ou Astérix, c’est comme acheter du Van Gogh ou du Picasso"

E. Leroy (Artcurial) : "Acheter Tintin ou Astérix, c’est comme acheter du Van Gogh ou du Picasso"

Avec son côté "madeleine de Proust", la bande dessinée attire de plus en plus de collectionneurs bien décidés à faire rimer plaisir avec investissemen...

MLCP Avocat, nouvelle enseigne spécialisée en fiscalité du patrimoine

MLCP Avocat, nouvelle enseigne spécialisée en fiscalité du patrimoine

Avec l’ambition de créer une nouvelle marque sur la place parisienne, Melissa Pun lance MLCP Avocat, un cabinet consacré à la fiscalité patrimoniale d...

Scalefast nomme son directeur juridique

Scalefast nomme son directeur juridique

Après plus de quinze années passées à la tête de la pratique propriété intellectuelle de Dentons à Paris, David Masson rejoint Scalefast en qualité de...

Nouveau référent déontologue pour l’Autorité de la concurrence

Nouveau référent déontologue pour l’Autorité de la concurrence

Magistrat de carrière, Ivan Luben est nommé référent déontologue de l’Autorité de la concurrence (ADLC). Il aura pour mission de conseiller les agents...

DWF accueille deux nouveaux associés

DWF accueille deux nouveaux associés

Nicole Coutrelis et Pierre-Nicolas Sanzey rejoignent le bureau parisien de cabinet DWF.

Nicolas Brooke devient directeur de l'éthique de Crédit agricole CIB

Nicolas Brooke devient directeur de l'éthique de Crédit agricole CIB

L’ancien directeur juridique du contentieux de la Société générale, Nicolas Brooke, quitte Signature Litigation pour retourner en banque, cette fois c...

Harvest et Quantalys se rapprochent

Harvest et Quantalys se rapprochent

L’expert tech de la gestion patrimoniale et financière, le groupe Harvest, annonce l’acquisition de l’un des leaders en Europe des données financières...

Memo Bank lève 13 millions d’euros

Memo Bank lève 13 millions d’euros

Memo Bank, première banque indépendante créée en France depuis cinquante ans, a clôturé sa troisième levée de fonds complémentaire auprès de Serena Ca...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte