Isabelle Delannoy : "L’intérêt du système financier est de financer des systèmes régénératifs "

Ingénieure agronome, Isabelle Delannoy est l’initiatrice du concept d’économie symbiotique, un modèle écologique de rupture qui sort de la confidentialité. Publié en 2017, son ouvrage présentant sa recherche vient d’être classé par les éditeurs meilleure vente de la catégorie économie. Rencontre.

Ingénieure agronome, Isabelle Delannoy est l’initiatrice du concept d’économie symbiotique, un modèle écologique de rupture qui sort de la confidentialité. Publié en 2017, son ouvrage présentant sa recherche vient d’être classé par les éditeurs meilleure vente de la catégorie économie. Rencontre.

Décideurs. Comment en êtes-vous arrivée à théoriser un nouveau modèle économique ? En quoi, celui-ci est-il différent des autres ? 

Cela a été une découverte et une recherche scientifique autonome. Des solutions émergent dans le monde entier et offrent des réponses aux crises écologiques, économiques et sociales qui nous secouent. Je me suis rendu compte que sous la diversité des termes, elles procèdent d’une même logique. Elles émanent de citoyens, d’entreprises, de collectivités. Mais nulle part, je ne les ai vues toutes assemblées entre elles. L’économie symbiotique a ce projet. Elle intègre l’économie collaborative, l’économie des biens communs, l’économie circulaire et les productions écologiques. Elle s’attache à valoriser les synergies qui se développent et qui, reliées, deviennent alors super efficientes par leur complémentarité. 

"Comment envisager la technologie au service non plus d’un dogme qui prône le plus haut, plus fort, plus vite mais au service du lien entre l’humain et le reste du vivant ?"

Avez-vous des exemples ? 

En pleine déprise économique, la ville de Portland a mis en place une politique environnementale extrêmement pertinente en 1970 puis en 1990. Le territoire a été entièrement renaturé et le risque d’inondation a été pris en charge avec la création des jardins de pluie. Les infrastructures ont été repensées, en supprimant l’autoroute et en permettant aux habitants d’avoir accès en quinze minutes aux transports, aux commerces et aux services. Tout cela, avec une démocratie participative active. Aujourd’hui, la ville a augmenté sa population de 60 %, diminué ses émissions de gaz à effet de serre de 23 % et économiquement, il existe un dynamisme entrepreneurial évident. Une marque « made in Portland » s’est développée. 7 000 entreprises ont été créées rien que l’an dernier. C’est vraiment l’exigence de penser et d’organiser l’alliance entre les infrastructures, les écosystèmes vivants et l’économie qui a permis de régénérer la ville. Plus proche de nous, la bioraffinerie de Bazancourt-Pomacle, située à quelques kilomètres de la ville de Reims, parvient à valoriser 100 % de sa biomasse. Toutefois, l’étape ultime pour cette raffinerie sera de faire passer les agriculteurs qui la fournissent à l’agroécologie et à l’agroforesterie.  

Quels freins ou confusions empêchent le développement de cette approche ? 

Que signifie vraiment faire partie d’un écosystème et créer des terreaux de confiance entre les différents acteurs qui y vivent pour qu’ils travaillent ensemble ? Comment voir dans un écosystème végétal à la fois une source de bien-être, de contemplation régénératrice et une usine à filtrer les eaux, absorber du carbone, dépolluer l’air, produire des molécules, des matériaux de la nourriture et du bien-être social ? Comment envisager la technologie au service non plus d’un dogme qui prône le « plus haut, plus fort, plus vite » mais au service du lien entre l’humain et le reste du vivant ? Le basculement de pensée est en cours. La plupart des personnes le voient. Ce sont les structures des organisations qui ne sont plus adaptées et qui freinent : réglementations, marchés, administrations, organisations en silo… Aujourd’hui, il faut massivement accompagner et transmettre cette nouvelle logique dans l’entreprise et les territoires. 

Un groupe de chercheurs de l’Institute for Public Policy Research (IPPR) au Royaume-Uni vient de publier une étude démontrant que la crise climatique actuelle pourrait provoquer un effondrement du système financier. Quelle est votre vision ?
  

La finance est dans un étau qui l’oblige à prendre un virage rapide et inédit. Les banques classiques sont menacées par la puissance des réseaux. Que se passera-t-il quand les réseaux sociaux offriront des services bancaires ? Elle est aussi confrontée plus que jamais à la résilience des actifs. Pensez que la durée d'amortissement d’un bâtiment est de vingt à trente ans. Sa valeur ne dépend pas que de ses murs, mais de la qualité de son environnement social, économique, écologique. Pour une infrastructure, c’est cent ans. Les industries, massivement situées au bord des mers et des fleuves, sont exposées à la montée du niveau de la mer, la baisse du débit des fleuves et à l’intensification des tempêtes. Tout l'intérêt du système financier est aujourd'hui de retrouver une proximité avec les acteurs économiques de terrain et de financer des systèmes régénératifs.

Propos recueillis par Laetitia Sellam

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Priorité 2019 du directeur financier : optimisation des processus (4/6)

Priorité 2019 du directeur financier : optimisation des processus (4/6)

À l’issue de l’étude de PwC « Priorité 2019 du directeur financier », nous vous proposons chaque semaine un retour sur l’un des six sujets qui cristal...

Philippe Rey (UMR) : "La croissance mondiale est entrée dans une phase de ralentissement"

Philippe Rey (UMR) : "La croissance mondiale est entrée dans une phase de ralentissement"

Créée en 2002, L'Union Mutualiste Retraite (UMR) est une union de mutuelles spécialisées dans l'épargne retraite. Elle gère près de 9,1 milliards d’eu...

Amazon mène la "série G" de Deliveroo à 575 millions de dollars

Amazon mène la "série G" de Deliveroo à 575 millions de dollars

Avec ce nouveau tour de table, l’entreprise de livraison de repas, a levé au total 1,53 milliard de dollars.

TransferWise, la fintech qui valait 3,5 milliards de dollars

TransferWise, la fintech qui valait 3,5 milliards de dollars

Les cofondateurs de TransferWise ainsi que certains investisseurs historiques cèdent une partie de leurs titres sur la base d’une valorisation qui att...

P. Cénac (C&C Notaires) : "Céder les rênes de son entreprise n’est pas qu’une affaire de fiscalité"

P. Cénac (C&C Notaires) : "Céder les rênes de son entreprise n’est pas qu’une affaire de fiscalité"

Adepte de l’interprofessionnalité, Pierre Cénac est un véritable spécialiste de la transmission d’entreprise. Il nous fait part de son expérience sur...

Alix Bolle (Energy Cities) :  "L’énergie est bien plus qu’une marchandise"

Alix Bolle (Energy Cities) : "L’énergie est bien plus qu’une marchandise"

Créée en 1990, l'association Energy Cities déploie ses actions dans plus de mille villes de trente pays européens par le transfert de savoir-faire et...

Bercy durcit le ton contre les mauvais payeurs

Bercy durcit le ton contre les mauvais payeurs

Épinglés pour retards de paiement, trois groupes se sont vus infliger des amendes supérieures à 500 000 euros. Une première en France depuis l’entrée...

Pierre-François Thaler (EcoVadis) : "Nous sommes sur un marché de niche à forte croissance"

Pierre-François Thaler (EcoVadis) : "Nous sommes sur un marché de niche à forte croissance"

EcoVadis ancre la RSE dans l’ADN des entreprises. Un concept rentable et écologique qui permet un développement rapide sur tous les continents. Rencon...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message