Isabelle Cabie (Candriam) : « La gouvernance est un indicateur précurseur qu'une entreprise va pouvoir gérer des défis ESG »

Directrice du développement durable de Candriam, Isabelle Cabie a pour mission de promouvoir l'investissement socialement responsable (ISR) au sein de la société de gestion, ainsi qu'auprès des entreprises et des pouvoirs publics. Elle revient sur sa vision du marché.

© DR

Directrice du développement durable de Candriam, Isabelle Cabie a pour mission de promouvoir l'investissement socialement responsable (ISR) au sein de la société de gestion, ainsi qu'auprès des entreprises et des pouvoirs publics. Elle revient sur sa vision du marché.

Décideurs. Quelle est votre position concernant les différents labels ISR ?

Isabelle Cabie. Il en existe un certain nombre mais tous ont le même objectif : être une référence pour le marché et offrir une crédibilité aux fonds qui en bénéficient. Il s'agit pour nous d'une certification destinée à l'investisseur particulier, les institutionnels étant plus équipés en interne pour faire leurs propres recherches. Nous voyons un vrai intérêt dans ces labels qui permettent d'éviter le « green washing » (« l’éco-blanchiment ») en exigeant une véritable démarche responsable. Ce qui complique les choses est la multiplicité des labels. Pour des acteurs européens comme Candriam, cela demande la mobilisation de ressources humaines et financières importantes. Un label européen permettrait bien entendu d'unifier ces labels et de nous faciliter la tâche. Pour le moment, nos choix sont guidés par la pertinence du label sur chacun des marchés que nous couvrons, mais aussi sur les critères qu'il met en avant. En France, cinq de nos fonds sont labellisés ISR, du label gouvernemental : un fonds haut rendement, un fonds Euro corporate bonds et trois compartiments actions – monde, Asie-Pacifique et Amérique du Nord. 

Quelle est l'approche ISR de Candriam ?

Depuis 2008, Candriam dispose d'une équipe d'analystes interne dédiée à l'ESG (environnement, social, gouvernance). Leur rôle est de définir, pour chaque secteur d'activité, quels sont les critères ESG les plus importants, sachant que les seuls secteurs que nous n’investissons pas sont l'aéronautique et la défense. Notre objectif est ainsi d'analyser l'ensemble de la chaîne de valeur pour chaque entreprise à travers ce prisme ESG. Cette analyse pèse pour 50 % dans l’évaluation globale et la gouvernance y a une place de choix car elle pèse pour 20 % de cette analyse. Pour nous, il s'agit souvent d'un indicateur précurseur qu'une entreprise va pouvoir gérer des défis ESG. Le « business model » de l'entreprise, et l'exposition de celle-ci à six défis majeurs – le changement climatique, l'exploitation des ressources naturelles, la démographie, les pays émergents, la technologie et la santé – pèsent pour 50 %. Une fois cette analyse effectuée, nous choisissons la moitié des entreprises les mieux notées dans chaque secteur, l'échantillon de départ étant notre indice de référence.

 

La gouvernance est importante pour vous. Que mesurez-vous exactement ?

Nous souhaitons voir un certain nombre de critères : l'indépendance du conseil d'administration, la séparation des rôles de président et de directeur général, l'orientation stratégique, l'indépendance des comités d'audit et de rémunération... Le suivi est également important. L’historique du management en place et la manière dont ils conduisent l'entreprise est crucial. La gouvernance est pour nous le critère le plus facile à prendre en compte. Même dans nos fonds non orientés ISR, les gérants prennent en compte ce facteur.

Comment organisez-vous le suivi de vos portefeuilles ISR ?

Nous procédons à des révisions sectorielles tous les trois ans environ. Entre deux révisions, nos analystes suivent au jour le jour les secteurs dans lesquels nous sommes investis afin de procéder, si nécessaire à des arbitrages. Cela peut être nécessaire par exemple à la suite d’une opération de fusion-acquisition qui fait qu'une entreprise éligible ne l'est plus. Globalement toutefois, la sélection est plutôt stable dans le temps : nous enregistrons entre 20 et 30 % de turnover.

Quelles sont vos perspectives sur les aspects d'investissement responsable ?

Concernant notre engagement pour promouvoir l’ESG, nous avons lancé une académie ISR qui a pour objectif de former les conseillers en investissement qui sont en contact direct avec les investisseurs. Nous avons par ailleurs créé un institut dans lequel sont logées 10 % des commissions de gestion de nos fonds ISR, afin de promouvoir ce thème de manière plus institutionnelle dans la recherche et des projets associés. Cela se matérialisera de manière plus concrète en 2019. Nous sommes également de plus en plus actifs dans le dialogue collectif et allons continuer à l'être. Nous signons énormément d'initiatives de collaboration avec d'autres investisseurs afin de demander aux entreprises de s'orienter vers des pratiques plus durables. Aujourd’hui, le parent pauvre de l'ESG est pour moi le social. Il s'agit du plus difficile à aborder en termes de données mais aussi de dialogue avec les entreprises.

Propos recueillis par Camille Prigent

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Gestion d'actifs 2019

La rédaction de Décideurs Magazine a sélectionné les leaders du secteur de la gestion d'actifs. Retrouvez les interviews de ceux qui font le marché ainsi que nos classements exclusifs.
Sommaire C. Kolb (Sycomore AM) : Zoom sur une démarche d’investisseur responsable Jorik Van Den Bos (Kempen Capital Management) : « Notre politique consiste à investir dans des entreprises ayant un rendement su Sébastien Barbe (Arkéa IS) : « Il est nécessaire d’adopter une posture plus pédagogique vis-à-vis de la sphère retail » Ph. Sarica (SF2) : « La gestion active reste une source de performance importante. » Jean-François Boulier (AF2i) : « Une tendance se précise vis-à-vis des asset managers » Olivier Roumélian (Artésia) « La profession des CGP devra connaître une évolution dans son organisation » Frédérick Lacroix (Clifford Chance) « On devrait assister à une consolidation du marché européen » Christophe Frespuech (OFI AM) : « Le groupe s’est engagé pour soutenir une finance responsable » G. Dard (Monpensier Finance) : « La collégialité est une vertu importante pour obtenir de bonnes performances »
Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Réforme de la fiscalité internationale : réelle révolution ou pavé dans la mare ?

Réforme de la fiscalité internationale : réelle révolution ou pavé dans la mare ?

S’il est un sujet qui aura fait couler beaucoup d’encre depuis le début de l’année 2021, c’est bien celui de la réforme de la fiscalité internationale...

Nicolas Julia (Sorare) : "Notre vision est de construire un champion mondial de l’entertainment sportif"

Nicolas Julia (Sorare) : "Notre vision est de construire un champion mondial de l’entertainment spor...

La start-up Sorare, qui développe un jeu de fantasy football permettant de collectionner des cartes numériques de football sous forme de jetons non fo...

Le mid-cap européen se réunit à Paris

Le mid-cap européen se réunit à Paris

Dans le cadre de la 21e édition du forum indépendant "European Midcap Event" qui se tiendra à Paris les 21 et 22 octobre prochains, près de 200 entrep...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

30 milliards d’euros pour la France de 2030

30 milliards d’euros pour la France de 2030

Mardi 12 octobre, Emmanuel Macron présentait un programme de dix objectifs pour garantir à la France une croissance pérenne et gagner en souveraineté....

O. Lenel (Mazars En France) : "81 % des Français estiment que les entreprises ont le pouvoir de changer les choses"

O. Lenel (Mazars En France) : "81 % des Français estiment que les entreprises ont le pouvoir de chan...

Mazars en France a donné la parole à 2 143 Français concernant leurs attentes vis-à-vis des entreprises en 2021, dans un contexte de sortie de crise....

Thomas Strüngmann, son investissement dans BioNTech l'a rendu milliardaire

Thomas Strüngmann, son investissement dans BioNTech l'a rendu milliardaire

Investir dans BioNTech avant la pandémie rapporte gros. Ce n'est pas Thomas Strüngmann qui dira le contraire. Le vaccin anti-covid développé par la fi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte