Infineon ouvre l'une des plus grandes usines d'Europe

Voitures électriques, trains, éoliennes sont en demande de puces. Les investissements du groupe bavarois devraient rassasier les plus gourmands. Pour l’instant…

Voitures électriques, trains, éoliennes sont en demande de puces. Les investissements du groupe bavarois devraient rassasier les plus gourmands. Pour l’instant…

Cordon coupé ! Le 17 septembre à Villach, petite ville autrichienne située à quelques encablures de la Slovénie, le chancelier Sebastian Kurz et le commissaire européen Thierry Breton ont inauguré une usine. L’heureux propriétaire de ce site de 60 000 mètres carrés à la manutention automatisée et au coût de plus d’un milliard d’euros ? Infineon, une société peu connue du grand public.

Niché dans la banlieue de Munich, le groupe créé en 1999 est pourtant le leader mondial des composants pour cartes à puce. Un produit de niche très demandé par l’industrie automobile mais aussi par le secteur ferroviaire, les télécoms ou les énergies vertes. Croissance verte oblige, la société est en phase de développement accéléré. "Le moment choisi pour créer de nouvelles capacités en Europe ne pourrait être meilleur compte tenu de la demande mondiale croissante de semi-conducteurs de puissance", explique d’ailleurs le groupe.

L’investissement s’inscrit dans une stratégie de développement visant à générer une hausse moyenne du chiffre d’affaires de 9% à long terme. Une vision ambitieuse qui pousse le fabricant à réfléchir à l’implantation d’un nouveau site à Villach, à Dresde (implantation historique) ou en Malaisie. "Le projet sera lancé dès que les perspectives de marché le justifient", promet Reinhard Ploss, PDG depuis 2012.

Pour se développer davantage, Infineon pourrait jouer la carte de la croisance externe. Le patron a montré qu’il ne rechignait pas de mettre la main au portefeuille. Il a notamment mis 3 milliards de dollars sur la table pour acquérir son concurrent Rectifier en 2014 et dépensé 10 milliards pour faire main basse sur Cypress Semiconductor en 2019.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Jorge Moll Filho : l’hôpital mais pas la charité

Jorge Moll Filho : l’hôpital mais pas la charité

Des services publics déficients et une classe moyenne supérieure nombreuse. Le Brésil présente la configuration idéale pour se lancer dans la santé pr...

Le data protection officer : l’art de savoir négocier

Le data protection officer : l’art de savoir négocier

Associé fondateur du cabinet Deroulez Avocats, Jérôme Deroulez se consacre aux problématiques de protection des données personnelles en France et en E...

D. Fleury (MACIF) : "La crise a accéléré notre transformation digitale"

D. Fleury (MACIF) : "La crise a accéléré notre transformation digitale"

Didier Fleury accompagne depuis deux ans la transformation numérique de la Macif, société d’assurance mutuelle française.  Un défi de taille pour cett...

RGPD : Adequacy bénéficie d’une levée de fonds de 1,2 million d’euros

RGPD : Adequacy bénéficie d’une levée de fonds de 1,2 million d’euros

Infhotep réalise une importante augmentation de capital pour le secteur de la legaltech, dont la finalité est de permettre à sa solution de mise en co...

La plateforme d’IA Bloom signe un partenariat avec Dassault Systèmes

La plateforme d’IA Bloom signe un partenariat avec Dassault Systèmes

Bloom poursuit son développement en réalisant une nouvelle levée de fonds de 11 millions d’euros et scelle un partenariat stratégique avec Dassault Sy...

Quels espoirs de traitements contre la Covid-19 ?

Quels espoirs de traitements contre la Covid-19 ?

Alors que la campagne de vaccination bat son plein, l’arsenal thérapeutique reste limité contre la Covid-19. Si aucun traitement n’a encore été valid...

30 milliards d’euros pour la France de 2030

30 milliards d’euros pour la France de 2030

Mardi 12 octobre, Emmanuel Macron présentait un programme de dix objectifs pour garantir à la France une croissance pérenne et gagner en souveraineté....

A. Guehennec (Saur) : "La cybersécurité, c’est un peu le jeu du gendarme et du voleur !"

A. Guehennec (Saur) : "La cybersécurité, c’est un peu le jeu du gendarme et du voleur !"

Comment le digital peut-il répondre aux enjeux climatiques et, par exemple, participer à la protection de l’eau ? C’est le pari ambitieux du projet me...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte