IKKS : la marque de vêtements reprise par ses créanciers

Au terme d’un debt to equity swap partiel, un pool de trois fonds américains devrait prendre le contrôle du réseau de magasins en difficulté. LBO France et ses co-actionnaires seraient alors évincés.

Au terme d’un debt to equity swap partiel, un pool de trois fonds américains devrait prendre le contrôle du réseau de magasins en difficulté. LBO France et ses co-actionnaires seraient alors évincés.

Une lumière au bout du tunnel emprunté par IKKS, le groupe français de prêt-à-porter dans le luxe « accessible », qui aurait trouvé un accord avec une bonne partie de ses créanciers pour qu’ils délaissent leur dette au profit d’une prise de contrôle pure et dure. Le « standstill agreement » arrivant à échéance fin octobre, c’était moins une. Dans les détails, l’accord prévoit la réalisation d’un debt to equity swap partiel au profit d’un pool de trois fonds américains (Avenue Capital, CarVal Investors et Marathon Asset Management), ceux-ci représentant 42 % des 320 millions d’euros d’obligations high yield émises par IKKS. Ainsi, la dette obligataire d’origine serait réduite de 140 millions d’euros et le trio s’attribuerait une part majoritaire du capital. Cela signifie aussi que les actionnaires du LBO de 2015 seraient évincés, à commencer par la société d’investissement LBO France (59 %), puis le fondateur Roger Zannier (29 %), le co-investisseur The Silverfern Group (8 %) et le management (4 %). En cas d’amélioration de la situation financière d’IKKS – la société a brisé plusieurs covenants et son Ebitda n’a atteint que 35,4 millions d’euros en 2018 contre 60 millions prévus initialement – les anciens propriétaires bénéficieraient cependant d’une clause d’earn-out limitée à 25 % des produits de cession. Par ailleurs, il est prévu que 70 millions d’euros de dette senior soient levés afin de financer les BFR de l’entreprise et rembourser 40 millions d’euros de crédit revolving. Pour revenir dans les clous de son plan stratégique de croissance, IKKS compte fermer une quarantaine de boutiques peu rentables et faire passer la part de ses ventes online de 8,7 % à 12 %. Il s’agira également d’accélérer l’implantation de sa marque en Chine, notamment grâce au partenariat noué avec l’acteur local Fung Kids. Le groupe vise 394 millions d’euros de revenus et 57,8 millions d’Ebitda en 2021.           

 

FS

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Franchise Expo s’installe à Versailles

Franchise Expo s’installe à Versailles

Le Salon Franchise Expo se tient du 17 au 20 mars 2019 porte de Versailles. L’occasion pour les investisseurs, créateurs d’entreprises et commerçants...

Sophie Henry (CMAP) : « Veiller à ce que la médiation ne soit pas victime de son succès »

Sophie Henry (CMAP) : « Veiller à ce que la médiation ne soit pas victime de son succès »

Ancienne avocate au barreau de Paris et spécialiste du règlement des litiges pour les entreprises, Sophie Henry est déléguée générale du CMAP depuis 2...

Le M&A tire les performances de Lazard

Le M&A tire les performances de Lazard

Malgré une année difficile sur les marchés de la gestion d’actifs, la banque d’affaires garde le sourire grâce aux opérations de fusions-acquisitions....

Simon Larger (Région Île-de-France) : « L’autonomie  des universités doit s'inscrire dans une approche économique globale »

Simon Larger (Région Île-de-France) : « L’autonomie des universités doit s'inscrire dans une approc...

Plusieurs universités françaises ont enclenché la dévolution de leur patrimoine immobilier, comme le prévoit la LRU. Successivement consultant « finan...

Télévision : M6 rachète le pôle TV de Lagardère

Télévision : M6 rachète le pôle TV de Lagardère

Le groupe audiovisuel renforce son offre destinée à la jeunesse alors que Lagardère continue de réduire son exposition aux médias.

Valtus et Atreus acquièrent Alium Partners

Valtus et Atreus acquièrent Alium Partners

Une acquisition à parité qui renforce les synergies au sein du groupe Globalise.

CPR AM : La croissance allemande navigue en eaux troubles

CPR AM : La croissance allemande navigue en eaux troubles

Les récents événements climatiques n’ont pas fait fondre que les glaciers de l'Antarctique. Les mauvais chiffres de la croissance allemande au second...

Barclays et Rothschild pris dans l’imbroglio Covéa-Scor

Barclays et Rothschild pris dans l’imbroglio Covéa-Scor

Dans la cadre du projet d’OPA, les deux banques d’affaires sont attaquées au civil par la Scor. Et c’est une autre banque, Credit Suisse, qui a alimen...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message