IFRS 16 : la route complexe de la simplification

Cinq mois après l’entrée en vigueur de l’IFRS 16, les entreprises dressent les premiers bilans de la nouvelle norme comptable qui concerne les contrats de location.

Cinq mois après l’entrée en vigueur de l’IFRS 16, les entreprises dressent les premiers bilans de la nouvelle norme comptable qui concerne les contrats de location.

Depuis le 1er janvier 2019, les entreprises intègrent dans leur bilan les biens liés à des contrats de location simple. L’IFRS 16 ne distingue plus les contrats de location financement des contrats de location simple. La nouvelle norme comptable a été élaborée non sans mal par l’International Accounting Standards Board (IASB). Durant six ans le normalisateurs a dû faire face à des débats intensifs qui se sont finalement soldés par l’annonce, en 2016, du remplacement de l’IAS 17 par l’IFRS 16. L’objectif ? Clarifier la frontière poreuse entre les différents contrats de location, une frontière qui était sujette à des manipulations comptable. Ainsi, durant trois ans, les entreprises se sont préparées à ce changement comptables. Principe comptable oblige, l’inscription des biens loués à l’actif entraîne l’enregistrement d’une dette correspondante à la valeur actuelle des paiements futurs au passif. Par ailleurs, le compte de résultat des sociétés est aussi affecté par l’apparition de charges d’amortissement des actifs loués mais aussi par l’introduction des charges d’intérêts liés aux locations.

De l’écriture comptable à la réalité

Par essence, cette simplification de l’écriture comptable n’a pas d’incidence sur l’activité de l’entreprise. Elle n’influence ni l’arbitrage entre les contrats de location financement et les contrats de location simple ni sur variation des flux de trésorerie. Cependant, ce changement d’écriture implique nécessairement un changement référentiel. En témoignent les indicateurs comme l’Ebitda, le résultat opérationnel ou la dette financière qui sont inévitablement impactés par l’IFRS 16. Ces indicateurs de performance sont des informations parfois essentielles pour les agents extérieurs qui interagissent avec l’entreprise. Ainsi, dans les opération de fusions-acquisitions, le changement de la structure post IFRS 16 du ratio entre la dette et les charges locatives (désormais annulées) peut conduire les acheteurs à donner un multiple d’Ebitda supérieur au multiple du ratio précédent. Concrètement, l’acquisition risque d’être surpayée. En ce qui concerne les prêts bancaires, la correction des ratios contenant l’Ebitda joue sur la détermination du taux d’intérêt. Ainsi, une augmentation de l’Ebitda peut conduire à un tarissement des taux d’intérêt. D’autre part, le gonflement de la dette est susceptible d’entraîner la rupture de clauses de sauvegarde prédéfinies avec la banque au moment d’un contrat de prêt. En même temps qu’elles appliquent la nouvelle règle, la plupart des entreprises conservent encore les anciennes méthodes de calcul afin d’assurer la meilleure transition possible. Cet aspect hybride de la comptabilité a donc permis aux entreprises d’être à jour aux yeux de la loi mais tout en clarifiant le champ de vision des analystes, des agences de notation et des actionnaires qui se fondent sur les anciennes bases de calcul. Ce changement a demandé un travail colossal, selon l’IASB, l’entrée en vigueur de l’IFRS 16 a nécessité le retraitement  de 2 800 milliards de dollars de contrats de location sur les bilans.

SA

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

E.Stofer (CRPN) : "La qualité de la croissance dépend du commerce mondial"

E.Stofer (CRPN) : "La qualité de la croissance dépend du commerce mondial"

Le directeur de la Caisse de retraite complémentaire du personnel navigant professionnel de l’aéronautique civile, Étienne Stofer, s’exprime sur la co...

Hélène Bourbouloux : la référence

Hélène Bourbouloux : la référence

Rallye, la maison mère de Casino a été placée en sauvegarde. Deux administrateurs ont été nommés. Dont Hélène Bourbouloux. Portrait de l’administratri...

Priorité 2019 du directeur financier : optimisation des processus (4/6)

Priorité 2019 du directeur financier : optimisation des processus (4/6)

À l’issue de l’étude de PwC « Priorité 2019 du directeur financier », nous vous proposons chaque semaine un retour sur l’un des six sujets qui cristal...

Philippe Rey (UMR) : "La croissance mondiale est entrée dans une phase de ralentissement"

Philippe Rey (UMR) : "La croissance mondiale est entrée dans une phase de ralentissement"

Créée en 2002, L'Union Mutualiste Retraite (UMR) est une union de mutuelles spécialisées dans l'épargne retraite. Elle gère près de 9,1 milliards d’eu...

Amazon mène la "série G" de Deliveroo à 575 millions de dollars

Amazon mène la "série G" de Deliveroo à 575 millions de dollars

Avec ce nouveau tour de table, l’entreprise de livraison de repas, a levé au total 1,53 milliard de dollars.

TransferWise, la fintech qui valait 3,5 milliards de dollars

TransferWise, la fintech qui valait 3,5 milliards de dollars

Les cofondateurs de TransferWise ainsi que certains investisseurs historiques cèdent une partie de leurs titres sur la base d’une valorisation qui att...

P. Cénac (C&C Notaires) : "Céder les rênes de son entreprise n’est pas qu’une affaire de fiscalité"

P. Cénac (C&C Notaires) : "Céder les rênes de son entreprise n’est pas qu’une affaire de fiscalité"

Adepte de l’interprofessionnalité, Pierre Cénac est un véritable spécialiste de la transmission d’entreprise. Il nous fait part de son expérience sur...

Alix Bolle (Energy Cities) :  "L’énergie est bien plus qu’une marchandise"

Alix Bolle (Energy Cities) : "L’énergie est bien plus qu’une marchandise"

Créée en 1990, l'association Energy Cities déploie ses actions dans plus de mille villes de trente pays européens par le transfert de savoir-faire et...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message