IBanFirst lève 21 millions d’euros

La société spécialisée dans le paiement B2B à l’international, iBanfirst, boucle une série C de 21 millions d’euros et accueille Bpifrance et Elaia à son capital. Une levée de fonds essentielle au financement de l’hypercroissance de ce fleuron de la Fintech française.

La société spécialisée dans le paiement B2B à l’international, iBanfirst, boucle une série C de 21 millions d’euros et accueille Bpifrance et Elaia à son capital. Une levée de fonds essentielle au financement de l’hypercroissance de ce fleuron de la Fintech française.

IBanFirst a conçu sa solution de paiement à l’international en concurrence directe avec les banques traditionnelles. Elle propose des moyens de payer et d’être payé en devises, en une seule opération, tout en se prémunissant du risque de change. Et ce, en prélevant des commissions sur les transactions effectuées sur sa plateforme, à des taux trois fois moins élevés que ceux pratiqués par les banques, selon la start-up. Le succès est au rendez-vous. En mars 2020, le chiffre d’affaires de la start-up avait ainsi augmenté de 217 % en un an. Une croissance qui s’explique également par l’acquisition de deux de ses concurrents, le néerlandais NBWM et l’allemand Forexfix, confortant ainsi son assise en Europe.

Une hypercroissance à financer

La start-up vient de boucler une levée de fonds, en série C, de 21 millions d’euros auprès d’Elaia et de BPI France, via son fonds Large Venture. Avec 7 millions d’euros chacun, les deux fonds rejoignent les investisseurs historiques d’iBanFirst, à savoir Xavier Niel, depuis 2016, et les deux capital-risqueurs entrés en 2018 au capital de la start-up, Serena et Breega, qui complètent cette dernière levée. Une opération facilitée par le contexte actuel. Damien Launoy, du fonds Large Venture de Bpifrance, est persuadé que les PME et ETI auront besoin des services d’iBanFirst, "en particulier dans cette période complexe et dans les mois qui viennent, où elles devront reprendre ou accélérer leurs échanges commerciaux avec un maximum de confort et de flexibilité."

Ce tour de table porte à 46 millions d’euros le financement total d’iBanFirst, depuis sa création en 2013. "C’est une étape décisive pour atteindre notre pleine maturité et poursuivre notre ambition de devenir la plateforme de référence pour les services financiers multidevises des entreprises. Nous élargirons ainsi notre offre à destination des PME et des ETI, en mettant plus que jamais la technologie au service de l’expérience utilisateur.", se réjouit Pierre-Antoine Dusoulier, CEO et fondateur d’iBanFirst.

Les projets d’iBanFirst pour cette levée

La start-up s’attend à voir ses effectifs passer de 180 collaborateurs aujourd'hui à 300 d’ici la fin de l’année. IBanFirst table même sur un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros d’ici deux à trois ans. Pour y parvenir, la société compte développer de nouveaux services en investissant dans sa R&D, basée à Dijon. Le tout dans le but de proposer "des transactions toujours plus simples, sécurisées et transparentes, au sein d’un réseau de confiance afin d’accompagner les entreprises dans leur développement international", comme l’explique Pierre-Antoine Dusoulier. Elle prévoit aussi de renforcer son implantation en Europe, et plus particulièrement en Belgique, en France, aux Pays-Bas et en Allemagne. Une croissance qui pourra se faire par l’ouverture de bureaux comme par l’acquisition d’autres sociétés.

Baptiste Delcambre

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Introduction en Bourse convaincante pour OVHcloud

Introduction en Bourse convaincante pour OVHcloud

OVHcloud, leader européen des services informatiques dématérialisés, vient de faire son entrée à la Bourse de Paris ce vendredi 15 octobre. L’action,...

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Réforme de la fiscalité internationale : réelle révolution ou pavé dans la mare ?

Réforme de la fiscalité internationale : réelle révolution ou pavé dans la mare ?

S’il est un sujet qui aura fait couler beaucoup d’encre depuis le début de l’année 2021, c’est bien celui de la réforme de la fiscalité internationale...

Nicolas Julia (Sorare) : "Notre vision est de construire un champion mondial de l’entertainment sportif"

Nicolas Julia (Sorare) : "Notre vision est de construire un champion mondial de l’entertainment spor...

La start-up Sorare, qui développe un jeu de fantasy football permettant de collectionner des cartes numériques de football sous forme de jetons non fo...

Le mid-cap européen se réunit à Paris

Le mid-cap européen se réunit à Paris

Dans le cadre de la 21e édition du forum indépendant "European Midcap Event" qui se tiendra à Paris les 21 et 22 octobre prochains, près de 200 entrep...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

30 milliards d’euros pour la France de 2030

30 milliards d’euros pour la France de 2030

Mardi 12 octobre, Emmanuel Macron présentait un programme de dix objectifs pour garantir à la France une croissance pérenne et gagner en souveraineté....

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte