Isabelle Lenicolais (Fnac-Darty) : "Nous devions expliquer les opportunités de la fusion"

Directrice des projets RH, Isabelle Lenicolais est également chargée de piloter la conduite du changement au sein du nouveau groupe Fnac-Darty. Objectif : donner du sens à ce rapprochement et mettre en lumière les opportunités qu’il apporte à 25 000 collaborateurs.

Directrice des projets RH, Isabelle Lenicolais est également chargée de piloter la conduite du changement au sein du nouveau groupe Fnac-Darty. Objectif : donner du sens à ce rapprochement et mettre en lumière les opportunités qu’il apporte à 25 000 collaborateurs.

Décideurs. Quels ont été les enjeux à relever après la fusion entre Fnac et Darty ?

Isabelle Lenicolais. Il était essentiel d’accompagner le changement. Cela s’est fait de manière progressive. Durant les premiers mois, nous devions d’abord poser les jalons et donner du sens à ce rapprochement auprès de tous les salariés du groupe, aussi bien en magasin que dans la logistique ou au siège. Nous devions expliquer les opportunités qu’apporte cette fusion autant pour le business que pour chacun des collaborateurs. Et les mettre en œuvre rapidement. Tout comme les groupes de travail qui visent à fixer le cadre des actions prioritaires à mener en matière de ressources humaines (comme l’harmonisation des process) et enclencher une évolution vertueuse.

Le groupe a annoncé son nouveau plan stratégique « Confiance+ » à la fin de l’année 2017. En quoi consiste-t-il ?

Ce plan pose les bases de la stratégie du nouveau groupe Fnac-Darty. Chaque niveau de l’entreprise doit s’approprier cette stratégie. Il s’agit d’embarquer les collaborateurs dans une dynamique positive et constructive. L’objectif : renforcer davantage encore l’orientation « client » et ensuite, celle des « services ». Notre activité s’oriente de plus en plus vers l’accompagnement du consommateur tout au long de son expérience d’achat quels que soient les canaux de vente, grâce à une large offre de services innovants.

Quels outils avez-vous mis en œuvre pour mener à bien ce plan ?

Nous devons impérativement nous orienter vers une gestion transversale des talents et sortir des silos des enseignes pour favoriser les mobilités et les synergies. Très rapidement, une plate-forme de recrutement commune externe et une plateforme de mobilité interne ont été imaginées. Les modalités des entretiens annuels ont été revues afin d’homogénéiser la gestion de la performance et du développement au sein du groupe.

Vous avez par ailleurs créé l’« Académie Fnac-Darty »…

C’est effectivement l’une des principales nouveautés mises en œuvre à la suite de la fusion. Il existait déjà un savoir-faire de formation, en interne, chez Darty. Nous avons voulu donner une ampleur différente à cette organisation en créant une grande académie au service des deux enseignes. Si nous conservons bien sûr les formations propres à chaque métier, certains contenus sont, quant à eux, mutualisés. C’est essentiel car c’est à travers ce dispositif que nous dispensons la culture et les valeurs que nous voulons diffuser dans l’ensemble du groupe.

Comment faites-vous pour rendre les process plus transparents ?

Depuis janvier dernier, nous avons mis en place un nouveau mode d’enquêtes d’opinion, digitales et mensuelles. Elles permettent au groupe d’être davantage dans l’écoute et donc dans la transparence. C’est également un moyen pour les collaborateurs d’être sources de proposition. L’ échange se fait dans les deux sens. Un bon moyen pour nous de connaître les réalités du quotidien et de pouvoir agir sur les questions de qualité de vie au travail et de bien-être. C’est important pour accompagner au mieux la fusion.

Quels sont les enjeux à venir ?

Notre groupe connaît d’importantes transformations. Nous ne devons pas subir les changements, qui s’annoncent encore nombreux. Pour cela, la direction des ressources humaines doit être moins dans la réaction et plus dans l’anticipation. Elle doit gagner en agilité et en rapidité, notamment dans le dialogue avec nos partenaires sociaux. Il est essentiel de réfléchir aux compétences qui seront nécessaires demain pour être à la fois dans l'accompagnement du business mais aussi garantir l'employabilité de nos collaborateurs.

Capucine Coquand

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Une nouvelle associée chez Procadres International

Une nouvelle associée chez Procadres International

Société de management de transition présente en France, en Europe et en Afrique, Procadres International accueille Nathalie de Larminat Bougnoux en qu...

Mooncard lève 5 millions pour simplifier les notes de frais

Mooncard lève 5 millions pour simplifier les notes de frais

La start-up française compte équiper 10% des salariés utilisant des notes de frais à l’horizon 2021. Pour atteindre ce but, elle peut compter sur le s...

Apprentissage : le pari du gouvernement

Apprentissage : le pari du gouvernement

Pour lutter contre le chômage des jeunes qui ne descend pas sous la barre des 20% depuis 2009, le gouvernement mise sur l’offre d’apprentissage. C’est...

Anne-Marie Husser (Amazon) : «60% de nos postes cadres sont pourvus via la mobilité interne »

Anne-Marie Husser (Amazon) : «60% de nos postes cadres sont pourvus via la mobilité interne »

Gestion des carrières, marque employeur, valeurs, conditions de travail… La DRH d’Amazon explique la stratégie du groupe pour recruter les meilleurs…...

P-H.Antonmattei (Barthélémy Avocats) : « Le pari du dialogue social »

P-H.Antonmattei (Barthélémy Avocats) : « Le pari du dialogue social »

Le dialogue social est au cours de la refondation du droit du travail. Il s’agit toutefois d’un pari dont la réussite dépend non seulement d’une monté...

Une alternative au MBA arrive à Paris

Une alternative au MBA arrive à Paris

Vous êtes contraints par le temps, mais désirez passer à un niveau de leadership supérieur sans sacrifier la qualité de votre apprentissage ? Voici un...

T.Boukhari (Gifi) : "Chaque entreprise devrait avoir un double projet économique et social "

T.Boukhari (Gifi) : "Chaque entreprise devrait avoir un double projet économique et social "

À l’été 2017, Philippe Ginestet, dirigeant de Gifi, annonçait qu’il souhaitait reprendre l’enseigne Tati « pour sauver 1 500 emplois ». Mais aussi pou...

Dialogue social : portraits de DRH impliqués

Dialogue social : portraits de DRH impliqués

Le 24 décembre 2018, le Président de la République promulguait la loi « portant mesures d'urgence économiques et sociales », visant à renouer avec le...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message