Huissiers et notaires : une digitalisation à rythme différé

Si, dans le monde du droit, les cabinets d’avocats et les directions juridiques sont ceux qui utilisent le plus les outils ­digitaux développés par la legaltech, les études de notaires et d’huissiers de justice ne sont pas en reste. Ces dernières ont besoin de fonctionnalités propres. C’est la raison pour laquelle elles se digitalisent de plus en plus, parallèlement aux autres professionnels du milieu juridique.

Si, dans le monde du droit, les cabinets d’avocats et les directions juridiques sont ceux qui utilisent le plus les outils ­digitaux développés par la legaltech, les études de notaires et d’huissiers de justice ne sont pas en reste. Ces dernières ont besoin de fonctionnalités propres. C’est la raison pour laquelle elles se digitalisent de plus en plus, parallèlement aux autres professionnels du milieu juridique.

La plupart des professionnels de la legaltech interrogés dans le cadre de notre enquête sont unanimes : leurs outils sont peu, voire pas du tout, utilisés par les notaires et les huissiers de justice. Certaines start-up du droit ne leur ont d’ailleurs attribué aucune solution spécifique dans leur offre. Pourtant, les notaires sont, pour leur part, plutôt en avance dans leur processus de digitalisation qui a démarré avec la signature électronique et qui se poursuit depuis de manière intensive.

L’avant-gardisme notarial

Il y a plus de dix ans déjà, les notaires français ont été les premiers en Europe à faire preuve d’un véritable avant-gardisme en se dotant dès 2007 d’un dispositif permettant de signer un acte par voie digitale, acceptant alors leur numérisation sécurisée et leur finalisation malgré l’éloignement d’un ou de plusieurs signataires. L’année suivante, l’acte authentique électronique voyait le jour. Ce mouvement de digitalisation ne s’est pas arrêté là. Plus récemment, en septembre 2015, le Conseil supérieur du notariat créait un système d’authentification avec identifiant unique pour la profession notariale. Désormais, les notaires peuvent, grâce à un outil (Clé Réal), authentifier un acte électronique en y apposant une signature électronique et un sceau.

"Dès 2007, les notaires français étaient les premiers en Europe à mettre en place un dispositif permettant de signer un acte par voie digitale".

En février dernier, Hyperlex et la Chambre des notaires de Paris annonçaient le lancement de leur projet VictorIA, regroupant les chantiers qui développent grâce à l’intelligence artificielle les outils numériques nécessaires à la profession. Après la signature le 16 juin dernier de la « politique de confiance de la blockchain notariale » entre les présidents des cinq chambres notariales franciliennes (Paris, Hauts-de-Seine, Versailles, Essonne et Seine-et-Marne), Bertrand Savouré, Frank Lodier, Stéphane Lherbier, Olivier Piquet et Didier Picard, la blockchain notariale a été officiellement lancée par les Notaires du Grand Paris le 7 juillet. Cette signature, acte fondateur du premier dispositif de fourniture de service de  blockchain notariale a aussi permis la mise en place de l’Autorité de confiance numérique notariale des Notaires du Grand Paris.

Des disparités chez les huissiers

Les huissiers de justice ne sont pas non plus en reste en matière de digitalisation. S’ils ont pris conscience de l’enjeu du numérique dans l’exercice de leur profession, des disparités persistent en raison des contraintes liées à leurs activités monopolistiques et concurrentielles. De même que l’obligation de remettre physiquement et en main propre certains actes modère encore leur digitalisation. Ces derniers mois, des initiatives ont pourtant vu le jour : Eurojuris et l’Union nationale des huissiers de justice ont créé le programme Legal Storm, visant à développer des solutions digitales pour les professionnels du droit, et plus particulièrement pour les huissiers de justice. Trois prototypes étaient ainsi lancés : Legalsocial, qui identifie les questions de droit social que se posent les dirigeants et crée des diagnostics précis ; Smartpreuve qui a pour but de changer le rapport du justiciable à la preuve en lui permettant d’obtenir validation par un huissier de justice d’une preuve (une facture, un ticket de caisse) sur une plateforme ; et un système de simplification des procédures de recouvrement de créances impayées en BtoB mis en œuvre par l’UNHJ. Arthur Cassagnau fondait NeoJusticio en février 2020 afin de mettre en relation des huissiers de justice avec leurs futurs clients et mise sur l’inscription de 200 professionnels avant la fin 2020 sur les quelque 3 000 que compte le pays. Enfin, sur le plan régional, la chambre des huissiers de justice du Nord-Pas-de Calais vient tout juste de conclure un partenariat avec Paprwork, qui a mis au point un outil de collecte et de gestion documentaire sécurisé. La transformation numérique se fait lentement mais sûrement afin d’être maîtrisée. D’autant plus que la ­profession d’huissier de justice connaîtra un renouveau en 2022 en fusionnant avec celle de commissaire-­priseur pour former les commissaires de justice.

Marine Calvo

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Legaltech : les voyants sont au vert

Mappemonde par segment, bilan des financements, actions communes, projets & développements... Décideurs Juridiques réunit les principaux indices de réussite auprès des acteurs et des observateurs de la legaltech.
Sommaire Clémence Arto (Doctrine) : "Plus on a de données, plus performant sera l’algorithme qui ciblera les recherches" Les nouveaux acteurs et les nouveaux produits de la legaltech M.Brogli (DPO Consulting) : "Les directions juridiques devraient être au centre des réflexions stratégiques de l’entreprise" Du legal design jusque dans la legaltech Grégoire Debit (Closd) : "Réduire le nombre d’outils utilisés est un besoin formulé par de nombreux acteurs" L’Europe, terre promise de la legaltech française C.Roquilly (Edhec) : "Les machines sauront faire de plus en plus de choses, nous devons avoir confiance en elles" La regtech, un univers à part L'avenir de la legaltch française : le débat en podcast
Squire Patton Boggs s’étoffe en immobilier

Squire Patton Boggs s’étoffe en immobilier

Estelle Vernejoul et Thomas Coëffé rejoignent la pratique immobilier du cabinet Squire Patton Boggs. Leurs compétences, complémentaires, permettront d...

TotalEnergies condamné par la Cnil à payer un million d'euros

TotalEnergies condamné par la Cnil à payer un million d'euros

Jeudi 30 mai, la Cnil a infligé une amende d’un million d’euros à la société TotalEnergies pour non-respect des obligations en matière de prospection...

Juridiction unifiée des brevets : le cabinet Casalonga codifie l’ensemble des textes

Juridiction unifiée des brevets : le cabinet Casalonga codifie l’ensemble des textes

À l’occasion des 30 ans du Code de la propriété intellectuelle ce vendredi 1er juillet, une plateforme accessible gratuitement réunit l’ensemble des t...

Fabrice Veverka arrive chez Willkie Farr & Gallagher

Fabrice Veverka arrive chez Willkie Farr & Gallagher

L’avocat spécialiste des transactions Fabrice Veverka quitte la maison qu’il avait cofondée pour rejoindre le cabinet américain Willkie Farr & Gal...

Face à l’extraterritorialité des sanctions étrangères, le réveil de l’Europe

Face à l’extraterritorialité des sanctions étrangères, le réveil de l’Europe

Moins naïve, l’Union européenne ? Il faut croire. En renforçant son arsenal juridique et en tricotant des textes qui s’appliqueront à des sociétés de...

Chammas & Marcheteau coopte une associée en droit social

Chammas & Marcheteau coopte une associée en droit social

Coline Bied-Charreton est élevée au rang d’associée chez Chammas & Marcheteau où elle exerce depuis 2020. Elle traite des dossiers de droit social...

Squair ouvre un bureau à Aix-en-Provence

Squair ouvre un bureau à Aix-en-Provence

Paris, Nantes, Bordeaux, Lyon et désormais Aix-en-Provence. Le cabinet d’avocats Squair continue son expansion en région et ouvre son tout nouveau bur...

Olivier Wild (Amrae) : "Dire haut et fort que le risque n’est pas un gros mot"

Olivier Wild (Amrae) : "Dire haut et fort que le risque n’est pas un gros mot"

Les dernières années ont été riches en événements pour les risk managers : Covid, catastrophes naturelles, cyber-attaques, instabilité politique… Oliv...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message