Hugo Sallé de Chou (Pumpkin) : « Notre communauté double tous les six mois »

En juillet 2017, Pumpkin, plate-forme de remboursement instantané, s’est faite racheter par le Crédit Mutuel Arkea. Objectif : amener cette fintech au statut de néo-banque. Hugo Sallé de Chou, un des fondateurs revient sur la stratégie adoptée pour y arriver.
Hugo Sallé de Chou, Constantin Wolfrom et Victor Lennel - fondateurs de Pumpkin

En juillet 2017, Pumpkin, plate-forme de remboursement instantané, s’est faite racheter par le Crédit Mutuel Arkea. Objectif : amener cette fintech au statut de néo-banque. Hugo Sallé de Chou, un des fondateurs revient sur la stratégie adoptée pour y arriver.

Vous venez d’être racheté par le Crédit Mutuel Arkea (CMA). Comment s’est déroulé ce rapprochement ?

Pour être très clair, à cette période-là, c’est-à-dire en avril 2017, nous commencions notre troisième road show. Avec pour objectif de lever cinq millions d’euros. Plusieurs start-ups comme kisskissbankbank ou Compte nickel se sont fait racheter par des acteurs historiques. Ce n’est pas un hasard, il y a eu un effet de maturité du marché. Plusieurs entités sont venues nous voir. De manière générale, nous avons toujours eu des relations étroites avec le secteur bancaire, nous avons rencontrés plusieurs comex de banques, mais nos relations avec Arkéa ont commencé différemment. Ils sont très présents donc on les connaissait depuis longtemps. Nos rapports plus proches ont commencé au moment du deuxième road show en 2016. En 2017, plusieurs banques nous faisaient des « appels du pied » assez forts, c’est vrai que nous étions vraiment dans une logique de levée de fonds et Arkéa étaient les seuls à comprendre notre vision. Pour nous, continuer le peer to peer était primordiale. Notre croissance est forte : la communauté double tous les mois. Nous avons dépassé les 300 000 utilisateurs. En plus, Arkéa était un acteur prêt à investir plus que ce qu’on aurait imaginé au premier abord.

Quelles sont désormais vos marges de manœuvre en termes de stratégie ?

Totales. CMA a pour objectif de nous laisser autonome et indépendant dans notre gestion de l’entreprise, tout en leur partageant nos plans d’actions et stratégie à moyen et long terme. Nous leur avons présenté un projet et c’est ça qu’ils ont acheté.

Quelle est votre stratégie afin de vous imposer comme néo-banque ?

Néo-banque, ça n’est qu’un terme. L’objectif est d’étoffer notre offre, d’accompagner nos utilisateurs dans la gestion de leur argent au quotidien et en communauté : une famille, un couple, une collocation, des amis par exemple. Répondre et apporter une nouvelle proposition de valeur sur des usages. D’ailleurs, notre cœur de cible évolue en même temps que Pumpkin puisque la moyenne d’âge à augmenter de trois ans en trois ans.

Le modèle économique arrive dans un second temps pour nous, la priorité c’est la croissance.

Pour quand visez-vous la rentabilité ?

Le modèle économique arrive dans un second temps pour nous, la priorité c’est la croissance. On reste en BtoC et le modèle se développera naturellement en même temps que l’offre. Nous ne mettons pas la charrue avant les bœufs et ne pensons pas à la rentabilité ou au modèle économique qui encore une fois viendra naturellement, même si nous sommes en train de tester des business model innovants.

Pensez-vous qu’une fintech puisse grandir sans se faire racheter par une banque ?

Je pense oui, mais il faut être réaliste, peu de fintechs remplissent les critères nécessaires. Les prises de participations majoritaires restent souvent le meilleur moyen pour les fintech de croitre rapidement et avec ambition.

Propos recueillis par Vincent Paes et Morgane Al Mardini

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Les fintechs à l'assaut des banques

Pumpkin, rachetée par Crédit mutuel Arkéa, Compte Nickel par BNP Paribas ou encore KissKissBankBank & Co par la Banque postale. 2017 aura été marquée par une vague de rapprochement sans précédent entre fintechs et banques. Qui sort vraiment gagnant de ces opérations ? Analyse et entretiens.
Sommaire Fintechs : à l’ombre des banques Olivier Goy (Lendix) : « Une entreprise a une réponse sous 48 heures » Étienne Mallengier (Neuroprofiler) : « Les incubateurs nous permettent de créer un premier lien avec les banques » David Finel (Sharepay) : « Permettre aux foyers de mieux gérer leur argent »
X. Delsol (Delsol Avocats) : "Assouplir la réserve héréditaire favoriserait la transmission du patrimoine à des associations"

X. Delsol (Delsol Avocats) : "Assouplir la réserve héréditaire favoriserait la transmission du patri...

Quels sont les véhicules les plus adaptés aux grandes fortunes pour mener à bien leurs actions philanthropiques ? Pourquoi les donations aux États-Uni...

D. Panel (BNP Paribas AM) : "Pour les stratégies quantitatives, il y a eu un avant et un après 2008"

D. Panel (BNP Paribas AM) : "Pour les stratégies quantitatives, il y a eu un avant et un après 2008"

BNP Paribas Asset Management est constitué de quatre pôles de gestion : « Dette Privée & Actifs Réels », « Actions », « Obligations » et « Multi-A...

Les télécoms, entre mutations et opportunités : panorama d’un secteur propice au M&A

Les télécoms, entre mutations et opportunités : panorama d’un secteur propice au M&A

TABLE-RONDE. Le marché des télécoms oscille entre mega-deals et mouvements stratégiques. L’émergence annoncée de la 5G, la convergence des réseaux, l’...

L.Garret (Neuflize OBC) : "La diversification de notre offre est primordiale"

L.Garret (Neuflize OBC) : "La diversification de notre offre est primordiale"

Laurent Garret, CEO de la banque Neuflize OBC, revient pour Décideurs sur la consolidation du marché de la banque privée et sur les particularités de...

H.Ramdani (Virbac) : "Une de nos priorités sera la modernisation de nos SI financiers"

H.Ramdani (Virbac) : "Une de nos priorités sera la modernisation de nos SI financiers"

Habib Ramdani a pris les rênes de la direction financière de Virbac depuis mai 2016, alors que le Français, 7e groupe pharmaceutique vétérinaire mondi...

J-L. Chetrit (Union des Marques) : "Une marque doit avoir trois bénéfices : fonctionnel, émotionnel et sociétal"

J-L. Chetrit (Union des Marques) : "Une marque doit avoir trois bénéfices : fonctionnel, émotionnel...

Dix ans après sa première initiative, l’Union des Marques a lancé en 2018 le « programme FAIRe, 15 engagements pour une communication responsable ». S...

"Tech sans affect n’est que mort de l’humanité"

"Tech sans affect n’est que mort de l’humanité"

Soixante ans de carrière dans le marketing. À faire des marques, petites d’abord, puis internationales. À coups de slogans cultes et de campagnes grav...

Rupture déclarée pour TechnipFMC

Rupture déclarée pour TechnipFMC

Le M&A n’est pas toujours la solution. Annoncé en grande pompe comme « un succès retentissant » en 2016, le mariage entre les deux groupes parapét...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message