Hubert Védrine : « Le protectionnisme n’emmène pas la prospérité, il la menace »

Face au partage inéquitable des fruits de la mondialisation, les réactions de rejet se font de plus en plus visibles et la tentation du protectionnisme au sein des pays développés de plus en plus pressante. Face à cette réalité, beaucoup en appellent à une nouvelle culture de la solidarité.

Face au partage inéquitable des fruits de la mondialisation, les réactions de rejet se font de plus en plus visibles et la tentation du protectionnisme au sein des pays développés de plus en plus pressante. Face à cette réalité, beaucoup en appellent à une nouvelle culture de la solidarité.

→ Rencontres économiques d’Aix 2017

Présent aux Rencontres économiques d’Aix, l’ancien ministre des affaires étrangères, Hubert Védrine, voit dans le « décrochage des classes moyennes qui, en Occident, ne croient plus que la mondialisation puisse leur profiter » le symptôme d’une faillite. Celle d’une élite qui n’a pas su rendre la mondialisation inclusive et la prospérité partagée et qui, de ce fait, a alimenté la monté d’un « scepticisme aux manifestations de plus en plus agressives au sein d’une part importante de la population. » La plus visible et la plus inquiétante étant la tentation d’un protectionnisme qui, légitimée par la montée des populismes, gagne un nombre croissant de pays développés.

Un constat inquiétant pour Hubert Védrine qui insiste : en aucun cas le protectionnisme ne saurait être une solution à la montée des inégalités au sein des nations, bien au contraire. « Le protectionnisme n’emmène pas la prospérité, il la menace », assène-t-il avant de rappeler l’urgence, pour les pays développés, de travailler à rendre la mondialisation plus inclusive.

Vers une mondialisation inclusive

Une position partagée par Hélène Rey, membre du Cercle des économistes, pour qui le fait que la redistribution des bénéfices de la mondialisation demeure aussi déséquilibrée s’explique  clairement par un manque de volonté politique. « Force est de constater que, jusqu’à maintenant, les politiques n’ont pas su, ou pas voulu, organiser cette redistribution, affirme-t-elle. D’où la montée de plus en plus visible d’une contestation, d’un rejet de la mondialisation ».

Une mondialisation à laquelle il serait aujourd’hui impensable de renoncer  tant les économies mondiales sont interconnectées, souligne Jean-Pierre Clamadieu, président du comité exécutif de Solvay, rappelant que « le fait que les supply chains soient mondiales permet de développer des produits à un coût acceptable pour le consommateur ». Reste donc à humaniser cette mondialisation. À la rendre inclusive et profitable au plus grand nombre. Un objectif qui, de l’avis de tous, ne pourra être atteint sans une impulsion forte des États.

« Impératif de solidarité »

Membre du Cercle des économistes, Pierre Jacquet explique. « Le défi actuel est le creusement des inégalités au sein des nations, or une globalisation bien gérée dépend de nations bien gérées et vice-versa. Cette complémentarité est essentielle ». Et pour être effectives, les politiques publiques doivent avoir un rôle de catalyseur des énergies – celles des individus, des entreprises, des institutions, des associations… D’où l’urgence, selon Pierre-André de Chalendar, de réinventer le rôle de l’État. « Celui-ci doit devenir à la fois coordinateur, initiateur et moteur pour faire émerger les politiques publiques qui vont vers plus de solidarité. Pour que l’altruisme devienne un projet collectif et individuel », insiste le Pdg de Saint-Gobain.  

« Notre économie doit basculer vers une économie du partage, confirme Jacques Attali. C’est cela qui réduira les inégalités : lorsqu’enfin on comprendra qu’on a intérêt à être altruiste ». Une opinion largement partagée par Esther Duflo, économiste spécialiste de la pauvreté et de l’économie du développement, pour qui il existe aujourd’hui un véritable « impératif de solidarité ». Une urgence mondiale que les dirigeants des pays développés ne pourront ignorer plus longtemps.

Caroline Castets

 

 

 

 

 

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Infographie. Vaccin contre le coronavirus, où en est la France ?

Infographie. Vaccin contre le coronavirus, où en est la France ?

Après quelques semaines, il est temps de tirer un premier bilan des stratégies de vaccination contre la Covid-19. Qui sont les bons élèves ? Où se sit...

Gilles Savary : "Politiquement, Territoires de progrès commence à peser"

Gilles Savary : "Politiquement, Territoires de progrès commence à peser"

Le mouvement souhaite défendre la social-démocratie française, tout en soutenant l’action du président de la République. Son délégué général, Gilles S...

Philanthropie : la France à la recherche de son modèle

Philanthropie : la France à la recherche de son modèle

Le tissu philanthropique français accélère sa mue. L’objectif ? Favoriser les projets d’intérêt général et faciliter les démarches des généreux donate...

Edito. Échec et maths

Edito. Échec et maths

Le saviez-vous ? Les jeunes Français seraient devenus les plus mauvais en maths parmi les pays développés. À la clé, des conséquences pour notre souve...

La lutte anticorruption de Bernard Cazeneuve : objectif terre

La lutte anticorruption de Bernard Cazeneuve : objectif terre

Ses différents mandats ministériels ont mis en valeur son goût pour le combat politique. Dorénavant avocat et uniquement avocat, Bernard Cazeneuve n’a...

P. Ollier : "La Métropole du Grand Paris joue pleinement son rôle d’opérateur de la transition écologique"

P. Ollier : "La Métropole du Grand Paris joue pleinement son rôle d’opérateur de la transition écolo...

Près de cinq ans après sa création, la Métropole du Grand Paris a entrepris de nombreuses actions. Patrick Ollier et ses dirigeants ne comptent pas s’...

S.Matelly (Iris) : "Joe Biden est la bonne personne pour éviter l’embrasement"

S.Matelly (Iris) : "Joe Biden est la bonne personne pour éviter l’embrasement"

Entre accusations de victoire volée et divisions exacerbées, beaucoup prédisent un début de mandat difficile à Joe Biden. Sylvie Matelly, directrice a...

Politique : les "petites phrases" les plus polémiques de 2020

Politique : les "petites phrases" les plus polémiques de 2020

L’année qui s’achève a été riche en petites phrases politiques. Si certaines peuvent porter à sourire par leur maladresse ou leur amateurisme, d’autre...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte