Hubert Reeves : « Il faut favoriser un retour à l’affect dans le rapport à la nature »

Aussi connu pour ses recherches sur le cosmos que pour sa capacité à les rendre accessibles, pour son engagement en faveur de la biodiversité que pour ses talents de conteur, Hubert Reeves ne se contente pas d’explorer, il partage ; s’employant à reconnecter l’homme à cet Univers qui le dépasse, l’éduquant au plaisir de comprendre et, plus important encore, de s’émouvoir. Rencontre avec un explorateur de cosmos et un enchanteur du quotidien.

Aussi connu pour ses recherches sur le cosmos que pour sa capacité à les rendre accessibles, pour son engagement en faveur de la biodiversité que pour ses talents de conteur, Hubert Reeves ne se contente pas d’explorer, il partage ; s’employant à reconnecter l’homme à cet Univers qui le dépasse, l’éduquant au plaisir de comprendre et, plus important encore, de s’émouvoir. Rencontre avec un explorateur de cosmos et un enchanteur du quotidien.

Décideurs. Comment vous est venu le goût des sciences ?

Lorsque j’avais douze ans, un ami de la famille, généticien, m’a invité dans son laboratoire et m’a fait regarder dans son microscope : j’y ai vu une multitude de petites choses qui bougeaient. L’idée qu’autant de vie et de mouvement puisse être contenu dans un si petit espace m’a littéralement fasciné. J’ai compris alors que les scientifiques étaient des découvreurs de continents. De véritables explorateurs.

Votre premier livre de vulgarisation, « Patience dans l’azur », a connu un immense succès. Comment expliquez-vous cet engouement pour un sujet que beaucoup croyaient réservé à un public d’initiés ?

Dans ce livre je cherchais à démontrer que l’histoire de l’Univers est également la nôtre, que le passé des étoiles et des galaxies touche au fait que nous existons. Opérer cette mise en relation des gens avec ce cosmos qui les dépasse, les emmener à prendre conscience du lien entre l’Univers perçu comme inaccessible et leur propre existence n’est pas seulement passionnant intellectuellement, c’est également excellent pour le moral. Car cela rassure de faire partie d’un tout, cela donne une dignité et une importance individuelle à échelle du cosmos. Je pense que c’est cette dimension d’histoire commune qui intéresse les gens.

Pour un scientifique, vous êtes très porté sur la poésie…

C’est vrai et cela m’a été beaucoup reproché au début. Lorsque j’ai voulu publier « Patience dans l’azur », en 1981, j’ai essuyé trente refus d’éditeurs convaincus que l’astronomie n’intéressait personne. Et lorsqu’il est enfin sorti, les médias ont refusé d’en faire la critique sous prétexte qu’il ne se cantonnait pas à la seule rationalité. Pour les uns la science est ennuyeuse, pour les autres la poésie est superficielle.  De mon côté, je crois que mixer les deux favorise la compréhension. Le succès de « Patience dans l’azur » prouve que les sciences intéressent les gens. Simplement, la plupart l’ignorent. La poésie aide à dépasser ces blocages. Elle ouvre le champ de la compréhension et de l’émotion.

Vous définiriez-vous comme un militant ?

Oui, sans aucun doute. Je suis un militant de la sauvegarde de l’environnement. Je crois que, pour obtenir de l’homme qu’il cesse d’aller contre son intérêt à long terme, il faut favoriser chez lui un retour à l’affect dans le rapport à la nature. C’est pour moi le meilleur antidote pour lutter contre cette obsession du profit immédiat qui le pousse à saccager des régions entières et à pratiquer une pêche si intensive qu’elle vide les océans.

Que vous inspire la décision du gouvernement concernant Notre-Dame-des-Landes ?

C’est pour moi un réel soulagement et une grande satisfaction. Ce projet d’aéroport avait un coût écologique extrêmement élevé puisqu’il impliquait la destruction de terres agricoles qui font partie d’un patrimoine à préserver. Voir qu’un gouvernement est capable de revenir sur ce projet s’apparente selon moi à un signal rassurant.

Propos recueillis par Caroline Castets

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Arnaud Laurent (We Sprint) : “Notre métier d’incubateur est celui d’un micro fonds”

Arnaud Laurent (We Sprint) : “Notre métier d’incubateur est celui d’un micro fonds”

Avec son incubateur régional WeSprint, Arnaud Laurent cherche à accélérer la croissance des jeunes sociétés créées en Occitanie. En échange d’un pourc...

L’immobilier de bureau parisien continue sur sa lancée

L’immobilier de bureau parisien continue sur sa lancée

Les bureaux franciliens sont toujours aussi prisés. La demande placée continue de s'accroître à un rythme important. Le secteur a connu en ce début d’...

Premier trimestre morose pour les ventes de logement neufs

Premier trimestre morose pour les ventes de logement neufs

Après une augmentation des ventes en 2017, les logements neufs ont du mal à trouver preneur en ce début d’année, selon la FPI. En cause, la baisse sig...

A.Corpas (OneLife) : « Nous essayons d’aller plus loin que la question isolée du type d’actifs »

A.Corpas (OneLife) : « Nous essayons d’aller plus loin que la question isolée du type d’actifs »

Le contrat d'assurance-vie luxembourgeois est réputé pour ses aspects sécurisants. Mais qu'en est-il lorsqu'on souhaite y insérer des actifs non trad...

Bruno Lasserre prend la tête du Conseil d’État

Bruno Lasserre prend la tête du Conseil d’État

L’homme qui a dirigé le gendarme de la concurrence durant douze ans vient d’être nommé vice-président de la plus haute juridiction administrative en C...

Plan de sauvegarde pour les routes nationales

Plan de sauvegarde pour les routes nationales

La ministre des Transports, Elizabeth Borne a dévoilé les nouvelles mesures du gouvernement pour améliorer le réseau routier, dont la dégradation devi...

Alain Calmé (European Camping Group) : « Notre principal défi est de rester une entreprise agile »

Alain Calmé (European Camping Group) : « Notre principal défi est de rester une entreprise agile »

Alain Calmé rejoint le groupe Homair en 2010 afin de porter le projet stratégique de développement du groupe. Depuis son arrivée, European Camping Gr...

J.Barré (Franklin) : « Cela pourrait bien poser un réel problème de rupture de confidentialité et d’égalité de traitement »

J.Barré (Franklin) : « Cela pourrait bien poser un réel problème de rupture de confidentialité et d’...

Parmi les évolutions fiscales entreprises en ce début de quinquennat, l'IFI fait parler de lui, mais il convient de ne pas occulter le vieux serpent d...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message