Hip hip hip, IPO

Les introductions en Bourse ont le vent en poupe. Après une année 2020 particulièrement décevante, l’année 2021 a démarré sur les chapeaux de roues et semble se poursuivre avec la même dynamique. En France, les IPO d’Aramis Group et de Believe ont attiré tous les regards, alors que celles des très médiatiques Spacs continuent de fleurir.

© Immersion Imagery / Shutterstock.com

Les introductions en Bourse ont le vent en poupe. Après une année 2020 particulièrement décevante, l’année 2021 a démarré sur les chapeaux de roues et semble se poursuivre avec la même dynamique. En France, les IPO d’Aramis Group et de Believe ont attiré tous les regards, alors que celles des très médiatiques Spacs continuent de fleurir.

Depuis le succès remarquable de l’introduction en Bourse de la Française des Jeux (FDJ) fin 2019 qui avait été couronnée du titre de la plus grande privatisation française depuis plus de dix ans grâce à une levée de 1,83 milliard d'euros, on s’ennuyait ferme. Ni les 300 millions d’euros levés par 2MX Organic, ni le Spac du trio Niel-Zouari-Pigasse au mois de décembre 2020, n’ont réussi à sauver le millésime. À défaut, ils auront peut-être secoué la torpeur ambiante. 

Les introductions en Bourse traditionnelles reprennent du poil de la bête 

Au premier semestre 2021, pas moins de 1 070 introductions en Bourse – hors Spacs – ont permis de lever 222 milliards de dollars dans le monde, soit une augmentation respective de 150 % et de 215 % par rapport à l'année précédente, selon une étude du cabinet EY. Un soulagement pour le marché pour lequel l’année 2020 avait fait figure d’annus horribilis. "Si le premier trimestre 2021 a été dominé par les introductions en Bourse des Spacs, celles traditionnelles sont revenues sur le devant de la scène au deuxième trimestre, aidées par un certain nombre de facteurs, notamment l'abondance de liquidités dans les systèmes financiers et la bonne performance des marchés boursiers mondiaux", explique Franck Sebag, associé EY, Fast Growing Companies Leader France. 

En France, c’est l’IPO d’Aramis Group qui aura été la plus significative depuis celle de la FDJ. Filiale de Stellanis et leader européen de la vente en ligne de voitures d'occasion, elle a pu lever près de 390 millions d'euros avant l’été. Juste avant elle, la start-up Believe, spécialisée dans la distribution numérique de musique, avait réussi à récolter 300 millions d'euros lors de son entrée sur Euronext Paris. Paris Europlace, qui travaille sur l’amélioration de l’attractivité de la Place de Paris pour les entreprises émettrices, se félicite de cette "très nette progression des introductions en Bourse au cours de la période récente". 

Un rythme qui devrait se maintenir pour la seconde moitié de l’année notamment grâce à OVH, leader français et européen du cloud, qui a confirmé avant la période estivale son intention de lancer son entrée en Bourse à l’automne mais aussi avec les cotations attendues de Colis Privé, Ogury ou encore GreenYellow. 

"Au premier semestre 2021, 1 070 introductions en Bourse – hors Spacs – ont permis de lever 222 milliards de dollars dans le monde"

Les Spacs toujours florissants 

Après avoir fait couler beaucoup d’encre depuis leur arrivée sur les marchés français, les Spacs continuent de dynamiser les introductions en Bourse. Mediawan, tout premier Spac français lancé en 2016 avait inauguré la tendance dans l’Hexagone de ces véhicules d’investissement atypiques, ultrapopulaires outre-Atlantique, qui, depuis, s’est poursuivie. 

Le mois de juin 2021 a d’ailleurs été particulièrement intense avec les introductions en Bourse de Transition, premier Spac européen dédié à la transition énergétique, qui a levé 215 millions d'euros mais aussi de DEE Tech, tout premier Spac consacré au secteur technologique en France, lui permettant de récolter 165 millions d'euros. Avant ce doublé gagnant, Accor avait réalisé fin mai l’introduction d’Accor Acquisition Company (AAC), premier Spac sponsorisé par une société en Bourse de Paris, lui permettant de lever 300 millions d'euros. Au mois de juillet, I2PO, le premier Spac européen consacré au divertissement et aux loisirs, créé par la famille Pinault, le banquier d’affaires Matthieu Pigasse et Iris Knobloch, ancienne dirigeante de WarnerMedia, est devenu le sixième véhicule d’acquisition côté sur la place de Paris et ne risque pas de rester le dernier. 

Une dynamique à surveiller de près au regard du contrecoup subi aux États-Unis par ces véhicules d’investissements qui commencent à éveiller craintes, suspicions et, surtout, litiges. L’Autorité des marchés financiers (AMF) a d’ailleurs publié début juillet une étude détaillée sur les avantages et les risques de ce dispositif, notamment en matière de conflits d’intérêts. L’engouement qu’ils ont engendré depuis plusieurs mois a beau être justifié, seul un encadrement strict et régulé leur permettra de s’inscrire dans la durée. 

Béatrice Constans

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Vincent Le Roux rejoint Vae Solis Communications pour renforcer l'activité "Affaires publiques"

Vincent Le Roux rejoint Vae Solis Communications pour renforcer l'activité "Affaires publiques"

Le cabinet de conseil en stratégie de communication et gestion du capital réputation, Vae Solis Communications, accueille Vincent Le Roux au sein de s...

Processus d’introduction en Bourse officiellement lancé pour le français OVHcloud

Processus d’introduction en Bourse officiellement lancé pour le français OVHcloud

Le groupe français OVHcloud, premier fournisseur européen dans le secteur des services informatiques dématérialisés (communément appelés "cloud"), vie...

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Atteint du "virus de l’entrepreneuriat", le Néerlandais est devenu milliardaire en moins de quinze ans grâce à sa dernière création : Adyen.

Phebe Novakovic, la patriote

Phebe Novakovic, la patriote

Alors que NavalGroup est en difficulté après l'annulation du "contrat du siècle" australien, l'américain General Dynamics se porte bien. A sa tête dep...

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

Le fournisseur mondial de produits et services logiciels d’entreprises confie la direction de la région EMEA à Emmanuelle Hose, jusque-là directrice r...

O. Tichit (AdVini) : "L’étiquette tricolore joue de moins en moins"

O. Tichit (AdVini) : "L’étiquette tricolore joue de moins en moins"

À la tête de la direction financière du producteur et négociant en vins AdVini depuis 2018, Olivier Tichit s’attèle, avec ses équipes, à moderniser le...

G. Paoli (Aramis Group) : "Notre développement à l’étranger passe forcément par le M&A"

G. Paoli (Aramis Group) : "Notre développement à l’étranger passe forcément par le M&A"

Aramis Group, leader européen de la vente en ligne de voitures d’occasion, a réalisé au mois de juin 2021 la plus grosse introduction en Bourse de Par...

J. Waldron (Suez) : "La notion de service public correspond à notre ADN"

J. Waldron (Suez) : "La notion de service public correspond à notre ADN"

Malgré une année 2020 marquée par la crise sanitaire et l’OPA lancée à son encontre, Suez a su garder sa ligne de conduite ainsi que son plan stratégi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte