Hervé Guichard (Goodyear) : "Ne pas laisser les salariés uniquement pilotés par les syndicats est un élément clé"

Hervé Guichard est à la tête des ressources humaines France du groupe Goodyear, célèbre pour ses pneus, autant que pour des relations sociales compliquées. Pour Décideurs, il revient sur la façon dont il s’y est pris pour réinstaurer le dialogue et parvenir à la signature d’accords d’entreprise.

Hervé Guichard est à la tête des ressources humaines France du groupe Goodyear, célèbre pour ses pneus, autant que pour des relations sociales compliquées. Pour Décideurs, il revient sur la façon dont il s’y est pris pour réinstaurer le dialogue et parvenir à la signature d’accords d’entreprise.

Décideurs. Comment restaurer les bases d’un dialogue social de qualité après une crise du climat social ?

Hervé Guichard. Au sein de Goodyear, les partenaires sociaux souhaitaient me laisser une chance et nous sommes repartis de zéro, en expliquant pourquoi nous avons dû fermer l’usine, en assumant l’historique de l’entreprise, ce qui a créé un début de climat de confiance. Par ailleurs, l’élaboration des réunions a été essentielle, allant jusqu’à être annulées si l’une d’entre elles n’avait pas été suffisamment préparée par les partenaires sociaux : l’exigence est très forte de part et d’autre. Nous avons proposé également de coacher les partenaires sociaux dans leur rôle, ce qui n’a été accepté que par peu d’élus : certains ne voulaient être formés que par leur syndicat. Je n’aime pas le mot transparence car si on le devient, on n’existe pas ! Quand l’entreprise a un projet de réorganisation, d’éventuelle restructuration, elle respecte un certain formalisme. Mais lorsque vient le moment de l’annonce, les explications doivent être honnêtes. Enfin, nous avons repris un peu de place auprès des salariés dans la communication de nos messages. Nous reconnaissons pleinement que les élus représentent les salariés et qu’il faut être courageux pour s’engager dans cette voie. Cela ne nous empêche pas de communiquer auprès de tous les collaborateurs avec tous les moyens mis à notre disposition : écrans, affichages, managers, voire des tracts. Nous communiquons très vite après les réunions sociales ou autour de l’activité, et la consigne est de passer les messages clés directement auprès de tous les salariés.

Quels ont été les résultats obtenus ?

Depuis 2015, tout site confondu nous n’avons eu que deux jours de grève liés au mouvement des Gilets jaunes. La direction a décidé de ne plus les payer. Lorsque l’annonce a été faite, elle a été respectée, permettant ainsi la discussion. Par ailleurs, nous avons réussi à signer des accords déterminants en 2019 et en 2020, comme un accord pour les négociations annuelles obligatoires (NAO). Ce n’était pas arrivé depuis vingt ans. Parfois les partenaires sociaux ne signent pas par idéologie, or récemment, ils ont accepté des accords qui allaient contre la philosophie de leur organisation syndicale, pour le développement et la performance de nos établissements. Par exemple, alors que la CGT France avait donné la consigne de ne pas signer de rupture conventionnelle collective (RCC), la CGT Goodyear en a approuvé une.

" La direction a décidé de communiquer plus directement avec tous les salariés"

Dans le cadre de cette amélioration sociale, nous avons signé avec les organisations syndicales France un accord sur le dialogue social en 2020, afin de régler les situations délicates avant de mener des actions d’opposition telles que des expertises ou des contentieux.

Avec l’arrivée de la crise sanitaire, comment l’entreprise s’est-elle mise en ordre de marche pour fonctionner ? Avez-vous signé de nouveaux accords, mis en place de nouveaux dispositifs ?

Les mesures liées à la crise n’ont pas été trop compliquées à mettre en œuvre pour les entreprises industrielles car il existait déjà de nombreuses règles de sécurité, de qualité. Ce sont essentiellement les adaptations des entrées et sorties des salariés qui ont fait l’objet de discussions. Afin de les organiser, nous avons signé un accord sur le temps de travail, tout en acceptant que nos collaborateurs soient payés au même niveau en travaillant vingt minutes de moins chaque jour.

Propos recueillis par Roxane Croisier

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Création du cabinet Exso

Création du cabinet Exso

Gépy Koudadje lance Exso, nouveau cabinet de niche en droit social qui ouvrira ses portes en janvier prochain au 219, rue Saint-Honoré à Paris. Partic...

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cet été, le fonds new-yorkais KKR prenait une participation dans l’éditeur de logiciels lyonnais, sur la base d’une valorisation de 5,5 milliards d’eu...

La Ligue contre le cancer se met au service des entreprises et de leurs salariés

La Ligue contre le cancer se met au service des entreprises et de leurs salariés

Le cancer représente un nouveau défi économique et humain pour les entreprises. En effet, sur 1 000 nouveaux cas diagnostiqués par jour, 400 concernen...

Earth Avocats crée un département droit social, avec l'arrivée de Sandra Chapart en qualité d’associée

Earth Avocats crée un département droit social, avec l'arrivée de Sandra Chapart en qualité d’associ...

Le cabinet poursuit sa stratégie de croissance et d’enrichissement de son offre en accueillant Sandra Chapart en qualité d’associée, pour constituer e...

Robert Walters Management de Transition renforce sa division Opérations avec l’arrivée de Lionel Soubie

Robert Walters Management de Transition renforce sa division Opérations avec l’arrivée de Lionel Sou...

Robert Walters Management de Transition continue de renforcer ses équipes pour accompagner les entreprises et groupes industriels avec l’arrivée de Li...

Ariane Muraour (Transavia) : "Accompagner une croissance forte"

Ariane Muraour (Transavia) : "Accompagner une croissance forte"

Transavia est la filiale du groupe Air France-KLM qui a le mieux performé pour le troisième trimestre financier. Avec un résultat opérationnel positif...

Victoires des Leaders du Capital humain : ce qu’il faut retenir de la 8ème édition

Victoires des Leaders du Capital humain : ce qu’il faut retenir de la 8ème édition

Le 18 novembre 2021 se tenait la huitième édition des Victoires des Leaders du Capital Humain au Pavillon d’Armenonville, à Paris.

Les flottes s’ouvrent au monde d’après

Les flottes s’ouvrent au monde d’après

L’arrivée des voitures électriques et hybrides dans les flottes d’entreprises et le développement de nouvelles offres de mobilité poussent les société...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte