Henri Poupart-Lafarge, l'élément moteur d'Alstom

PDG du groupe ferroviaire depuis 2016, Henri Poupart-Lafarge actait en janvier dernier le rachat de Bombardier Transport. Une fusion qui lui permet d’être aujourd’hui à la tête du numéro un de son secteur en Europe.

PDG du groupe ferroviaire depuis 2016, Henri Poupart-Lafarge actait en janvier dernier le rachat de Bombardier Transport. Une fusion qui lui permet d’être aujourd’hui à la tête du numéro un de son secteur en Europe.

Chez les Poupart-Lafarge, la réussite est une affaire de famille. Petit-fils d’un polytechnicien docteur en droit, fils d’un diplômé d’HEC, Henri Poupart-Lafarge, PDG d’Alstom depuis 2016, a, lui, connu les bancs de l’X, de l’École nationale des ponts et chaussées et du prestigieux MIT. Son père, Olivier, opéra en tant que numéro deux de Bouygues, groupe qui fut ni plus ni moins actionnaire majoritaire… d’Alstom. À ce titre, le chef de clan siégeait au conseil d’administration de la société que dirige désormais son fils. Dans la famille Poupart-Lafarge, citons également le frère, Arnaud, DG de Galliance et ancien CEO de Nexans, un autre leader de l’industrie.

Retour au CAC 40

Henri Poupart-Lafarge, 52 ans, connaît très bien le secteur des transports, lui qui exerce au sein du groupe depuis 1998. Cette expérience dans le privé venait alors compléter un parcours dans le public puisque le dirigeant commence sa carrière à la Banque mondiale à Washington avant de rejoindre Bercy. Chez Alstom, il occupe des postes transverses comme celui de directeur financier ou de patron de secteur. Une expérience de la mobilité qui a valu à Henri Poupart-Lafarge d’être cité dans la presse comme potentiel successeur de Carlos Ghosn à la direction générale de Renault en 2019. Mais, point de départ pour ce discret patron qui, cette même année, était renouvelé à son poste pour quatre ans.

 La progression de la capitalisation boursière du groupe de transports lui a permis de réintégrer le CAC 40 en 2020

En 2020, la progression de la capitalisation boursière d’Alstom permet à l’entreprise de réintégrer le CAC 40, prenant ainsi la place de l’hôtelier Accor. Sa croissance pour les années à venir devrait être portée en partie par son rapprochement avec un autre spécialiste du ferroviaire, le canadien Bombardier, une fusion à 5,3 milliards d’euros définitivement sur les rails depuis janvier dernier. Grâce à elle, Alstom devient le numéro un en Europe et le numéro deux mondial de son secteur, derrière le chinois CRRC. Valeur de leur carnet de commandes post rapprochement ? 75,4 milliards d’euros.  

Plan stratégique

En juillet de cette année, Henri Poupart-Lafarge présentait son plan stratégique, une feuille de route ouvrant "un nouveau chapitre" dans l’histoire du groupe et qui répond "à l’accélération historique des besoins de mobilité durable et verte à travers le monde". "D’ici 2025, nous aurons crû significativement au-dessus du marché, explique le PDG. Nous aurons aussi défini de nouveaux standards pour la mobilité verte et intelligente, à la fois en termes de durabilité, d’innovation et de rentabilité." Pour progresser dans ces domaines, la société aux 9 500 brevets entend renforcer ses investissements en R&D (500-600 millions d’euros en 2024/2025, soit environ 3 % du chiffre d’affaires). Le tout pour rester dans la course des meilleurs de son secteur, avec comme objectif affiché un taux de croissance annuel moyen de son chiffre d’affaires supérieur à 5 % et l’extension de sa part de marché globale de 5 points de pourcentage.

Les trains à hydrogène font partie de cette politique de développement. D’abord lancés en Allemagne en 2018, les premiers modèles commencent à se faire une place en France. En avril, la SNCF commandait douze trains bi-mode électrique-hydrogènes pour 190 millions d’euros. Des succès qui prouvent qu’Henri Poupart-Lafarge est toujours sur la bonne voie.

Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Les 100 meilleurs dirigeants France et International 2021

Pour la quatrième année consécutive, Décideurs publiera en septembre son classement des 100 Meilleurs Dirigeants France et international. Un palmarès inédit qui couvre les différents secteurs de l’économie et les cinq continents. Découvrez dès cet été les premières personnalités qui ont tiré leur épingle du jeu.
Sommaire
Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

Adyen, la mondialisation réussie

Adyen, la mondialisation réussie

La fintech dirigée par Pieter van der Does s’adresse aussi bien aux petits commerces qu’aux multinationales. Une stratégie couronnée de succès puisque...

Mirakl, la révolution du e-commerce

Mirakl, la révolution du e-commerce

Le spécialiste des logiciels de création de marketplaces est leader dans son secteur. Une réussite française que son cofondateur et CEO explique par u...

L'Europe accélère... trop tard ?

L'Europe accélère... trop tard ?

Malgré des tours de table de plus en plus ambitieux, l’écosystème technologique européen accuse un sérieux retard sur les géants américains et chinois...

Le site Leaders League fait peau neuve et s’étoffe

Le site Leaders League fait peau neuve et s’étoffe

Quelques mois après une mise à jour de son interface, le site leader dans la recherche de classements et de sociétés poursuit son développement.

Mallorie Sia, l’énergie nouvelle génération

Mallorie Sia, l’énergie nouvelle génération

Cette diplômée de HEC a déjà une belle carrière derrière elle puisque dès ses 25 ans elle cédait son entreprise à Treatwell avant de rejoindre Deliver...

Gafam - BATX. Le marché des empereurs

Gafam - BATX. Le marché des empereurs

Valorisations stratosphériques, chiffres d’affaires dopés par les confinements, politiques publiques en leur faveur, les Gafam et les BATX règnent en...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte