Hélène Falchier (CNP Assurances) : « Les gérants ont fait des progrès en matière de reporting et de transparence »

À la tête du capital-investissement de CNP Assurances depuis 2009, Hélène Falchier a largement œuvré pour faire entrer l’assureur dans le club des cinquante premiers investisseurs institutionnels mondiaux dans les fonds de private equity. Elle partage avec nous sa vision du marché.

© Dominique Croizet

À la tête du capital-investissement de CNP Assurances depuis 2009, Hélène Falchier a largement œuvré pour faire entrer l’assureur dans le club des cinquante premiers investisseurs institutionnels mondiaux dans les fonds de private equity. Elle partage avec nous sa vision du marché.

Décideurs. Comment expliquez-vous les levés records enregistrées par le private equity ?

Hélène Falchier. Il n’y a pas de mystère : ce sont les performances qui font que le capital-investissement est devenu une classe d’actifs aussi attractive. Les fonds ont démontré qu’ils pouvaient afficher sur une longue période et même pour des millésimes difficiles des rendements supérieurs à 10 %.

Comment a évolué la relation avec les gérants ?

Hélène Falchier. Elle ne cesse de s’améliorer. Les fonds européens ont fait un travail remarquable. Les gérants ont fait notamment beaucoup de progrès en matière de reporting et de transparence. Ils prennent également activement part aux réflexions en matière de critères ESG. Les gérants ne l’intègrent pas seulement pour faire plaisir aux LPs, cela fait vraiment partie de leur stratégie.

"En termes de performance, les gérants européens font jeu égal avec leurs homologues américains"

Pensez-vous que les fonds européens ont rattrapé leur retard par rapport à leurs homologues américains ?

Du point de vue de la taille des fonds, les États-Unis ont toujours une longueur d’avance. Mais cela n’a rien d’anormal, le marché du private equity a débuté là-bas et c’est aujourd’hui un marché très profond. En revanche, en termes de maturité et de performance, les gérants européens et français font jeu égal. Ils n’utilisent plus des modèles calqués sur leurs grands frères américains, ils ont réussi à prendre leur indépendance. Les fonds européens ont été par exemple les premiers à soutenir l’économie collaborative et cela fonctionne désormais très bien.

Propos recueillis par Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Les milliards du private equity

Les levées records réalisées au cours de l’été dernier ont une nouvelle fois placé le private equity sous le feu des projecteurs. Peu connu du grand public, ce secteur pâtit malheureusement d’une image négative, la surmédiatisation des « jumbos deals » et des fiascos financiers ayant contribué à alimenter les idées reçues. Ce dossier est l’occasion de démontrer que la plupart sont fausses ou inexactes.
Sommaire Private equity : une classe d'actifs de nouveau attractive Dominique Gaillard (Ardian) : « Nous assistons à une concentration du marché » Le private equity étend son emprise Thierry Timsit (Astorg) : « Nous contribuons plus que d'autres à la croissance des entreprises » Valorisation : un difficile retour à la normale Jean-Marc Le Roux (Bain) : « Il vaut mieux parler de marché européen » Private equity : une internationalisation éclair Paul Newsome (Unigestion) : « Une approche plus collaborative avec les GPs » Agnès Nahum (Access Capital) : « Nous assistons à une hausse des prix d’entrée sur le marché du buy-out »
Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cet été, le fonds new-yorkais KKR prenait une participation dans l’éditeur de logiciels lyonnais, sur la base d’une valorisation de 5,5 milliards d’eu...

M. de Bazelaire (HSBC) : "La réallocation du capital vers une économie régénérative est primordiale"

M. de Bazelaire (HSBC) : "La réallocation du capital vers une économie régénérative est primordiale"

Alors que plus de la moitié de l’économie mondiale dépend directement de la nature, l’Europe et la France font figure de bons élèves en matière de pri...

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Le marché des fusions-acquisitions n’a jamais été aussi florissant que depuis le deuxième semestre 2020. Même si ce dynamisme peut paraître incongru d...

Supernova Invest lance son fonds de deeptech late-stage de 145 millions d’euros

Supernova Invest lance son fonds de deeptech late-stage de 145 millions d’euros

Le fonds d’investissement Supernova Invest, spécialisé dans le secteur des entreprises en forte rupture technologique (deeptech), vient d’annoncer le...

J. Powell conserve son trône à la Fed

J. Powell conserve son trône à la Fed

Le 22 novembre dernier, le président américain Joe Biden reconduisait Jerome Powell à la présidence de la Fed. Grâce à cette manœuvre politique il pro...

Air France KLM, le cash évite le crash

Air France KLM, le cash évite le crash

Alors que l’arrivée de Benjamin Smith à la tête du groupe en 2018 donnait un nouveau souffle à la compagnie aérienne, celle-ci est touchée de plein fo...

Marie-Christine Coisne-Roquette, milliardaire discrète et ambitieuse

Marie-Christine Coisne-Roquette, milliardaire discrète et ambitieuse

Fille du fondateur du distributeur de matériel électrique Sonepar, Marie-Christine Coisne-Roquette cultive le secret et l’ambition. Depuis qu’elle en...

D. Baur (Pierre Fabre) : "Le détourage est toujours plus ardu que ce qui avait été anticipé"

D. Baur (Pierre Fabre) : "Le détourage est toujours plus ardu que ce qui avait été anticipé"

Le groupe Pierre Fabre a procédé à un recentrage d’activité en 2020 et notamment la cession d’une partie de ses activités de sous-traitance industriel...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte