H. Felbacq (Maison Cornette de Saint Cyr): "Oui, la mode est objet de collection"

Alors que les expositions consacrées aux grands couturiers se multiplient et battent des records d’affluence, la mode a pris une place d’importance sur le marché de l’art. S’il n’est plus rare de voir des pièces mythiques s’envoler pour des sommes astronomiques, les collectionneurs peuvent aussi compter sur des vêtements plus accessibles comme le confirme Hubert Felbacq, expert de la maison Cornette de Saint Cyr.

Alors que les expositions consacrées aux grands couturiers se multiplient et battent des records d’affluence, la mode a pris une place d’importance sur le marché de l’art. S’il n’est plus rare de voir des pièces mythiques s’envoler pour des sommes astronomiques, les collectionneurs peuvent aussi compter sur des vêtements plus accessibles comme le confirme Hubert Felbacq, expert de la maison Cornette de Saint Cyr.

Décideurs. Les expositions et les ventes de haute couture et de prêt-à-porter de luxe se multiplient depuis plusieurs années maintenant. La mode est-elle devenue un objet de collection comme un autre ?  

Hubert Felbacq. Tout dépend si l’on parle de haute couture ou de prêt-à-porter de luxe... Pour ce qui est de la haute couture, les collectionneurs existent depuis de nombreuses années, probablement depuis que les institutions ont compris que les pièces textiles faisaient partie de notre vie, de notre patrimoine et qu'elles racontent l'Histoire. Les ventes spécifiques sont, elles, arrivées de nombreuses années plus tard. Pendant très longtemps, ces pièces étaient offertes aux musées ou données à des œuvres. À partir du moment où quelques-unes de ces pièces ont été présentées à la vente et ont réalisé de véritables résultats, certains ont compris qu'il y avait un nouveau marché à conquérir. Dès lors, les ventes se sont succédé. Les ventes de produits de luxe ont également pris de l'essor dès les années 1990 et n'ont cessé de se développer. D’ailleurs, les ventes mono-produits se multiplient.  Dans les deux cas, il y a des collectionneurs qui gardent jalousement leurs découvertes, des collectionneurs volubiles, des revendeurs, des amateurs, mais aussi des femmes qui souhaitent obtenir des pièces qu'elles ne verront pas sur d'autres et des femmes à la recherche de la bonne affaire. Oui, la mode est objet de collection ! 

"L'ancienneté ne fait pas la valeur d’un vêtement"

Quels sont les principaux critères qui font la valeur d’un vêtement ?  

La question est complexe. Il y a le vêtement historique, très ancien, le vêtement muséographique qui correspond à l'histoire de la mode, puis le vêtement utilisable, celui dont les fibres des tissus permettent une utilisation. De façon générale, l'ancienneté n'est pas l'élément principal de définition de la valeur : il faut que le vêtement corresponde à la période la plus créative du couturier, la période pour laquelle la pièce reflète l'histoire du moment de sa création. 

Collectionner la mode implique-t-il des contraintes particulières ?  

Il est complexe de porter un vêtement de Gabrielle Chanel, d'Elsa Schiaparelli des années 1930, une robe de Poiret de 1910, sans que ces dernières s'altèrent. Mais c'est le choix du collectionneur ou de la collectionneuse. Les tissus sont devenus fragiles, difficilement nettoyables, les soies ou mousselines prennent vite des auréoles... Toutefois, un tailleur en tweed de Gabrielle Chanel des années 1950, une robe Courrèges ou Cardin de années 1960, au regard des tissus utilisés, sont parfois portés par des femmes souhaitant se distinguer de ce que portent les autres femmes.  

Selon votre expérience, qui sont les collectionneurs et quels vêtements ou accessoires ont particulièrement la cote ?  

Il n'y a pas d’âge, pas de sexe, pas de nationalité : un jeune collectionneur peut acquérir une robe trapèze d'André Courrèges des années 1960 mais il sera plus difficile pour lui d'obtenir une robe de Madeleine Vionnet. C'est surtout une question de moyens. De manière générale, les pièces historiques ou muséographiques – notamment les créations de Poiret, Lanvin, Chanel, Schiaparelli, Patou, Vionnet, Dior, Balenciaga, Balmain ou Fortuny – sont très recherchées, ainsi que les pièces des créateurs des années 1980/1990.  

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui souhaiterait se lancer dans une collection ?  

L’essentiel est de ne pas s'emballer sauf par la découverte d'un trésor… et cela arrive encore ! Je pense qu'il est important de donner une thématique pour ne pas s'éparpiller. Il vaut mieux acheter une pièce en très bel état que trois pièces en état moyen. Et ne pas oublier que l’idée principale est de se faire plaisir... 

Propos recueillis par Sybille Vié

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Investissements plaisir: pourquoi miser sur le street art, la mode et la BD

Alors que la crise sanitaire a bouleversé les marchés autant que les stratégies patrimoniales, l’heure est à la recherche de stabilité, de diversification et, bien sûr, de rendement. Une équation que l’investissement dans l’art pourrait bien être à même de résoudre. Car, loin des superstars de l’art contemporain abonnées aux records ou des grands maîtres anciens, une autre voie se dessine pour les collectionneurs passionnés, aux portefeuilles modérément fournis. En effet, au sein même du marché de l’art, la diversification bat son plein. Ces dernières années, ce sont la bande dessinée, la mode et le street art qui ont indéniablement tiré leur épingle du jeu. La création de départements dédiés au sein des maisons de vente en est la meilleure preuve. Moins guindés et en moyenne bien plus abordables, ces objets permettent d’assouvir une passion. Mieux, en les collectionnant, leurs propriétaires peuvent légitimement espérer en tirer une plus-value, à condition de fonctionner au coup de cœur et de se laisser conseiller.
Sommaire La mode gagne ses galons sur le marché de l’art Bandes dessinées : un investissement pour les nostalgiques E. Leroy (Artcurial) : "Acheter Tintin ou Astérix, c’est comme acheter du Van Gogh ou du Picasso" Le street art sort de la rue O. Guillerot (Aguttes): "Le grand avantage du street art, c’est que l’on peut rencontrer les artistes"
Pirola Pennuto Zei & Associati rejoint l’organisation internationale de cabinets Unyer

Pirola Pennuto Zei & Associati rejoint l’organisation internationale de cabinets Unyer

Unyer étend son réseau de cabinets internationaux à l’Italie en intégrant l’enseigne indépendante Pirola Pennuto Zei & Associati. Le réseau regrou...

Arst Avocats nomme une nouvelle associée

Arst Avocats nomme une nouvelle associée

Pauline Jacquemin Cuny est nommée associée au sein du cabinet Arst Avocats.

Avocats : lancement du réseau Junction

Avocats : lancement du réseau Junction

Hugues de La Forge et Sally El Sawah créent Junction, un réseau non exclusif d’avocats et de cabinets indépendants.

Sylvie Le Damany rejoint Adaltys en tant qu’associée

Sylvie Le Damany rejoint Adaltys en tant qu’associée

Adaltys attire l’avocate Sylvie Le Damany et en fait la septième associée de son bureau parisien. Elle intègre le cabinet avec son collaborateur Marti...

Gouvernance chez Bird & Bird : Emmanuelle Porte remplace Benjamine Fiedler

Gouvernance chez Bird & Bird : Emmanuelle Porte remplace Benjamine Fiedler

L’avocate spécialiste du corporate/M&A dans le secteur des sciences de la vie Emmanuelle Porte devient la co-managing partner des bureaux français...

Kramer Levin lance un département propriété intellectuelle

Kramer Levin lance un département propriété intellectuelle

Avec l’arrivée de l'avocate counsel Mathilde Carle, Kramer Levin équipe son bureau parisien d’une pratique consacrée à la propriété intellectuelle. Re...

Transport routier : le régulateur de la concurrence défend les plateformes numériques

Transport routier : le régulateur de la concurrence défend les plateformes numériques

Le 9 septembre, l'Autorité de la concurrence française (ADLC) a condamné une Bourse de fret, un groupement de transporteurs et des organisations syndi...

Chemarin & Limbour promeut en contentieux commercial

Chemarin & Limbour promeut en contentieux commercial

L’enseigne parisienne Chemarin & Limbour coopte Valentine Foucher-Créteau au rang d’associée au sein de son équipe chargée des contentieux d’affai...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte