H.de Balathier : "France compétences contribue à la performance globale en usant de son soft power"

H.de Balathier : "France compétences contribue à la performance globale en usant de son soft power"

Pièce maîtresse de la réforme Pénicaud, France compétences a fait son entrée en scène le 1er janvier 2019. Le point sur sa première année d’activité, et ses perspectives, avec Hugues de Balathier, directeur général adjoint.

Décideurs. Quel bilan faites-vous de la première année d’activité de France compétences ?

Hugues de Balathier. L’année 2019 a été particulièrement riche et consacrée en partie à mettre en place l’organisation interne de France compétences ainsi que son mode de gouvernance. Parmi les travaux à inscrire à son bilan figurent la détermination des niveaux de prise en charge des contrats d’apprentissage, la sélection des opérateurs régionaux du conseil en évolution professionnelle (CEP) ou encore la reconnaissance des instances de labellisation qui pourront délivrer la marque de certification « Qualiopi » au titre de leur propre démarche qualité.

Quel gage de qualité offrez-vous justement aux salariés qui choisiraient de suivre une formation certifiée ?

La rénovation de la politique de certification professionnelle conduit à améliorer la qualité de l’examen des dossiers de certification. La « valeur d’usage » des formations sur le marché du travail permet, par exemple, de vérifier la performance en matière d’insertion professionnelle. Les délais d’instruction ont été réduits pour tenir compte de l’évolution rapide du monde professionnel. Les programmes se rapportant aux métiers inscrits sur la liste des professions en forte évolution ou émergents bénéficient, entre autres, d’une dérogation au principe de l’analyse sur deux promotions.

Comment créer une synergie entre les différents acteurs de l’écosystème ?

France compétences n’est qu’un acteur parmi d’autres. Il contribue, néanmoins, à la performance globale en usant de son soft power qui consiste à émettre des recommandations sur l’efficacité du système. Il entretient des rapports plus étroits avec les Observatoires prospectifs des métiers et des qualifications (OPMQ) ou les Associations Transitions pro soit pour réfléchir à des méthodologies et des outils communs, soit pour travailler à une harmonisation des pratiques. La médiatrice intervient sur les dossiers de CEP et sur les projets de transition professionnelle. Nous procédons également à des enquêtes auprès des entreprises afin d’évaluer leur niveau de satisfaction vis-à-vis des offres de services des opérateurs de compétences (Opco).

Comment parvenez-vous à garantir la soutenabilité financière du système ?

Le mécanisme de répartition des contributions légales, centralisé à France compétences, représente une première garantie. Cela évite, par exemple, que des poches d’argent inutilisées se créent ou, à l’inverse, que des dispositifs qui fonctionnent bien manquent de financement. Par ailleurs, France compétences peut alerter les pouvoirs publics si nécessaire. Cette responsabilité invite à la plus grande vigilance face au boom de l’apprentissage qui a dépassé toutes les prévisions, mais pour lequel il convient d’assurer la durabilité du financement.

Marianne Fougère

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Leïla Grison (Publicis France) : "Faire progresser l'équité d'opportunités dans nos agences et dans les grandes écoles "

Leïla Grison (Publicis France) : "Faire progresser l'équité d'opportunités dans nos agences et dans...

Récemment nommée responsable de l’inclusion et des diversités au sein du groupe Publicis France, Leïla Grison s’empare de ces thèmes avec conviction....

Cyprien Batut :  "Nous ne devrions pas parler de Grande Démission mais de Grande Réallocation entre les emplois"

Cyprien Batut : "Nous ne devrions pas parler de Grande Démission mais de Grande Réallocation entre...

Chercheur affilié à la Chaire Travail de PSE-École d'économie de Paris, Cyprien Batut étudie de près les mutations du secteur de l’emploi avec l’émerg...

Karina Sebti, pionnière du management de transition

Karina Sebti, pionnière du management de transition

Figure incontournable du management de transition, Karina Sebti a été l’une des premières à reconnaître ce nouveau mode de recrutement comme un avanta...

Michel Krumenacker (Socomec) : "70% de nos résultats sont directement réinjectés au sein de l’entreprise"

Michel Krumenacker (Socomec) : "70% de nos résultats sont directement réinjectés au sein de l’entrep...

ETI internationale familiale fondée en 1922, Socomec vient de célébrer ses cent ans d’existence et d’indépendance. Avec un chiffre d’affaires de 604 m...

Message d’absence du bureau : modèles et exemples

Message d’absence du bureau : modèles et exemples

Pour beaucoup d'entre vous, l'heure du grand départ en vacances approche. Avant d'éteindre votre poste, n'oubliez pas de configurer votre messagerie p...

Reda Mahfoud, nouveau directeur général France de Malt

Reda Mahfoud, nouveau directeur général France de Malt

Le groupe spécialisé dans la mise en relation entre freelances et entreprises annonce la nomination d’un nouveau directeur général pour l’Hexagone.

Paule Boffa-Comby (ReThink & Lead) : "Un seul cerveau ne peut pas comprendre à lui seul les rouages de nos sociétés"

Paule Boffa-Comby (ReThink & Lead) : "Un seul cerveau ne peut pas comprendre à lui seul les rouages...

Paule Boffa-Comby est l’auteur de plusieurs livres sur le leadership et coache les dirigeants. En 2014, elle insuffle le mouvement ReThink&Lead qu...

V. Lefranc (Elior) : "Faire progresser une culture inclusive sur l’ensemble de nos sites"

V. Lefranc (Elior) : "Faire progresser une culture inclusive sur l’ensemble de nos sites"

Elior a signé la charte mondiale des Nations unies sur les principes d’autonomisation des femmes (Women’s Empowerment Principles) visant à promouvoir...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message