Guillaume-Olivier Doré (mieuxplacer.com) : « Le client demande plus de transparence »

L’Autorité des Marchés Financiers (AMF) publie début janvier le premier Baromètre de l’épargne et de l’investissement mettant en lumière un problème de confiance entre les épargnants et les intermédiaires. La majorité préfère ainsi gérer son épargne seule. Guillaume-Olivier Doré, CEO et fondateur de la plate-forme Mieuxplacer.com revient sur un système vieillissant, sur le point d’être révolutionné.

L’Autorité des Marchés Financiers (AMF) publie début janvier le premier Baromètre de l’épargne et de l’investissement mettant en lumière un problème de confiance entre les épargnants et les intermédiaires. La majorité préfère ainsi gérer son épargne seule. Guillaume-Olivier Doré, CEO et fondateur de la plate-forme Mieuxplacer.com revient sur un système vieillissant, sur le point d’être révolutionné.

Décideurs Magazine. Les Français sont-ils de grands épargnants ?

Guillaume-Olivier Doré. Oui, l’épargne totale des Français représente 11 000 milliards d’euros, dont 5 000 milliards d’épargne financière, soit quasiment 150 000 euros par foyer fiscal. C’est un marché énorme.

95 % des Français souhaitent gérer eux-mêmes leur épargne. Est-ce la preuve d’un manque de confiance envers les professionnels ?

Il faut noter la différence fondamentale entre ce que veulent les Français et ce qu’ils font, c’est un enseignement que nous tirons au travers de l’étude réalisée par mieuxplacer.com. Ils souhaitent à la fois maîtriser leur choix d’épargne et matérialiser l’endroit où leur argent est placé. 95 % d’intention n’est pas en réalité un chiffre important car la capacité de gérer seul son épargne est limitée. Il faut passer par un courtier. Or, ils sont considérés comme des contraintes, biaisés en termes de rémunération notamment. C’est pourquoi, de plus en plus de clients cherchent à comprendre de manière transparente combien leur coûte leur épargne afin de trouver l’offre la moins chère. La réglementation mise en place va obliger l’industrie à être transparente sur ces frais. Certaines compagnies d’assurances vie et intermédiaires n’en ont d’ailleurs absolument pas envie. C’est un réel big-bang qui se prépare en France, comme auparavant en Angleterre et en Hollande. Les clients demandent également plus de simplicité dans la souscription. L’acte a été compliqué à l’extrême pour le sacraliser mais ça n’est plus possible maintenant, notamment avec le digital : le courtier est devenu un commerçant comme les autres. On peut donc affirmer qu’il y a un problème de confiance dans le dispositif historique. Ce constat s’aggravera lorsque les clients constateront les montant parfois exorbitants des commissions de courtage perçues…

28 % seulement expriment un intérêt pour le placement « actions ». Comment expliquer ce « désamour » ?

Aujourd’hui, le niveau de culture sur l’épargne est presque nul. Non pas parce que les Français n’en ont pas envie, mais parce qu’ils n’en ont pas le besoin. En bref, les gens ne comprennent pas ce qu’est une action et se rabattent sur des produits qu’ils appréhendent mieux. Il y a seulement cent mille personnes qui achètent des actions en direct en France. Avec mieuxplacer.com, nous souhaitons améliorer cela et passons pour cela beaucoup de temps à faire de la pédagogie. La réglementation suit ce mouvement de transparence demander par le client. Nous constatons alors une légère amélioration de la confiance même si la retrouver complètement demandera du temps.

Emmanuel Macron met un coup de pied énorme dans la fourmilière et c’est très bien pour nous.

Comment faire alors pour attirer les Français vers les produits en action ?

Encore une fois, cela passe dans un premier temps par l’éducation du client, par le regain de confiance mais par le biais de produits adaptés. Le contrat d’assurance vie « Euro Bonnifié », dont la sortie serait prévue avant l’été, par exemple. Le capital du client est garanti sous condition : une partie de l’argent placé l’est dans des actions. Certes il n’y a plus d’avantages fiscaux, mais c’est dorénavant la performance réelle du produit qui comptera et servira en même temps, à l’amélioration de l’économie française. Emmanuel Macron met un coup de pied énorme dans la fourmilière et c’est très bien pour nous. Il faut pousser les Français vers les actions en leur assurant un avantage. Malgré le fait que la garantie n’est pas vraiment réelle à cause de l’inflation, le Fonds Euro bonifié est intellectuellement séduisant. Ce nouveau produit va rendre service à tout le monde, ne restera plus qu’à l’industrie de savoir le pousser, ou le tuer dans l’œuf comme le produit « Eurocroissance » : Cela sera un bon test de la capacité de l’industrie de l’épargne à accompagner le mouvement demandé par les clients et que le gouvernement pousse de ses vœux…

Est-ce que les robot advisor peuvent améliorer l’accès des Français aux différents produits d’épargne et la démocratiser ?

Le robot est un produit en tant que tel mais clairement pas un produit grand public. Appelé produit ETF tracker, il est complexe. Au vu de la nature profonde de l’épargnant français, il ne pourra pas démocratiser l’épargne car encore une fois la demande est : simplicité et compréhension.

Propos recueillis par Morgane Al Mardini

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

McKinsey se sépare de son patron

McKinsey se sépare de son patron

Les associés du cabinet de conseil n’ont pas voté le renouvellement du mandat de Kevin Sneader, selon le Financial Times. Le rôle joué par la firme am...

X. Desmaison (Antidox) & J.-M. Bally (Aster) : "Le grand sujet, c’est de repenser le fonctionnement des entreprises"

X. Desmaison (Antidox) & J.-M. Bally (Aster) : "Le grand sujet, c’est de repenser le fonctionnement...

Xavier Desmaison, président du groupe de stratégie de communication Antidox, et Jean Marc Bally, fondateur du fonds de venture capital Aster, ont réce...

F. Rech (McAfee) : "Je recherche des personnes avec des capacités d’innovation"

F. Rech (McAfee) : "Je recherche des personnes avec des capacités d’innovation"

Fondée en 1987 à San Jose, McAfee est un éditeur de logiciels connu notamment pour ses solutions en matière de cybersécurité. Les équipes doivent sans...

P. Prouvost (Pernod Ricard) : " Les consommateurs se dirigent vers les marques artisanales"

P. Prouvost (Pernod Ricard) : " Les consommateurs se dirigent vers les marques artisanales"

Pernod Ricard a réalisé pas moins d’une douzaine d’acquisitions ces cinq dernières années. Philippe Prouvost, son directeur stratégie et M&A, déta...

Ardian cède Photonis à HLD

Ardian cède Photonis à HLD

Le fonds Ardian va finalement céder le spécialiste français de la vision nocturne Photonis à HLD pour 370 millions d’euros. Une opération qui met fin...

Jean-Pierre Mustier lance son Spac

Jean-Pierre Mustier lance son Spac

L'ancien patron d'Unicredit succombe lui aussi à la mode du Spac. C'est avec le concours de Tikehau Capital, Financière Agache et Diego De Giorgi que...

P. de Passorio (Adyen) : "Il ne faut jamais se couper du marché"

P. de Passorio (Adyen) : "Il ne faut jamais se couper du marché"

Né en 2006, introduit en Bourse en 2018, Adyen, spécialiste des solutions de paiement, d’origine hollandaise, revendique une organisation agile. Phili...

F. Lemery (Legrand) : "La performance RSE du groupe aide la performance financière"

F. Lemery (Legrand) : "La performance RSE du groupe aide la performance financière"

Le groupe Legrand fait figure de précurseur en matière de responsabilité sociétale des entreprises. Son directeur financier, Franck Lemery, dresse le...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte