Guillaume Decroix (MESRI) : « Grâce à la dévolution, l'université est devenue un interlocuteur qui crée la cité »

Sous-directeur de l'immobilier au sein du Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, Guillaume Decroix est en première ligne en ce qui concerne la dévolution du patrimoine immobilier universitaire. Il fait un point sur la deuxième vague de dévolution en cours et sur les prochaines étapes.

Sous-directeur de l'immobilier au sein du Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, Guillaume Decroix est en première ligne en ce qui concerne la dévolution du patrimoine immobilier universitaire. Il fait un point sur la deuxième vague de dévolution en cours et sur les prochaines étapes.

Pouvez-vous nous faire un point de situation ?

En 2016, nous avons lancé un appel à candidatures pour une deuxième vague de dévolution. Onze universités ont répondu et ont été auditées. Parmi celles-ci, quatre ont obtenu le feu vert pour activer le processus de dévolution : Aix-Marseille, Bordeaux, Caen et Tours. L'échantillon était particulièrement intéressant, avec des petites et des grandes, une bonne répartition géographique, certaines intégrées à la ville et d'autres en dehors. Les procédures ont commencé courant 2017.

Pourquoi avoir lancé cette deuxième vague ?

Un rapport de l'inspection générale a dressé un bilan extrêmement positif de la première vague, et ce bien au-delà de la simple dimension budgétaire : c'est toute la posture politique de ces universités, vis-à-vis de leur environnement qui a changé. Grâce à la dévolution, l'université n'est plus simplement une dépendance de l'Etat, elle est désormais devenue un interlocuteur qui crée la cité. N'oublions pas que bien souvent, dans une métropole, l'université pèse 10 % de la population. Elle est donc un élément essentiel qui fait le lien entre cette population et le tissu économique local.

Quelles sont les conditions pour obtenir ce feu vert ?

L'université concernée doit avoir parfaitement identifié son parc immobilier et avoir mis en place un SPSI (schéma pluriannuel de stratégie immobilière), validé par le MESRI et par la direction immobilière de l'Etat, au niveau local et national. Cela garantit que la dévolution s'inscrive dans une vision politique globale de long terme, et non par effet d'aubaine.

Ensuite ?

Aix-Marseille a signé une convention de dévolution, ensuite, un arrêté ministériel viendra entériner la décision. Puis, une période d'un an viendra pour tout régler au niveau administratif, avec les actes notariés. (passage du chapitre politique au chapitre administratif). Bordeaux suit juste derrière, l'examen de son dossier viendra à l'été. Caen à l’automne et enfin Tours en fin 2020.

Qu'en est-il de l'accompagnement financier pour cette deuxième vague ? La dotation est-elle toujours d'actualité ?

Pour ces quatre universités, nous avons préféré maintenir les financements existants : CPER (contrat de plan Etat-région) et financement immobilier pour la sécurité et accessibilité. Entre une université qui bénéficie de la dévolution et une autre, il n'y a aucune différence de traitement au niveau financier !

Comment les universités peuvent-elles valoriser leur patrimoine immobilier et foncier ?

Nous avons modifié le code général de la propriété des personnes publiques (CG3P), qui permet aux universités, au-delà d'une simple vente, de valoriser leur patrimoine. Location de locaux, co-exploitation d'une activité... les possibilités sont multiples ! Nous essayons de montrer que l'université peut devenir une marque pour attirer professeurs, chercheurs et étudiants.

Mais n'y a-t-il pas là un risque que l'université s'éloigne de sa mission d'intérêt public ?

La première des régulations reste interne : la démocratie qui existe au sein des conseils d'administration d'université, composés d'étudiants, du corps enseignant et de représentants syndicaux, est le meilleur garde-fou. Les présidents sont très attentifs à être très mesurés dans leurs expérimentations ! Quant à nous, nous resterons des conseillers privilégiés pour les opérations d'ampleur, en allant toujours dans le sens de l'autonomie : l'université doit nous considérer comme des sparring partners plutôt que des censeurs.

Quelles sont les prochaines étapes ? A quand la généralisation de la démarche ?

Cette deuxième vague appelle la continuation d'un cycle de dévolution pluriannuel qui aurait vocation à embarquer toutes les universités désireuses de se lancer dans l'aventure. On va ouvrir, à priori fin 2019, un cycle de dévolution qui se fera au fil de l'eau (ndlr : sans appel à manifestation d'intérêt). C'est beaucoup plus facile pour nous, avec près de 200 établissements concernés. On sent que c'est le sens de l'histoire : si cela fonctionne, c'est parce que c'est avant tout l'expression de la volonté locale. Nous sommes uniquement là pour la fluidifier, c'est aussi cela le rôle de l'Etat stratège.

Propos recueillis par Boris Beltran

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Dévolution de l' immobilier universitaire : un pas de plus vers l'autonomie

Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, l'a récemment annoncé : l'Etat souhaite donner un coup d'accélérateur aux initiatives de dévolution du patrimoine immobilier universitaire. Avec les grands acteurs du sujet, la rédaction de Décideurs décrypte une démarche visant à permettre aux établissements de reprendre la main sur leurs actifs et ainsi à les valoriser en mettant en place de véritables stratégies de long terme.
Sommaire P. Denise (UniCaen) : "Le processus de dévolution prend du temps mais il n’est pas compliqué" M. Tunon de Lara (Université de Bordeaux) : "Nous avons individualisé une trentaine d’hectares pouvant être valorisés" Olivier Laboux : « La CPU a imaginé le PEEC2030 pour inscrire les universités dans un cercle vertueux » Hubert Briand (Caisse des Dépôts) : « L’absence de stratégie sur l’immobilier universitaire devient problématique » Corinne Mascala (Toulouse 1 Capitole) : « En lançant des opérations immobilières, on ne sacrifie pas notre mission » Laurent Brizzi (Université de Poitiers) : « La dévolution a changé le regard sur l'université » Simon Larger (Région Île-de-France) : « L’autonomie des universités doit s'inscrire dans une approche économique globale » Elodie Auda (Université Côte d’Azur) : « Même sans dévolution, nous investissons dans des projets de long terme » V. Roussel : "Nous offrons à l'Etat une sécurité juridique"
Yoann Choin-Joubert, authentique entrepreneur

Yoann Choin-Joubert, authentique entrepreneur

Yoann Choin-Joubert ne laisse personne indifférent dans le monde de la promotion. Et pour cause : il ne fait rien comme personne, suivant sa propre tr...

Julien Pemezec, la vie en bois

Julien Pemezec, la vie en bois

En tant que président du directoire de Woodeum, Julien Pemezec est à l’avant-garde d’une aventure qui a vocation à transformer notre manière de constr...

La veille urbaine du 5 mars 2021

La veille urbaine du 5 mars 2021

L’Est du quartier Flaubert qui commence sa métamorphose à Rouen, « Le 168 » d’AG2R La Mondiale à Neuilly-sur-Seine qui acquiert le label WiredScore Go...

Séverine Chapus devient membre du directoire de BNP Paribas Real Estate

Séverine Chapus devient membre du directoire de BNP Paribas Real Estate

Chargée du développement des grands projets mixtes depuis 2018 chez BNP Paribas Real Estate, Séverine Chapus intègre le directoire suite à la fusion d...

La veille urbaine du 4 mars 2021

La veille urbaine du 4 mars 2021

Le marqueur de fermeture des centres commerciaux passe de 20 000 m² à 10 000 m² dans les départements à risque, la nomination de Séverine Chapus au di...

Sophie Rosso, promotrice de sens

Sophie Rosso, promotrice de sens

Après être passée par Bouygues Immobilier, la mairie de Paris et Quartus, Sophie Rosso vient de rejoindre le promoteur Redman. Un parcours guidé par s...

La veille urbaine du 3 mars 2021

La veille urbaine du 3 mars 2021

Gulf Islamic Investments qui signe son entrée sur le marché français en acquérant la tour Altaïs à Montreuil, les territoires urbains prêts à investir...

Bye Bye le bail classique, bienvenue dans le flexible

Bye Bye le bail classique, bienvenue dans le flexible

Bonjour télétravail ! Depuis un an, le monde de l’entreprise entrait à marche forcée dans l’ère du travail à distance. En 2021, et avec une situation...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte