La visite de Greta Thunberg à l'Assemblée nationale fait polémique

Effet de mode gonflé aux réseaux sociaux pour les uns, icône incontestée d’une nouvelle génération pour les autres, Greta Thunberg n’en finit pas de défrayer la chronique. Sa venue à l'Assemblée nationale fait débat.

Greta Thunberg à l'Assemblée nationale : la polémique

Bundestag, ONU… À 16 ans, Greta Thunberg s’est déjà exprimée dans de nombreux lieux de pouvoir. Elle doit prendre la parole à l’Assemblée nationale le mardi 16 juillet. Mais de nombreux députés ne l’entendent pas de cette oreille. Ainsi, l’élu LR du Vaucluse ne compte pas « applaudir une prophétesse en culotte courte » qu’il qualifie de « prix Nobel de la peur ». Guillaume Larrivé, député LR de l’Yonne appelle pour sa part à boycotter la prise de parole de la jeune suédoise de 16 ans.

Dans les rangs de la majorité, l’initiative fait elle aussi débat. Ainsi, si le député de Paris Sylvain Maillard affiche son scepticisme. Mais Gabriel Attal secrétaire d’État à la jeunesse défend sa venue et déplore une discrimination liée à son jeune âge.

Bouleverser les certitudes

La jeune Suédoise bouscule ­l’ordre établi du green washing politique pour dénoncer non ­seulement ­l’inaction mais aussi l’incohérence des ­puissants et les ­sommer d’agir en faveur de la planète. Aux discours bien rodés des adultes, elle oppose le bon sens d’un enfant. ­Implacable de pragmatisme, impressionnant de lucidité. Portrait d’une authentique indignée convertie en leader planétaire.

Elle a tout juste seize ans, deux tresses qui lui en font paraître douze et, dans le regard, une détermination à toute épreuve. Depuis des mois, Greta Thunberg, visage grave et mots justes, lève les foules et interpelle les puissants. Le credo de cette jeune Suédoise totalement inconnue des médias il y a encore un an : sauver la planète en contraignant les politiques à agir en faveur du climat. De quoi faire sourire ? Dans les premiers temps, sans aucun doute. Lorsque, fin août 2018, elle entreprend, seule et armée de sa pancarte « grève scolaire pour le climat », de sécher l’école le vendredi pour aller s’asseoir devant le parlement de Stockholm en signe de protestation contre le non-respect des accords de Paris. Sauf que, depuis, la jeune ­activiste a fait des émules ; et pas uniquement sur les réseaux sociaux. À ses 250 000 abonnés sur Twitter et quelque 300 000 sur Instagram, se sont ajoutés les milliers de jeunes qui, partout dans le monde, ont rallié son mouvement #Fridaysforfuture.

Et puis il y a eu la COP24 où, en décembre dernier, elle rencontre le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres ; Davos, où son discours fait sensation, puis Paris où, le 22 février, elle est reçue par le ­président Macron avant de lancer un appel à la grève qui, le 15 mars, est suivi dans plus de 120 pays. De quoi mettre un terme aux ricanements en faisant passer Greta Thunberg du statut de curiosité locale à celui de phénomène mondial.

Pragmatisme

Au cœur de la fascination qu’elle suscite, il y a l’âge, bien sûr. Mais surtout il y a le discours. Cette parole simple, percutante, qui pointe les incohérences et dénonce les contradictions des puissants censés savoir et faire au mieux. Cette capacité à ­opposer à la rhétorique bien rodée des adultes le bon sens d’un enfant, dérangeant de sincérité, implacable de ­pragmatisme. « Vous dites que vous aimez vos enfants par-dessus tout, et pourtant vous volez leur futur sous leurs yeux », lance-t-elle ainsi il y a quelques semaines devant un parterre de ­dirigeants et politiques avant de les interroger : « Vous nous dites d’aller à l’école mais pourquoi apprendre si nous n’avons pas d’avenir ? » De quoi faire voler en éclats éléments de langage et ­promesses vertueuses autour de l’environnement, de l’urgence d’agir et, pourtant, de la nécessité d’attendre. Greta Thunberg, elle, ne veut pas attendre. Elle a peur et elle entend ­communiquer cette peur aux décideurs du monde entier. « Je ne veux pas que vous soyez plein d’espoir, leur assène-t-elle à Davos. Je veux que vous paniquiez. Je veux que vous agissiez comme si la maison était en feu ; car c’est le cas. » Et aux pondérés qui préconisent la voie des urnes, elle répond : « Mais que faire quand il n’y a pas de volonté politique ? » Imparable.

« Cadeau »

Certains y voient de la naïveté, d’autres du pragmatisme. Dans la seconde catégorie, Corinne Lepage, pour qui la force du phénomène Greta Thunberg tient précisément en cela : une capacité à dynamiter le « cynisme ambiant » qui décrédibilise les discours convenus. « À peine sortie de l’enfance, elle apparaît dotée d’une conscience et d’un courage exceptionnels, estime l’ex-ministre de l’environnement et présidente de CAP21. Avec ses questions simples et directes, elle casse le déni sur lequel repose le fonctionnement de nos sociétés ; elle a la jeunesse, le talent, le culot… » Et une forme de désinhibition qui, ajoutée à une clairvoyance absolue, lui confère une force de persuasion inédite. Un atout auquel un syndrome Asperger, diagnostiqué il y a quelques années, n’est sans doute pas étranger. C’est en tout cas l’avis de la jeune militante qui le revendique aujourd’hui comme « un cadeau », voyant dans cette particularité un vecteur de lucidité et d’audace. « Si j’avais été comme tout le monde, je serais restée coincée dans le jeu social, et j’aurais continué comme avant, sans me rendre compte de la situation, déclarait-elle ainsi dans une interview récente. Mais ma différence m’aide à voir le monde sous un autre angle. » À percevoir une menace imminente là où d’autres ne voient que matière à démagogie ­politique ou alibi marketing.

Leader

À l’origine de cette prise de conscience aiguë, la découverte, enfant, d’images d’ours polaires affamés et de plastique flottant sur l’océan qui la choquent par la réalité environnementale qu’elles révèlent et par le laxisme politique qu’elles suggèrent. « J’ai trouvé très étrange qu’une crise existentielle menace notre civilisation et que, pourtant, on n’en fasse pas notre priorité », explique celle qui, après une phase de dépression, décide de convertir son mal-être en action. « Je me suis dit qu’être déprimée était une perte de temps. Que je ferais mieux de faire quelque chose de bien de ma vie. Faire bouger les choses. » Ce à quoi elle s’emploie aujourd’hui avec, pour seule arme, la force de cette indignation et le charisme inédit qu’elle lui confère, agaçant bon nombre de costumes gris qui crient volontiers à la manipulation de communicants ou à la récupération politique, et réveillant les autres. Ces milliers de jeunes qui, partout dans le monde, voient en elle un authentique leader doublé d’un symbole de résistance, estime Corinne Lepage pour qui Greta Thunberg a mis en mouvement une jeunesse en libérant chez elle « quelque chose qui était là et qui n’osait s’exprimer ». Une révolte ; une colère. Et autre chose aussi. « Cette conviction que tout est possible et qu’on peut changer l’ordre établi qui, parfois, note l’ex-ministre, survient chez les jeunes générations à qui on a toujours répété "c’est impossible" et qui, pour certaines, passent outre ». C’était le cas avec mai 1968, estime-t-elle. Et ça l’est à nouveau aujourd’hui.

Caroline Castets

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

LegalPlace fait grandir son équipe

LegalPlace fait grandir son équipe

La start-up du droit LegalPlace recrute Gatien Aujay, un ancien de Mano Mano, au poste de responsable SEO.

L’Europe, terre de protection des données personnelles

L’Europe, terre de protection des données personnelles

Depuis l’adoption du RGPD le 14 avril 2016, les pays membres de l’Union européenne peuvent sanctionner les entreprises et institutions publiques non c...

Marie-Laure Denis, la diplomate de la donnée

Marie-Laure Denis, la diplomate de la donnée

À la tête de la Cnil (Commission nationale informatique et libertés) depuis février, Marie-Laure Denis connaît bien le monde de la régulation. Grâce à...

Rentrée politique : la plume fait le poids

Rentrée politique : la plume fait le poids

Les années passent et nos élus continuent de publier des ouvrages pour se faire connaître, montrer leur expertise ou attaquer leurs concurrents qui se...

Cécile Duflot (Oxfam France) : "Un nouveau pilotage des actifs financiers est possible"

Cécile Duflot (Oxfam France) : "Un nouveau pilotage des actifs financiers est possible"

Ancienne ministre et désormais directrice générale de l’ONG Oxfam France, Cécile Duflot a défendu sa vision de l’économie, lors de l’université d’été...

Voici pourquoi l’UDI soutient Benjamin Griveaux

Voici pourquoi l’UDI soutient Benjamin Griveaux

Le parti dirigé par Jean-Christophe Lagarde se range derrière LREM dans la capitale. Un soutien bienvenu qui pourrait être monnayé au prix fort : l’ab...

Université d’été du Medef : quand le capitalisme cherche à faire peau neuve…

Université d’été du Medef : quand le capitalisme cherche à faire peau neuve…

Les 28 et 29 août s’est tenue la Ref, l’université d’été du Medef. Un événement qui est consacré à l’état des lieux du capitalisme en temps de crise.

Université d’été du Medef : la stabilité fiscale, utopie française ?

Université d’été du Medef : la stabilité fiscale, utopie française ?

Trop lourde, trop complexe et trop instable, la fiscalité française est régulièrement pointée du doigt pour expliquer le manque d’attractivité du pays...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message