Grégory Louis (Entomo Farm) : « Notre farine d’insectes pourra être utilisée dans l’alimentation humaine »

Pionnière du concept d’élevage d’insectes pour l’agroalimentaire, la start-up Entomo Farm, basée à Blanquefort, en région Bordelaise, vient de réaliser un premier tour de table qui lui a permis de lever 1,2 million d’euros, dont 900 000 sur le site de crowdfunding Sowefund. Une réussite à la hauteur des ambitions du projet. Son fondateur, Grégory Louis, revient sur sa stratégie.

Pionnière du concept d’élevage d’insectes pour l’agroalimentaire, la start-up Entomo Farm, basée à Blanquefort, en région Bordelaise, vient de réaliser un premier tour de table qui lui a permis de lever 1,2 million d’euros, dont 900 000 sur le site de crowdfunding Sowefund. Une réussite à la hauteur des ambitions du projet. Son fondateur, Grégory Louis, revient sur sa stratégie.

Décideurs. Comment allez-vous utiliser les 1,2 millions d'euros levés ?

 

Grégory Louis. D’abord, cela va nous servir à accélérer notre stratégie de R&D, de manière à conserver notre avancée technologique et à agrandir le nombre d’espèces sur lesquelles nous travaillons. Nos méthodes sont aujourd’hui uniques, elles nous permettent d’optimiser à la fois la qualité de notre produit mais aussi le temps de production. En interne, cette augmentation de capital est l'occasion de recruter quatre nouveaux salariés qui viendront s’ajouter aux six personnes qui constituent déjà l’équipe. Concernant nos infrastructures, notre site de production bordelais va être agrandi de cinquante-six à cent mètres carrés. Cela va nous faire gagner en efficacité, en élargissant par exemple nos zones de production automatisée et de transformation. En terme de positionnement, cet argent va également nous donner la possibilité de nous implanter à l’international, notamment en Afrique de l’Ouest, mais aussi en Asie, où nous pensons ouvrir un bureau pour être plus proche de nos clients.

                                                                                                    

Décideurs. Quels avantages présente l’utilisation de farine d’insectes ?

 

G. L. Ce qui est important de comprendre, c’est que notre concept propose un système de production aussi sain que fiable sur le long terme. Notre produit est durable et permet aux clients de se projeter. Économiquement parlant, les coûts de farine d’insectes sont stables et dérogent aux fluctuations engendrées par les phénomènes de catastrophes naturelles. L’autre intérêt majeur à distribuer de la farine d’insectes, c’est la préservation de l’équilibre écologique. La production d’insectes permet de protéger la nature, sans parler de sa faible émission de gaz à effet de serre. De manière plus générale, son utilisation peut répondre aux enjeux alimentaires d’aujourd’hui. Elle offre une alternative alimentaire pour les piscicultures et les exploitations animales, à l’image des exploitants du continent africain qui ont des difficultés à nourrir leur bétail.

 

 

Décideurs. Quelles sont vos ambitions futures ?

 

G.L. Nous souhaitons démocratiser l’utilisation de farine d’insectes dans le monde. Si nous avons commencé par commercialiser notre produit sur le marché de l’aquaculture, pour des fabricants d’aliments et des producteurs de poissons, nous voulons élargir notre clientèle sur le long terme. D’ici cinq ans, nous voulons nous implanter sur le marché avicole. Dans dix ans, notre farine pourra également être utilisée dans l’alimentation humaine, notamment en Asie et en Amérique latine, où la législation le permet et la consommation d’insecte est plus répandue. Mais nous devons d’abord être performants sur notre premier marché avant de nous diversifier. En parallèle, si nous pouvons aujourd’hui produire plus de dix tonnes de farine par an, nos capacités de production vont prochainement être accrues. Avec l’aide de nos partenaires, comme SNCF Développement ou encore le groupe Schneider Electric, nous allons ouvrir un site industriel de plusieurs milliers de mètres carrés. Ainsi, nous pourrons produire des centaines de tonnes de farine d’insectes chaque mois. 

 

Propos recueillis par Richard Trainini

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Les PME ont davantage recours au financement alternatif

Les PME ont davantage recours au financement alternatif

Dans la plupart des pays, le financement des petites et moyennes entreprises a évolué depuis la crise financière de 2008. Les banques devenues réticen...

Jean-Baptiste Say et les systèmes d’information

Jean-Baptiste Say et les systèmes d’information

Conçus à l’origine comme de simples outils d’appui pour les directeurs financiers, les systèmes d’information seraient en passe de devenir des « créat...

Anke Bridge Haux (Credit Suisse) : « Le contact humain est absolument impossible à numériser »

Anke Bridge Haux (Credit Suisse) : « Le contact humain est absolument impossible à numériser »

Pour Anke Bridge Haux, les établissements financiers suisses peuvent exister aux côtés des grandes banques étrangères, des FinTech et des géants tec...

Danone étend sa participation au capital de Michel et Augustin

Danone étend sa participation au capital de Michel et Augustin

Déjà propriétaire de 40 % des actions de Michel & Augustin, le leader mondial des produits laitiers, Danone, devient l’actionnaire majoritaire à 9...

Philippe Gautier (SMCP) : « Le digital est un des leviers les plus importants pour une entreprise »

Philippe Gautier (SMCP) : « Le digital est un des leviers les plus importants pour une entreprise »

Alors que le groupe qui détient les célèbres marques Sandro, Maje et Claudie Pierlot vient de publier un chiffre d’affaires excédant le milliard d’eur...

Julien Marcilly (Coface) : « Les risques politiques sont en hausse »

Julien Marcilly (Coface) : « Les risques politiques sont en hausse »

Coface met à la disposition de ses clients une analyse des risques pour les aider à prendre les bonnes décisions et à prévenir les risques de crédit....

Anne d'Anselme (Cogefi Gestion) : « Protéger l’investissement dans des périodes de pic de volatilité »

Anne d'Anselme (Cogefi Gestion) : « Protéger l’investissement dans des périodes de pic de volatilité...

Cogefi Gestion a tiré les conclusions de l’année passée – qualifiée d’ « annus horribilis » par les spécialistes, et ce, sur tous les marchés, et tout...

Guillaume Lucchini (Scala Patrimoine) : « Peu d’établissements bancaires se positionnent sur des financements complexes »

Guillaume Lucchini (Scala Patrimoine) : « Peu d’établissements bancaires se positionnent sur des fin...

Un investisseur ayant un taux d’endettement élevé aura très souvent des difficultés à recourir à l’emprunt pour financer ses opérations immobilières,...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message