Grand Paris Express : le projet de la ligne 18 franchit une étape symbolique

La Société du Grand Paris et l’EPA Paris-Saclay ont signé une convention foncière pour la ligne 18 du Grand Paris Express. Un événement ordinaire pour un établissement public mais qui revêt une dimension cruciale pour le projet Paris-Saclay.
Thierry Dallard (à gauche), président du directoire de la Société du Grand Paris, et Philippe Van de Maele, directeur général de l’EPA Paris-Saclay, signent la convention foncière pour la ligne 18 du Grand Paris Express (©Décideurs/François Perrigault)

La Société du Grand Paris et l’EPA Paris-Saclay ont signé une convention foncière pour la ligne 18 du Grand Paris Express. Un événement ordinaire pour un établissement public mais qui revêt une dimension cruciale pour le projet Paris-Saclay.

« Nous rentrons dans une phase concrète après une année difficile ». Quasiment un an jour pour jour après le recadrage du calendrier de mise en service du Grand Paris Express par le gouvernement, un nouveau chapitre vient de s’ouvrir ce jeudi 14 février pour la ligne 18 en présence du préfet de la région d’Île-de-France Michel Cadot, auteur de cette phrase, dans les locaux de la communauté d'agglomération Paris-Saclay : la Société du Grand Paris (SGP) et l’établissement public d’aménagement de Paris-Saclay ont signé une convention fixant les principes d’acquisition par la SGP du foncier nécessaire à la réalisation de l’infrastructure qui reliera l’aéroport d’Orly à Versailles.

Le document permettra d’engager les premières cessions de terrains dont l’EPA, aménageur de l’opération d’intérêt national de Paris-Saclay, est propriétaire. Outre la facilitation des acquisitions et des transferts fonciers, la convention prévoit également un échange régulier d’informations afin que l’évolution des projets de chacune des parties soit prise en compte sans retard.

« Le projet de Paris-Saclay repose sur trois grands enjeux, à savoir la création d’un pôle académique de rang mondial, la constitution d’un cluster pour faire le lien entre le monde économique et les centres de recherches, et la place centrale accordée au développement durable. Et la ligne 18 du Grand Paris Express constitue le ciment entre ces différents éléments, souligne Philippe Van de Maele, directeur général de l’EPA Paris-Saclay. La signature aujourd’hui de la convention foncière nécessaire à la réalisation de cette partie du super-métro symbolise l’entrée dans la phase opérationnelle. » Elle a aussi été l’occasion d’évoquer l’hypothèse d’une mise au sol de la ligne entre la gare CEA Saint-Aubin et le golf de Saint-Quentin.

La réponse de Thierry Dallard sur une possible mise au sol

« Les élus du territoire connaissent l’objectif fixé par le gouvernement de faire des économies significatives sur l’ensemble du Grand Paris Express et nous entendons les débats pouvant remettre en cause la ligne 18 avec la mise au sol d’une de ses parties à la place du viaduc, détaille Michel Bournat, président de la communauté d’agglomération Paris-Saclay. Mais les économies ont déjà été faites ! Et toute modification substantielle des choix initiaux aboutirait à de nouvelles modalités administratives dans une période peu propice pour des débats sereins avec les prochaines élections municipales, départementales et régionales. » 

« Nous allons étudier la solution de la mise au sol et mettre en place un comité de suivi dont la première réunion devrait se tenir en avril, répond Thierry Dallard, le président du directoire de la Société du Grand Paris. Nous devrions être en mesure de présenter les études d’ici mai 2020. Si la solution nous semble intéressante et compatible avec les différents enjeux, notamment environnementaux, nous préparerons une enquête publique qui devrait pouvoir se tenir au printemps-été 2021. » Et d’ajouter à propos d’éventuels impacts sur le calendrier : « Nous allons lancer ce printemps le marché pour tous les travaux de viaduc entre Palaiseau-Saclay et Saint-Quentin, avec une tranche conditionnelle sur la partie qui pourrait être mise au sol. Si cette dernière n’est finalement pas retenue, nous n’aurons pas perdu de temps. A l’inverse, si la solution est actée, nous la mettrons en œuvre sans qu’elle soit de nature à reporter le projet. »  

La mise en service de la ligne 18 est prévue en trois temps : en 2026 entre les gares de Massy-Palaiseau et CEA Saint-Aubin, au plus tard en 2027 entre les gares Aéroport d’Orly et CEA Saint-Aubin, en 2030 entre CEA Saint-Aubin et Versailles Chantiers.

Par François Perrigault (@fperrigault)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Grand Paris : une transformation multisectorielle

Que ce soit au niveau économique, environnemental ou architectural, le Grand Paris s'affirme en 2017 comme le sujet à suivre de près. Les professionnels de l'immobilier, des infrastructures et de la construction participent très largement à la reconfiguration de ce territoire. Dans le même temps, les acteurs publics et institutionnels organisent les compétences de la Métropole et de la Région-Capitale.
Sommaire La Société du Grand Paris se réorganise OIRPC signe un partenariat avec La Française pour développer la foncière « Grand Paris » Thierry Dallard : "Le collectif, c’est la condition absolue de la réussite du Grand Paris Express" Le Grand Paris en ordre de bataille « Réinventer Paris » : opus II Paris 2024 : un booster pour les infrastructures Un smartgrid à Paris Nouvel obstacle pour le CDG Express Réunir professionnels de l’urbanisme et étudiants : la chaire « Aménager le grand Paris »
La France va consacrer 7 milliards d’euros à l’hydrogène

La France va consacrer 7 milliards d’euros à l’hydrogène

Dans le cadre du plan de relance, sept milliards d’euros seront ainsi consacrés à la décarbonation de l’industrie, à la production d’hydrogène par éle...

La veille urbaine du 25 septembre 2020

La veille urbaine du 25 septembre 2020

L'Autorité environnementale qui rejette un recours de BNP Paribas Immobilier pour le projet Tribequa à Bordeaux, Anne-Sophie Sancerre et Vincent Ravat...

Rebecca Nachanakian rejoint WeWork en tant que directrice générale pour l'Europe du Sud

Rebecca Nachanakian rejoint WeWork en tant que directrice générale pour l'Europe du Sud

Précédemment chez Jumeirah Hotels, Rebecca Nachanakian va diriger la mise en oeuvre de la stratégie mondiale de WeWork au niveau européen. Explication...

La veille urbaine du 24 septembre 2020

La veille urbaine du 24 septembre 2020

Mobivia qui signe 103 000 m² dans le parc synergie Val de Loire, Welcome at Work qui lève 4 M€, la FNAIM, Plurience et l’UNIS qui s’engagent sur la ré...

Willy Gauttier (EDF Renouvelables) : "Le passage du oil&gas vers le renouvelable implique un changement de mentalités"

Willy Gauttier (EDF Renouvelables) : "Le passage du oil&gas vers le renouvelable implique un changem...

Arrivé récemment chez EDF Renouvelables pour prendre en charge la construction du parc éolien offshore de Fécamp, Willy Gauttier nous explique les rai...

Arnaud Réal del Sarte (CVE) : "Faire venir des collaborateurs de l’industrie pétrolière pourrait nous apporter"

Arnaud Réal del Sarte (CVE) : "Faire venir des collaborateurs de l’industrie pétrolière pourrait nou...

Passé par le monde parapétrolier et aujourd’hui associé d’une société productrice d’énergies renouvelables, Arnaud Réal del Sarte répond aux questions...

L’avenir des infrastructures d’aujourd’hui en question

L’avenir des infrastructures d’aujourd’hui en question

Le cabinet de conseil Carbone 4 a publié un rapport, proposant une méthodologie d’alignement des portefeuilles financiers d’infrastructures avec les o...

La veille urbaine du 23 septembre 2020

La veille urbaine du 23 septembre 2020

Comet Meetings qui lève 30 M€, Fabrice Veyron-Churlet qui quitte Euralille pour l’Oppidea… Décideurs vous propose une synthèse des actualités immobili...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message