Goldman Sachs rentre dans le jeu de Voodoo pour 200 M$

Les incursions de la banque de financement et d’investissement sur le segment des sociétés françaises en hypercroissance sont rares. C’est dire le potentiel de Voodoo, l’éditeur de jeux mobiles fondé par Alexandre Yazdi et Laurent Ritter.

Les incursions de la banque de financement et d’investissement sur le segment des sociétés françaises en hypercroissance sont rares. C’est dire le potentiel de Voodoo, l’éditeur de jeux mobiles fondé par Alexandre Yazdi et Laurent Ritter.

Entre les succès internationaux d’Ubisoft et ceux de Gameloft, la France ne manque pas de champions industriels dans l’univers des jeux vidéos. À l’avenir, il faudra aussi compter avec Voodoo, la société fondée par Alexandre Yazdi et Laurent Ritter en 2013, qui s’attaque au marché du « casual game » sur smartphone. Il s’agit d’une activité déjà bien rôdée : le studio cumule plus de 150 millions de joueurs actifs par mois ! Et cela n’aura pas échappé à Goldman Sachs, l’une des plus belles signatures de Wall Street, qui investit 200 millions de dollars (173 millions d’euros) dans Voodoo en échange d’une participation minoritaire au capital.

L’international en ligne de mire

À l’image de ses jeux, Voodoo ambitionne d’utiliser son capital de points pour grandir et relever des défis toujours plus ardus. Le marché mondial du jeu mobile est en pleine explosion. Selon le cabinet spécialisé Newzoo (voir infographie), les recettes de l’industrie se chiffrent autour de 70 milliards de dollars en 2018 (+ 25,5 % de croissance sur un an). La pépite tricolore n’a jamais été autant en capacité d’investir et on ne peut s’empêcher de penser qu’elle ira plus loin que la simple ouverture de bureaux à travers le globe – Voodoo vient de s’implanter à Berlin et envisage d’y embaucher quelques dizaines de développeurs pour ses prochains titres. La poursuite d’une croissance rapide passera aussi par le rachat d’autres sociétés. Et l’arrivée de Goldman Sachs tombe plutôt bien puisque « The Firm » est une pointure internationale en matière de conseil M&A. De plus, le marché reste encore très éclaté avec de nombreux studios indépendants, loin d’avoir exprimé tout son potentiel. Voodoo a donc une vraie carte à jouer sur le terrain de la consolidation. Seuls King Digital (le créateur de Candy Crush racheté par Activision Blizzard pour 5,9 milliards de dollars), Zynga (Farmville) et Supercell (le finlandais à l’origine de Clash Royale) semblent évoluer sur une autre planète. En attendant de pouvoir soutenir la comparaison avec ces géants, Voodoo doit miser sur l’un de ses avantages concurrentiels, la diversification des activités.             

Au-delà du jeu

Voodoo est un éditeur de jeux mobiles abordables, du quotidien, et va le rester. « Paper.io » et « Snake vs Block » demeurent ses principales réussites avec trente et vingt millions de téléchargement respectifs. La société continue à recruter des « game designers » et divers spécialistes du monde vidéoludique, et « Paper.io 2 » vient de sortir. Malgré cela, ces licences mondialement reconnues ne constituent pas la première source de revenus de la start-up installée à Paris, Strasbourg et Montpellier. Non, Voodoo préfère conseiller d’autres studios dans leur stratégie de rétention des joueurs et de monétisation de l’audience. Cette activité représente 75 % de son chiffre d’affaires, tenu secret. Ce modèle lui permet à la fois de bâtir une communauté d’experts de l’industrie autour de ses compétences et de se protéger contre l’éventualité d’un échec de lancement de jeu. Si tout se passe bien, Voodoo dépassera le seuil critique du milliard de téléchargements à la fin de l’année. Par ailleurs, une partie de l’argent apporté par Goldman Sachs servira à recruter des professionnels de l’architecture des réseaux et des serveurs. Toujours plus de diversification !

 

 

Firmin Sylla

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Deals de l'année : les 10 opérations les plus marquantes de 2018

L'année 2018 restera un millésime d'exception en matière de M&A et au niveau mondial. En un an, les opérations de fusions-acquisitions se sont envolées de 22,3 % en valeur pour atteindre 2 720 milliards de dollars. Nous en avons sélectionné dix, celles dont on se souviendra probablement dans quelques années.
Sommaire Delachaux : le private equity a le dernier mot ! Spotify triomphe sur le Nasdaq Unibail-Rodamco-Westfield : le retail a un nouveau leader Idex souffle le froid et le chaud EssilorLuxottica voit les choses en grand Safran décolle enfin avec Zodiac Sanofi et Bioverativ, un deal sans effusion de sang IKKS fait peau neuve Disney étend son empire
Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Le fonds de capital-risque indépendant, sponsorisé par la holding de François Pinault Artémis, mise sur les entreprises françaises et européennes qui...

La renaissance de la foodtech

La renaissance de la foodtech

L’année 2020 aura été une année record pour l’écosystème des foodtech européennes. Celles-ci atteignent un niveau de deals de 2,7 milliards d’euros....

Le dropshipping, entre bon plans et arnaques

Le dropshipping, entre bon plans et arnaques

Souvent relayés par les influenceurs sur leurs réseaux sociaux, les sites de revente de type "dropshipping" pullulent sur la toile... et les arnaques...

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Contrairement à ce que le premier confinement du printemps 2020 laissait présager, la crise du Covid a été une fois de plus un révélateur de la formid...

Vincent Rouaix, le conquistador

Vincent Rouaix, le conquistador

Le PDG d’Inetum, entreprise spécialisée dans les services informatiques, a mené 38 acquisitions depuis son arrivée en 2009. À la tête d’un groupe qui...

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

Alors que le débat autour de la levée des brevets sur les vaccins s’intensifie et que Joe Biden comme Emmanuel Macron y seraient favorables, Aurore Si...

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

Avocat aux barreaux de Paris, Barcelone, Madrid et New York, Emeric Lepoutre travaillait chez Gide lorsqu’il a été approché par l’un de ses clients po...

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

Le bureau parisien de White & Case a développé au cours de ces dernières années une expertise de pointe sur les opérations complexes. Du LBO large...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte