Give Nation : le pouvoir de l'argent de poche

Comment transformer en profondeur le rapport des individus à l’économie ? En commençant par enseigner aux enfants les fondements d’un capitalisme rénové. C’est le pari de Give Nation et de son fondateur Arnaud Saint-Paul.

Comment transformer en profondeur le rapport des individus à l’économie ? En commençant par enseigner aux enfants les fondements d’un capitalisme rénové. C’est le pari de Give Nation et de son fondateur Arnaud Saint-Paul.

Arnaud Saint-Paul cultive depuis longtemps déjà une vie professionnelle et personnelle aux multiples facettes. Expert de la blockchain, récompensé à plusieurs reprises pour ses projets d’innovation, il a été en parallèle un « chercheur et enseignant spirituel » selon ses termes, et un entrepreneur social. « Il y a dix ans, raconte-t-il, j’ai décidé de consacrer le reste de ma vie à aider l’humanité à devenir consciente. » Il commence par le monde des entreprises, qu’il connaît si bien. Il devient notamment l’un des premiers promoteurs du mouvement américain conscious capitalism et coache les dirigeants qui souhaitent faire évoluer le modèle de leur organisation vers une meilleure prise en compte des impacts sociaux et environnementaux de leurs actions.

Éduquer au capitalisme conscient

En 2017 il crée « Give Nation », qu’il conçoit comme « un laboratoire de capitalisme conscient ». Le projet, soutenu par différentes entreprises et plusieurs acteurs gouvernementaux, a pour objet d’enseigner aux plus jeunes les fondements d’une économie qui prend en compte le « purpose » pour reprendre le terme américain quasi consacré. L’objectif est que, dès le plus jeune âge, « l’enfant intègre cette notion d’impact dans la relation de l’individu à l’argent, et l’idée que toute transaction doit avoir un signifiant. »  Le programme consiste à permettre aux enfants de gagner des « give coins » – sorte d’argent de poche virtuel – soit en exécutant des tâches confiées par leurs parents ou leur professeur, soit en récompense d’apprentissage. Ils doivent ensuite choisir comment le dépenser : en investissant dans des turbines, des arbres, dans des initiatives sociales ou associatives… Les transactions sont réalisées et sécurisées grâce à la blockchain, ce qui permet de soutenir des actions locales comme globales. Le système est appelé à favoriser les échanges transnationaux. « Dans mon esprit, confirme Arnaud Saint-Paul, un petit Français pourrait tout à fait investir dans un arbre mandragore situé à Madagascar et charger un enfant d’une école locale d’aller vérifier périodiquement sa croissance. » Ainsi, l’action positive se poursuit.« Il s’agit d’une forme de campagne d’éducation à engagement
positif ! 
», s’enthousiasme le fondateur.

Perspectives
 

Le premier projet d’envergure s’apprête à être lancé auprès de 5 000 enfants des écoles de Pristina. Pourquoi la capitale du Kosovo ? « D’abord, parce qu’elle est la nation la plus jeune d’Europe, 50 % de sa population est âgée de moins de 25 ans, explique le fondateur de Give. Ensuite, parce que la fin de la guerre a généré une volonté chez ses dirigeants de mettre en place des changements systémiques, de faire évoluer durablement les mentalités. » Constatant que la « vieille » Europe n’a pas la même appétence pour le changement, l’entrepreneur
est bien décidé à démontrer à travers ce projet pilote que « ça marche » et ainsi convaincre de nouveaux acteurs. Et il pense déjà à la suite. Car si la blockchain a en premier lieu pour objet d’assurer la transparence totale du système, elle ouvre la voie à d’autres développements. « L’intelligence artificielle permettra d’évaluer le système et ainsi de faire émerger un modèle qui fonctionne » explique Arnaud Saint-Paul. Une perspective qui nourrit son espoir de modéliser la naissance d’une économie positive.

Give Nation

Marie-Hélène Brissot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

I. Calvez (Suez), "Faire vacciner nos personnels essentiels le plus vite possible"

I. Calvez (Suez), "Faire vacciner nos personnels essentiels le plus vite possible"

Comment un groupe présent sur cinq continents traverse-t-il la crise de la Covid-19 ? Mènera-t-elle à transformer durablement l’organisation ? Le rega...

L.Levy (Freelance.com) : "Le CDI ne fait plus nécessairement rêver"

L.Levy (Freelance.com) : "Le CDI ne fait plus nécessairement rêver"

Entreprises comme freelances sont souvent à la recherche d’un accompagnement pour sécuriser leurs collaborations. Un soutien que propose Freelance.com...

En période de pandémie, comment gérer sa transition professionnelle ?

En période de pandémie, comment gérer sa transition professionnelle ?

En période de crise sanitaire, les grands principes de gestion des transitions professionnelles ne changent pas... mais certaines modalités méritent u...

Joël Grangé, la défense du droit et de ses confrères

Joël Grangé, la défense du droit et de ses confrères

Après plus de trente ans de barre, Joël Grangé se dit toujours autant fasciné par la chose juridique et le procès. Redoutable avocat, il met désormais...

Quelle place pour les freelances en entreprise ?

Quelle place pour les freelances en entreprise ?

La flexibilité du monde du travail renforcée par la crise sanitaire et la remise en question de la relation de travail poussent les entreprises à reco...

G.Ravix (Nexity) : " Ne pas investir dans le capital humain c’est risquer de perdre tout avantage compétitif "

G.Ravix (Nexity) : " Ne pas investir dans le capital humain c’est risquer de perdre tout avantage co...

Directeur de La Cité, Guillaume Ravix revient sur la transformation de Nexity en organisation apprenante. Ou comment mettre le développement des compé...

La gestion de l’absence en période pandémique, un sujet d’avenir…

La gestion de l’absence en période pandémique, un sujet d’avenir…

La période du confinement a mis en exergue toute la complexité de la gestion de l’absence dans les entreprises. Elles vont désormais devoir composer a...

B.Kostic (Groupe Setec) : "Rester une femme, là où je pourrais parfois être tentée d’adopter la posture d’un homme"

B.Kostic (Groupe Setec) : "Rester une femme, là où je pourrais parfois être tentée d’adopter la post...

À la tête de la direction des ressources humaines du groupe d’ingénierie Setec, le défi de Biljana Kostic est double : faire vivre la fonction dans un...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte